Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Blog de Christian Eckert

Articles récents

Les lobbies toujours efficaces, même sur le prix de l'eau !

8 Février 2012 , Rédigé par Christian Eckert

 

Les questions autour de l'eau m'ont toujours passionné. C'est une thématique, particulièrement lorsque l'on est élu, qui croise tant de sujets de société : environnement, finances, service public, pauvreté, géopolitique, technique, solidarités, biologie, conflits d'usage, géologie, multinationales...

 

Président d'un syndicat public d'alimentation en eau potable depuis longtemps, c'est un domaine où je me suis beaucoup investi pour des raisons très personnelles. C'est également un domaine trop souvent délaissé par les élus, car il y a beaucoup plus de « coups » à recevoir que de lauriers à récolter ! On dit souvent que pour être réélu, mieux vaut faire des trottoirs qui se voient que des tuyaux que l'on enterre...

 

Depuis quelques temps, l'Agence de l'Eau Rhin Meuse dont je suis l'un des administrateurs, élabore son programme pour les six prochaines années. Cet organisme est peu connu, sauf pour les taxes qu'il prélève sur les factures d'eau et d'assainissement. Opérateur de l'État, l'Agence collecte des taxes, et les redistribue sous forme d'aides aux collectivités, aux industriels, aux agriculteurs, aux fins de gérer mieux les ressources et de protéger les milieux... Tout cela représente quand même des programmes d'environ 1 Milliard d'Euros sur 6 ans pour la Lorraine, l'Alsace et une partie de Champagne Ardennes !

 

Les usagers domestiques contribuent pour 86,4 % aux recettes de l'Agence. Les industriels à hauteur de 12,1%, les agriculteurs 1%, les pêcheurs 0,5%.

 

C'est profondément injuste. Le principe pollueur payeur est totalement oublié  et les pauvres consommateurs sont ponctionnés exagérément.

 

J'avais été désigné pour président la commission dite des programmes, en charge de proposer les règles de la future période de 6 ans au Comité de Bassin de l'Agence qui statuera dans quelques mois.

 

J'avais donc souhaité, après un accord de principe admis dans un premier temps par tous, rééquilibrer modestement mais progressivement les contributions de chaque catégorie. Après un long travail avec les services et plusieurs réunions de commission, j'ai du jeter l'éponge. Je ne peux cautionner ce système injuste où les lobbies industriels et agricoles imposent leurs privilèges. Les consommateurs sont bien moins présents dans ces instances, et certains élus (devinez de quel côté ?) y défendent bien plus leurs amis que l'énorme majorité de leurs électeurs.

 

Au moins, ma parole sera libre pour m'exprimer lorsque l'occasion m'en sera donnée.

Lire la suite

Claude Guéant prépare les législatives...

5 Février 2012 , Rédigé par Christian Eckert

« Contrairement à ce que dit l'idéologie relativiste de gauche, pour nous, toutes les civilisations ne se valent pas. »

Cette phrase de Claude Guéant allume un violent débat dans cette pré-campagne électorale…

Sortie de son contexte et expurgée de l’habituel coup de patte à la gauche, cela aurait pu être la base d’un sujet de philosophie au bac ! Oui mais voilà, c’est le Ministre de l’intérieur qui parle, bras droit d’un Président sortant, pas encore candidat mais déjà presque sorti… Et il parle de cela dans un contexte, où les appels du pied, particulièrement venus de Guéant, aux électeurs du front national, se multiplient en utilisant toutes les ficelles. Après les discours de Dakar, puis de Grenoble, les propos de Claude Guéant ne sont pas distillés au hasard. Les tabous tombent, et la banalisation du Front National est maintenant aboutie… Une partie de la droite UMP est prête à sauter le pas et à faire alliance avec le Front National.

A entendre les propos de certains députés de droite, la seule question est de savoir s’ils le feront avant, pendant ou après les prochaines élections législatives…

Lire la suite

SARKO : Liquidation totale avant fermeture définitive !

3 Février 2012 , Rédigé par Christian Eckert

Monsieur Sarkozy ne sait plus quoi inventer en cette fin de mandat, et on ne sait plus très bien si ses dernières décisions sont destinées à donner l’impression qu’il aurait (encore une fois !) changé, ou s’il s’agit de ses derniers cadeaux à ses amis, un peu comme quand on affiche : « liquidation totale avant fermeture définitive ».

 

Prenons la dernière invention du non-encore candidat mais toujours Président : majorer de 30% les autorisations de construire dans tous les documents d’urbanisme. Bien que le détail et la portée de cette OVNI du droit à bâtir ne soient pas encore connus, on peut d’ores et déjà faire deux remarques essentielles :

 

·         - Une règle uniforme à l’ensemble du territoire est une ânerie monumentale s’agissant de questions d’urbanisme : Les choses ne se traitent pas de la même façon au bord de la mer, en centre-ville ancien, à Paris, dans un bourg rural, dans une cité de banlieue ou dans une zone de montagne ! Comme si en plus, les maires avaient l’obsession de limiter les droits à construire, les exemples que je connais relèvent plutôt du contraire…

·         - Le législateur, pas toujours aussi stupide que semble le croire notre Président-monarque, a donc confié aux élus locaux le soin d’élaborer des documents d’urbanisme adaptant aux réalités locales le droit de l’urbanisme national. La préparation et l’adoption de ces documents (Plans locaux d’urbanisme, cartes communales…) sont encadrées pour éviter que les intérêts particuliers ne l’emportent sur l’intérêt général. Modifier par une décision nationale ce travail local dépossède les élus locaux de la compétence qui leur a été confiée et frise l’inconstitutionnalité.

