Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

ADRESSE UTILE

Permanence  Parlementaire :

8 rue Alfred Mézières
54 400    LONGWY

Tél :  03 82 26 65 15

Recherche

Texte Libre

16 mars 2007 5 16 /03 /mars /2007 09:26

Repost 0
Published by Christian ECKERT
commenter cet article
13 mars 2007 2 13 /03 /mars /2007 09:27

Pas d'hésitation !

Il reste du temps pour convaincre, expliquer, rassurer, démultiplier nos relais....

Après POHER/POMPIDOU, CHIRAC/LE PEN, il serait insupportable de n'avoir un choix droite/droite au second tour de la future élection présidentielle.

Nous devons tous nous mobiliser, parler sans crainte, affirmer la capacité de Ségolène de faire de la politique autrement, avec sa sensibilité de femme, loin des certitudes prétentieuses de SARKO le trompeur, qui s'achète un comportement le temps d'une campagne électorale !

Le doute a été semé, Ségolène ne serait pas capable !

Quelle injustice ! Certains socialistes se prêtent au jeu, c'est scandaleux.

J'ai eu des réserves sur des positions politiques lors de notre campagne interne. Le temps n'est plus aux doutes, surtout sur des arguments de forme dont les médias -et aussi les français- sont friands.

Tous derrière Ségolène, tous sur le terrain !

NB: je recommande encore le blog de Francis Thill, animé et riche, en lien sur cette page.

Repost 0
Published by Christian ECKERT
commenter cet article
5 mars 2007 1 05 /03 /mars /2007 07:17

Jean-Marc Fournel et moi-même avons été choisis par les militants de la 7ème circonscription et les élus de Lorraine pour porter les couleurs du Parti Socialiste aux prochaines élections législatives.

Il nous apparait opportun de présenter notre équipe de campagne et de rassembler celles et ceux qui partagent nos valeurs pour

- entendre vos aspirations et les thèmes de campagne que vous souhaitez voire développer

- présenter ceux que nous avons déjà retenu pour animer cette même campagne.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

mercredi 14 mars prochain

en Mairie de LONGWY

 

Nous souhaitons une présence nombreuse et comptons y donner le coup d'envoi de notre campagne de reconquète de la 7° circonscription de Meurthe-et-Moselle !

Repost 0
Published by Christian ECKERT
commenter cet article
5 février 2007 1 05 /02 /février /2007 07:12

Cette campagne présidentielle tarde à s'enflammer.

Pas d'inquiétude exagérée, cela va venir, il reste du temps et les annonces du 11 février prochain devraient rallumer les feux.

Une réflexion cependant, qui me parait importante : as-t-on suffisamment pris en compte, au Parti Socialiste, les conséquences du refus massif par les français du projet de constitution européenne.

Car, à bien y réfléchir, les questions importantes du choix de société qui nous est proposé sont renvoyées au précedent débat. Dans l'économie, dans les questions sociales, dans les questions éthiques, dans les réformes fiscales et organisationnelles, dans la mise en place des services publics et des services à la personne, dans l'aménagement du territoire et les infrastructures, bref, dans ce qui touche à la vie des gens, il est incontestable que la place de l'Etat reste la question essentielle.

Ségolène a raison de prôner l'ordre juste ! Mais qui mieux que l'Etat souverain peut garantir cet effet redistributeur, péréquant les richesses, rééquilibrant les inégalités naturelles, garantissant l'égalité des chances et des moyens. Encore faut-il s'assurer que l'Etat que nous idéalisons ne soit pas confisqué par des "Sarkosi " sans foi ni loi, utilisant pour eux et d'abord pour eux les rouages de cet Etat qui doit être au service de tous et de l'intérêt général.

Cette analyse simple et de bon sens me rappelle étrangement le débat du OUI et du NON.

Qu'est ce qui relève de l'Etat nation et qu'est ce qui relève de l'Union ?

Qu'est ce qui relève de l'Etat et qu'est ce qui relève des collectivités locales ?

Qu'est ce qui relève de l'Etat et qu'est ce qui relève du secteur privé ?

Les réponses du projet de constitution à ces questions essentielles m'on fait sans hésitation voter NON. Si le projet des socialistes ne marque pas de rupture à la dérive libérale, nous gagnerons peut-être les élections présidentielles, car Sarkosy fait très peur et Ségolène séduit. Mais nous irions au devant de déboires futurs et la rupture avec les électeurs serait terrible et porteuses de conflits majeurs et durables que personne ne souhaite !

