Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Blog de Christian Eckert

Articles récents

Encore une question sans réponse !

6 Juillet 2010 , Rédigé par Christian Eckert

Ci-dessous le lien de ma dernière question à Eric Woerth, restée sans réponse.

 

                                                    cliquez ici

 

 

 


Lire la suite

Affaire Woerth : Eckert veut toute la vérité

6 Juillet 2010 , Rédigé par Christian Eckert

 

Article paru dans Le Républicain Lorrain

 

A l'initiative des attaques les plus rudes portées contre Eric Woerth, le député PS meurthe-et-mosellan Christian Eckert ne lâche rien et envisage tous les moyens de procédures « pour faire éclater la vérité ».

 

La démission d'Alain Joyandet et de Christian Blanc suffira-t-elle pour désamorcer l'affaire Woerth, née en pleine révélation de certains excès d'utilisation de l'argent public par des ministres ?

« Non, je ne le crois pas. Je pense que contraire qu'il s'agit d'un rideau de fumée destiné à protéger le soldat Woerth. Mais le problème, c'est que ce gens-là ne vivent pas dans le même monde que nous. Le leur est virtuel. Lorsqu'en décembre, j'avais interpellé une première fois Eric Woerth en l'interrogeant sur l'incompatibilité de ses fonctions de trésorier de l'UMP avec celles de ministre du Budget, c'était au surlendemain de la réunion du club des donateurs du parti sarkozyste qu'il avait organisé dans le prestigieux hôtel Bristol à Paris. Il m'avait alors envoyé paître en traitant ma question de « stupide ». Certes, il n'y avait pas encore d'affaire Woerth, mais je crois qu'il ne percevait même pas qu'il pouvait y avoir là un conflit d'intérêts. De bonne foi, il ne voit pas le problème. »

 

La commission des finances du Palais Bourbon, dans laquelle vous siégez, doit auditionner aujourd'hui Philippe Parini, directeur général des finances publiques. Lequel soutient qu'Eric Woerth n'a jamais donné aucune instruction dans le dossier fiscal de Liliane Bettencourt. Qu'attendez-vous d'une telle audition ?

« Des éléments sur la méthode et le déroulement des contrôles en matière de lutte contre la fraude fiscale. Mais dans ce dossier, de nombreuses zones d'ombre restent à éclaircir. Dans les écoutes téléphoniques qui ont été mises au jour, l'ex-comptable de Liliane Bettencourt évoque des retraits de 50 000 euros par semaine en liquide. Si tel est le cas, quel fut de rôle des banques ? Ces mouvements n'ont-ils pas été signalés à Tracfin ( Traitement du renseignement et action contre les circuits financiers clandestins ) ? Et si oui, pourquoi ? Il appartient à l'Autorité de contrôle de s'en saisir. »

 

Comment en finir définitivement avec le mélange des genres ?

« Nous allons déposer une proposition de loi visant à interdire le cumul entre une fonction ministérielle et le rôle de trésorier d'un parti politique. Mais nous n'excluons pas de faire traduire Eric Woerth devant la Haute Cour de justice de la République, sur la base de la prise illégale d'intérêts. Sur ce point, des divergences d'appréciation subsistent encore au sein de notre groupe. Ma principale crainte concerne la commission d'enquête parlementaire. Bernard Accoyer, le Président de l'Assemblée nationale, y semble favorable. Techniquement, c'est jouable, puisque nous avons droit à un tirage par an. Mais la concomitance avec une possible procédure judiciaire risque de poser problème. »

 

Eric Woerth affirme ne pas avoir une tête à couvrir l'évasion fiscale....

« Je ne dis pas qu'il est malhonnête. Je n'en sais rien. Et je ne juge pas à la tête du client. « Est-ce que j'ai une tête à ….. », je ne comprends ce type d'argument. Je m'en tiens aux faits. Et les faits, nous voulons les connaître, dans le détail.

 

Propos recueillis par Xavier BROUET.

 

Lire la suite

La Vérité aujourd'hui !

6 Juillet 2010 , Rédigé par Christian Eckert

A lire absolument Médiapart ce matin ! C'est de la bombe !
Lire la suite

Démission de deux Sous-Ministres !

4 Juillet 2010 , Rédigé par Christian Eckert

"Aujourd'hui, en France, quand des Ministres démissionnent, plus personne ne s'en aperçoit !"
Lire la suite

Affaire Woerth : Un triste feuilleton à rebondissements !

2 Juillet 2010 , Rédigé par Christian Eckert

Si cela ne touchait pas tous nos concitoyens dans leur vie personnelle, on pourrait se réjouir que le dossier des retraites soit porté par un Ministre aujourd'hui plongé jusqu'au cou dans les affaires...

 

Depuis ma question du 9 décembre 2009, que le Ministre avait balayé de la main  de façon méprisante en la jugeant "stupide", les faits confirment mes propos.

 

Pire encore, cette cohorte de Ministres, de Parlementaires de Droite, qui tentent de justifier l'indéfendable, méritent de faire naufrage avec lui.

 

En décembre, j'avais souligné la confusion des genres entre le collecteur de fonds de l'UMP et le Ministre du Budget en charge de traquer les fraudes fiscales.

 

Jour aprés jour, il apparait que Monsieur WOERTH ne pouvait ignorer :

 

- le rôle de son épouse, gestionnaire des dividendes astronomiques de Madame Betancourt,

- le rôle de son administration à Bercy qui verse le "bouclier fiscal",

- le rôle des services fiscaux qu'il dirige qui ne contôlaient pas les mouvements de fonds suspects de la plus grosse fortune de France,

- les contributions diverses que cette même personne versait à l'UMP et au "micro-parti" sans adhérents dévoué à soutenir les propres actions d'Eric Woerth,

- le rôle de l'employeur (spontané ?) de son épouse qu'il qualifiait d'abord de simple connaissance, mais qu'après coup il reconnait avoir décoré et avec qui ils se recevaient en public et en privé !

 

Une commission d'enquête parlementaire, faute d'enquêtes judiciaires que personne au Gouvernement ne semble engager, peut seule faire la lumière sur ce pitoyable feuilleton de l'Eté. Si les faits se confirment, le Haute Cour de Justice pourrait être saisie.

 

Ces agissements, ces dénégations contredites par les faits et le simple bon sens, provoqueraient dans une démocratie irréprochable la chute, sinon du Gouvernement, pour le moins du Ministre en cause.

 

Ils le soutiennent tous, Président, Conseillers, Ministres, Députés, Sénateurs !

 

Ils sont donc tous à mettre dans le même sac !

Ils font la politique des riches, en utilisant l'argent public.

Ils demandent effort et rigueur aux salariés, aux fonctionnaires, aux malades, aux retraités, pendant qu'ils se gouinfrent en catimini.

Ils vantent avec nos sous leur réforme des retraites à la télé et à la radio pour mieux faire passer la pilule !

 

Nous devrons, quoiqu'il se passe dans les prochains jours, en garder le souvenir pour au moins deux raisons :

 

- Quand nous irons voter en 2012 pour les chasser du pouvoir !

- Quand nous les aurons remplacés pour ne jamais faire comme eux !

 


 


Lire la suite

ÉRIC WOERTH S'ENFONCE TOUT SEUL !

30 Juin 2010 , Rédigé par Christian Eckert

 

En décembre dernier, j'avais interrogé Eric Woerth sur le mélange de ses casquettes de trésorier de l'UMP et de Ministre du budget en charge notamment du contrôle fiscal (voir l'article ci-dessous).

 

Il avait, de façon méprisante, traité ma question de stupide et provoqué, après une intervention de François Fillon, le départ des députés de Gauche de l'Hémicycle.

 

Avais-je raison trop tôt ?

 

Aujourd'hui, Eric Woerth est rattrapé par les affaires et ses casquettes se transforment en casseroles.

 

Même à droite, cette confusion des genres interpelle.

 

À nos questions précises posées ces derniers jours, les explications font défaut :

 

  • Pourquoi les informations transmises par le Parquet de Nanterre à l'administration fiscale sur les soupçons de fraude, n'ont engendré un contrôle que de Monsieur Banier et pas des autres protagonistes cités par le Parquet ?

  • Pourquoi et comment L'Élysée par la personne de Monsieur Ouard, est-il intervenu dans les procédures judiciaires de la famille Bettencourt ?

  • Quel rôle joue l'association de soutien à l'action d'Éric Woerth dans la circulation des dons reçus par l'UMP ?

  • À qui appartient et a appartenu l'ile d'Arros dont Madame Bettencourt ne serait plus que locataire, auprès d'une société basée au Lichtenstein ?

 

Pire, les déclarations des uns et des autres se contredisent :

 

  • Éric Woerth ne voyait pas de conflit d'intérêt entre son métier et celui de son épouse. Cette dernière avoue ensuite dans « le Monde » avoir sous-estimé le conflit d'intérêt !

  • Éric Woerth déclare que le contrôle fiscal de Monsieur Banier a été fait sous son autorité et se vante ensuite de n'avoir sollicité ou empêché aucun contrôle fiscal !