Au sein du Parti Socialiste, il reste politiquement incorrect de tenir pareils propos, comme si nous n'avions pas fait le deuil de ce référendum manqué.

Profitons des débats du moment pour nous rattrapper, avant de nous faire rattrapper par des électeurs et des citoyens pas si dupes que cela !

Repost 0
Published by Christian ECKERT
commenter cet article
29 janvier 2007 1 29 /01 /janvier /2007 09:59

 

REPUBLICAIN LORRAIN 29 Janvier 2007

 

 

 

Repost 0
Published by Christian ECKERT
commenter cet article
29 janvier 2007 1 29 /01 /janvier /2007 07:56

C'est le temps qu'il nous reste en gros jusqu'à l'élection présidentielle.

La droite libérale multiplie les promesses pour ses mandants : bouclier fiscal, contrats précaires, heures supplémentaires "facultatives" exonérées de charges....

Parallèlement, elle ne cesse de donner ses troupes contre la candidate socialiste qui ne proposerait pas d'alternative.

Quel culot ! Ceux qui gouvernent depuis 5 ans, avec une majorité écrasante aux parlements, seraint tout à coup saisis par la grâce divine et auraient trouvé les recettes pour une société plus juste...

Ils ont de la chance : L'hiver que nous connaissons cette année a épargné les ménages de dépenses lourdes qui - si elles avaient été comparables à l'an dernier- nous auraient rappelé que les travailleurs pauvres, les chômeurs, les accidentés de la vie sont légion dans notre pays.

Maire de ma commune, je suis saisi dans mon CCAS Dde cas que je sais insolubles dans la durée, et pour lesquels, contrairement aux discours convenus dans les soirées en ville, on s'apperçoit que même le RMI ne représente pas le minimum pour vivre, lorsque le loyer, le chauffage, l'eau, le téléphone, l'assurance, la mutuelle, ont été pris en compte.

Certes, le différentiel allocations/SMIG est trop faible et incite peu à la recherche d'emploi.

Cela doit être au coeur de notre projet ! Faire en sorte que la rénumération du travail remplisse deux fonctions essentielles :

- inciter à l'activité salariée

-permettre la vie autonome et décente

Lorsque ces objectifs auront été atteints, il sera temps de verser des larmes sur les pauvres entrepreneurs accablés de charges sociales et sur les professions libérales qui ne peuvent plus changer leur voiture tous les six mois.

Pour y parvenir, la revalorisation du SMIG et le cumul temporaire des allocations et des premiers salaires semblent des pistes à creuser.

Peut être faudra-t-il aussi repenser le commerce mondial qui tire tous les prix vers le bas, y compris le prix du travail.

Qui osera toucher à ça ? Le rôle des politiques n'est-il-pas de distinguer liberté et libéralisme. Sans être un économiste éminent, j'observe que la mondialisation des échanges n'a pas appauvri les riches, que la bourse et les grandes entreprises y trouvent leur compte.

 

Repost 0
Published by Christian ECKERT
commenter cet article
23 janvier 2007 2 23 /01 /janvier /2007 08:44

La rumeur enfle et devrait gagner :

Si Ségolène est élue, un référendum est prévu à l'automne. Il devrait porter sur des réformes institutionnelles comme le rôle et le mode d'élection des sénateurs, le rôle et le partage des compétences des collectivités territoriales-en particulier des régions, et j'ose espérer, le mode de financement de ces mêmes institutions,

Il m'apparait aujourd'hui que notre société ne se retrouve plus dans les partages de compétences. Entre l'Etat encharge des universités, les départements encharge des collèges, les Régions s'occupant des lycées et les communes des écoles primaires, sachant que les personnels sont quantifiés, choisis et payés par l'Etat, ce seul exemple suffit à montrer la complexité du système.

Qui décide en outre de la carte scolaire ? Qui fixe la répartition des moyens ? Qui assure l'égalité entre les territoires qui n'ont à l'évidence pas tous la même chance ?

On pourrait parler de même en matière d'écconomie, les uns faisant les infrastructures, les autres la promotion, d'aucuns la formation, l'immobilier étant touché par tous...