  • Monsieur De Maistre, conseiller de Madame Bettencourt et employeur (spontané ?) de Madame Woerth n'était d'abord présenté que comme une vague connaissance des Woerth. En fait, Éric Woerth lui a remis lui-même la Légion d'Honneur, sur le quota du Ministère de l'Économie, et a prononcé son éloge. La presse évoque leurs relations personnelles !

  • Michèle Alliot-Marie avoue hier à l'Assemblée que l'Élysée s'est « renseigné » auprès du Procureur sur les affaires Bettencourt au motif de l'enjeu économique de l'entreprise L'Oréal. Monsieur De Maistre était au courant du jour et du contenu du premier jugement sur l'affaire Bettencourt.

 

Tout cela, occasionne un grand déballage :

 

  • L'affaire Peugeot, autre « connaissance » du Ministre Woerth. Des lingots volés s'évanouissent dès lors qu'en déclarant leur vol on pourrait en rechercher l'origine et la déclaration fiscale.

  • Le passé d'Éric Woerth autour du Conseil Général de l'Oise, étrangement gommé de son CV officiel, qui a laissé de formidables observations de la Chambre Régionale des Comptes.(salaires, voitures, confusions des dépenses personnelles, marchés litigieux...)

 

 

La demande d'une commission d'enquête parlementaire faite par le groupe socialiste n'en est que plus légitime.

 

La démission d'Éric Woerth de l'une ou/et l'autre de ses fonctions est son affaire.

 

Le Président avait annoncé une République irréprochable. Les affaires reprennent !!!

Lire la suite

MA QUESTION STUPIDE A ERIC WOERTH : AVOIR RAISON TROP TÔT ?

29 Juin 2010 , Rédigé par Christian Eckert

ATTENTION, CETTE VIDEO DATE DE DECEMBRE 2009 !!!!!!!!

 

A voir sur le Net, le mépris de Woerth ou les questions qui fachent :

le lien : http://www.dailymotion.com/video/xbgiyk_woerth-questions-dactualite-9-decem_news

Bonne vidéo !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Lire la suite

une BD à lire absolument !!!!

17 Juin 2010 , Rédigé par Christian Eckert

Une petite association pour éditer des livres  : Paroles de Lorrains


Des auteurs sympas et talentueux qui publient une BD de qualité : "C'est l'histoire d'un mec à Rolex"


Passez vos commandes auprès d'eux, ou auprès de moi, je transmettrai.

 


 

ROLEX

Lire la suite

Communiqué de Christian Eckert, Michel Liebgott et Jean-Yves Le Déaut

16 Juin 2010 , Rédigé par Christian Eckert

 

Dans le cadre du Projet de Loi portant engagement national pour l’environnement, dit Grenelle II, nous avons déposé six amendements relatifs à l’évolution des règles d’indemnisation des propriétaires de biens impactés par des désordres d’origine minière.

 

Le débat à ce sujet aurait dû avoir lieu dans la nuit du 7 au 8 mai 2010.

 

Le nouveau règlement de l’Assemblée Nationale, permettant de réduire le temps de parole attribué au groupe parlementaire, nous a empêchés de défendre ces amendements.

 

Néanmoins, lors des discussions avec les collaborateurs de Jean Louis BORLOO, nous avons vivement insisté sur la nécessité d’une évolution de la loi sur le sujet.

 

Aujourd’hui, nous sommes destinataires d’un courrier émanant du Ministre d’Etat chargé de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement Durable et de la Mer, dans lequel il évoque l’opportunité de simplifier le dispositif de prise en charge actuel et notamment d’aménager un dispositif autour d’un acteur unique, chargé de toutes les indemnisations.

 

A cette fin, monsieur le Ministre va saisir les Conseils Généraux de l’industrie, de l’énergie, de l’environnement et du développement durable ainsi que la commission nationale de concertation des risques miniers sur les simplifications envisageables dans ce domaine. Nous espérons que ces propositions ne soient pas des mesures dilatoires pour faire durer encore plus ce dossier. Nous nous interrogeons sur le fait de savoir si cette procédure répondra aux demandes formulées par l’intermédiaire de nos amendements, soutenus par les associations et le collectif de défense des communes minières.

 

Néanmoins, nos interventions ont permis de réouvrir le débat, nous allons demander une entrevue auprès de Monsieur BORLOO pour lui indiquer la nécessité d'améliorer les dispositifs d'indemnisation afin de mettre un terme aux attentes des personnes concernées par ces désordres, certaines depuis de longues années.

 

Lire la suite

Cumul des mandats, un piège ou une chance ?

15 Juin 2010 , Rédigé par Christian Eckert

La question du cumul des mandats est une question rituelle qui refait débat périodiquement, au Parti Socialiste comme ailleurs.


Quelques rappels sur le sujet, avec mon expérience de presque trente ans de vie politique :


  • Il existe déjà des limitations, le plus souvent instaurées par la Gauche : On ne peut détenir plus de deux mandats électifs, mais ne sont pas décomptés les mandats de Maire des communes de moins de 3500 habitants, les Présidences de structures intercommunales (Communautés de communes ou d'agglomération, Syndicats intercommunaux, Sociétés d'Économie mixte...).


  • La loi écrête les indemnités d'élus perçues par les Parlementaires à partir de 150 % de l'indemnité parlementaire (environ 5300 Euros nets ); Cette règle ne s'applique qu'aux Parlementaires. Ainsi, de nombreux élus locaux sont plus rémunérés que les Parlementaires.


  • Le statut des élus locaux reste bien incomplet, ils n'ont pas de couverture sociale et un régime de retraites très imparfait. Ceux qui cessent leur activité professionnelle pour exercer un ou plusieurs mandats locaux sont pénalisés. Ceux qui conjuguent métier et mandats ont peu de facilités et prennent souvent des congés sans solde.


Quelques réflexions personnelles :


  • L'exercice de mandats locaux me paraît nécessaire à la fonction de législateur, car elle oblige à pratiquer la proximité avec les électeurs et les territoires. La gestion d'une collectivité locale donne aussi le sens des responsabilités et évite les décisions démagogiques.


  • Ne rassembler à Paris que des élus nationaux donnerait des assemblées coupées des réalités, « bunkérisées » dans un environnement confortable et peu en rapport avec les préoccupations de la majorité de nos concitoyens.


  • La question de l'argent ne doit pas être éludée : Le travail des élus est dans la très grande majorité des cas extrêmement fourni. Les revenus des parlementaires sont plus élevés que ceux des ouvriers et de nombreux salariés. Ils restent sans commune mesure avec ceux des chirurgiens, des notaires, de gérants d'entreprises moyennes, de certains commerçants, de certains hauts-fonctionnaires, sans aller chercher les revenus des traders et des patrons du CAC 40.


  • Les discours populistes sur le non cumul ont été de mode. Tenus souvent pour chercher la popularité au sein de congrès, sous prétexte un jour de renouvellement, un jour de parité, ils ont été parfois tenus au P.S. pour des raisons de « congrès » et d'alliances de congrès.


  • Choisir entre la légitimité donnée par les électeurs et celle donnée par les militants de son parti est un choix cornélien, qui risque de rencontrer, de part et d'autre, l'incompréhension. Souvent, les gens dénoncent le cumul mais sont fiers et heureux d'avoir leur Maire député.


  • Il me paraît irréaliste d'être simultanément Président de Conseil Régional ou Général, Maire d'une Grande Ville, Président d'une Communauté Urbaine, et Parlementaire. C'est une question de disponibilité et de sérieux dans l'exercice de son mandat.


  • Pour autant, être Conseiller Régional, Général, Maire d'une commune de taille modeste, est compatible avec un mandat national. Après trois ans de mandat national, je mesure que cette catégorie est paradoxalement la plus assidue à Paris.


Les militants du Parti Socialiste ont majoritairement adopté une disposition sévère qu'ils veulent appliquer immédiatement et unilatéralement : obliger les élus nationaux à abandonner un de leur mandat en cas d'élection à un second mandat local.


Si notre parti applique seul cette disposition, il court le risque de compétitions inégales. Les électeurs (observons les scores de candidats dans leurs territoires) votent plus pour leurs élus locaux que pour les autres. Ils espèrent ainsi des retombées d'un maire ayant un autre mandat, même si, en fonction des majorités, cela n'a rien de systématique. Les élections sénatoriales en sont un exemple fréquemment cité.


Nous nous trouvons donc devant une situation délicate : revenir sur le vote des militants ou pénaliser nos candidats face aux autres parti n'ayant pas les mêmes règles.


Il existe une façon de régler la question : Gagner en 2012 ! L'engagement de voter une loi rapidement sur ce sujet est pris. Elle s'appliquera à tous et il n'y aura plus l'argument dit du « désarmement unilatéral ».


Encore faudra-t-il que cette loi soit correctement élaborée et tienne compte des principes évoqués plus haut !

 

Lire la suite