Le comble étant atteint en matière de transports collectifs, où les autorités organisatrices de transports vont des agglomérations aux Régions en passant par les départements, sachant que SNCF et RFF côtoient le privé pour le frêt ferroviaire, et les transporteurs publics affrontent les privés sur des routes et autoroutes tantôt gratuites et nationales, tantôt livrées au secteur privé et payantes.

Tout cela se finance des fois par l'impôt, des fois par les redevances, les unes et les autres mixant des impots nationaux assis souvent sur le revenu, l'impot local assis plus sur le patrimoine, d'autres syxtèmes étant indexés sur le service rendu quant il n'est pas forfaitisé et calculé à la tête de pipe !

Si un gouvernement veut réconcilier le citoyen avec la vie publique, il devra simplifier les choses, car aujourd'hui tout devient affaire de spécialistes et toute évolution se complique par la multiplicité des acteurs et l'abondance de financements croisés.

Sans oublier que la complexité des choses dilue les responsabilités : lorsque les TER n'arrivent plus à l'heure, est-ce la faute à la SNCF, dirigeants ou personnels, à la Région, élus ou fonctionnaires, ou le prix du service couvert par l'usager est-il insuffisant pour permettre un service de qualité ?

Merci Ségolène, quand tu sera élue, de demander à ton gouvernement de mettre en chantier cette réforme institotionnelle que je pense indispensable car le chaos est souvent source de découragement des volontés de progrès

 

Repost 0
Published by Christian ECKERT
commenter cet article
22 janvier 2007 1 22 /01 /janvier /2007 07:42

Jeudi 18 janvier à Longwy, débat participatif dans le cadre de la campagne de Ségolène...

Thème retenu : la vie chère !

Un vrai bonheur que de retrouver le goût du débat, de la confrontation, de l'espoir... Une cinquantaine de participants, des interventions spontanées et exemptes de langue de bois. La formule plait et décoiffe.

Une première à renouveler, et des contacts intéressants. La présence du MDC a été saluée, et fera taire des rumeurs sur les législatives.

Pour ma part, je me suis abstenu de parler, sauf dans une conclusion que l'on m'a demandée : Il m'est apparu au fil des débats que le problème de fond reste posé, à savoir celui de la place de l'Etat dans notre vie publique. En effet, tant sur le logement, que sur les salaires, le temps de travail, la fiscalité, il m'apparait que le rôle régulateur, redistributeur de l'Etat doit être affirmé. Il ne saurait y avoir d'ordre juste si le seul marché devait tout "organiser".

Pour moi, c'est une des différences fondamentale des conceptions gauche/droite, et, sans vouloir polémiquer, cela nous ramène aussi sur le débat du projet de constitution européenne.

Les participants sont repartis motivés et rentreront encore mieux dans cette campagne de proximité, si importante pour ce dédut de 21° siècle.

Repost 0
Published by Christian ECKERT
commenter cet article
15 janvier 2007 1 15 /01 /janvier /2007 07:18

Quel scoop !

Nicolas est candidat ! Fallait-il une aussi grand-messe pour un non énènement pareil ? Je ne le crois pas. Beaucoup d'argent dépensé pour une nouvelle que tout le monde connaissait....

Au moins les masques tombent et le discours du candidat de l'UMP nous prouve que, contrairement à ce qu'il dit, il n'a pas changé. La politique qu'il promet est bien celle que l'on redoute : une politique de droite dure, avec service minimum, service à la classe dirigeante, cadeaux fiscaux aux riches, sécurité dans le discours et précarité dans les actes.

Allons nous tomber dans le panneau et craindre en face de montrer une vraie politique de gauche ?

Solidarité, humanisme, progrès social, retour aux priorités de la formation et de la recherche, voilà ce que nous devons défendre.

Ségolène a montré de vraies différences dans la forme de son approche, elle doit montrer de vraies ruptures sur le fond. Ne jouons pas à imiter la droite et à tenir des discours trop techniques. Nous gagnerons sur la confiance, l'espoir et la fidélité à nos valeurs.

La radicalisation de la droite peut être une occasion pour nous, si nous gardons notre âme, celle que nous avons un peu perdu lors du projet de constitution européenne.

" La sagesse c'est d'avoir de rêves suffisamment grands pour ne pas les perdre de vue quand on les poursuit."

Repost 0
Published by Christian ECKERT
commenter cet article
8 janvier 2007 1 08 /01 /janvier /2007 07:41

 

PARU DANS LE REPUBLICAIN LORRAIN !

Repost 0
Published by Christian ECKERT
commenter cet article