 

Alors pourquoi cette invention subite ?

 

Chacun aura compris que les spéculateurs fonciers et les bétonneurs « frères » du Président (ce sont souvent les mêmes) trouveront là des marchés et des profits, au mépris de la cohérence des quartiers, de la préservation des sites, de la qualité de vie. Si dans certains secteurs la densification de l’habitat est souhaitable, il en est d’autres où elle est à proscrire… Mais que les bétonneurs, les spéculateurs fonciers et immobiliers se rassurent, le Président sait être reconnaissant envers ses amis : il fera ce dernier cadeau, et convaincra ses députés godillots de voter… Après tout, ce n’est qu’un cadeau de plus !

Lire la suite

Dernières cartouches du Président chancelant

1 Février 2012 , Rédigé par Christian Eckert

 

Fin de séquence, fin de règne, dernières cartouches, va-tout... On ne sait plus très bien ce qui caractérise cette période de la mandature du Président sortant, et cet épisode de la législature UMP et consorts...

 

En tout cas, à l'Assemblée Nationale, l'ambiance est curieuse : il y a un mois, on s'acheminait vers une fin des travaux législatifs vers le 27 février, avant un repli de chacun sur sa circonscription, pour faire campagne tant présidentielle que législative... Tout juste quelques petits textes (pas révolutionnaires) à achever...

 

Aujourd'hui, patatra, le Président impose avec son gouvernement, un bouleversement de la donne : La diarrhée législative reprend... Cette majorité vient d'ouvrir les yeux, et découvre que ce qui n'a pas été fait en 5 ans doit être bouclé en 80 jours ! Les députés auront 4 heures pour amender un texte majeur qui leur sera communiqué le 8 février à midi.

 

Mais le plus surprenant, c'est que ces mesures sont le contrepoint de ce qui a été prôné et fait durant les 5 dernières années :

 

  • - La TVA dite sociale, dont on nous avait dit qu'elle était injuste, contre-productive, frein à la consommation et au pouvoir d'achat, devient en quelques jours le remède miracle, facteur de compétitivité, et donc indispensable ! Madame Pécresse a même osé me parler de 100 000 emplois en jeu ! Si c'était si évident, pourquoi ces gens si courageux ne l'ont-ils pas fait plus tôt ! Et si c'était si vrai, pourquoi envisager de ne l'appliquer qu'en octobre, soit plusieurs mois après les élections !

  • - La taxation des transactions financières (TTF), que nous n'avons cessé de proposer par voie d'amendement à tous les textes financiers, était toujours refusée au Parlement. C'était impossible, source de pertes d'emplois dans les banques, facteur d'évasion des marchés, cela ferait fuir les investisseurs... Mieux même, ils avaient supprimé l'impôt de bourse en 2008, pour « faire de Paris une grande plate forme boursière concurrente de la City ». Aujourd'hui, il devient urgent de le rétablir, sans d'ailleurs instaurer une vraie taxe « TOBIN » !

  • - La Banque publique d'investissement, qui est un piliers de nos propositions en matière de réindustrialisation, ils nous disaient que cela existait un peu, que l'Etat devait laisser les banques privées faire leur métier... Tout à coup, c'est une idée tellement bonne que cela doit se faire toutes affaires cessantes, qu'un premier Milliard y sera consacré, et qu'Oséo, la Caisse des Dépôts, le Fonds stratégique d'investissement, l'Agence de Participations de l'Etat, c'est effectivement un peu court si l'on veut investir dans l'industrie pour ne pas devenir un pays sans entreprises.

  • - Le droit du travail et les 35 heures, bouc-émissaire depuis si longtemps de tous les désastres industriels d'après la droite, avaient été écornées, rognées, détricotées... Mais le Président a toujours dit qu'il ne les supprimerait pas. Tout à coup, la démarche dite d'accords de compétitivité, devient urgente et les accords locaux pourront piétiner les droits sociaux, comme si le « Conti » et autres salariés avaient eu le choix entre l'abandon de leurs droits légitimes et la disparition de leur entreprise!

 

En réalité, ces subites conversions philosophico-politiques, sont les derniers gages donnés à ses amis par un Président asservi au monde de la finance et de la macro-économie. En plus il s'agit là d'une véritable opération électoraliste : faire voter en février, dans la précipitation, des mesures applicables après les élections qui proposeront aux français d'arbitrer des choix économiques et fiscaux majeurs.

 

Sur les questions européennes, c'est du même ordre : céder aux pressions allemandes en adoptant sans ratification nationale des mesures qui ne préfigurent que de l'austérité sans croissance, c'est laisser les électeurs hors du jeu. Il est vrai que Madame Merkel a promis de soutenir le candidat Sarkozy dans ses meetings de campagne.

 

Comme si la chancelière allemande devenue Présidente de l'Europe pouvait sauver un président français devenu chancelant en Europe !

 

Lire la suite

TVA SARKOZY : Carburants, Energie et Téléphonie vont aussi augmenter

31 Janvier 2012 , Rédigé par Christian Eckert

 

 

 

 

 

Bien sûr, Valérie Pécresse répond à côté !

 

Mais sa "non réponse" le confirme :

 

les carburants, le courant électrique, le gaz, le fioul domestique, la téléphonie vont encore et aussi subir la hausse de TVA !

 

________

 

 

 

Lire la suite

Adhérez à l'Association Citoyenne pour assigner Bernard Tapie à rembourser !

31 Janvier 2012 , Rédigé par Christian Eckert

La presse a déjà relayé l'information :

 

Avec deux autres collègues députés, nous avons assigné les époux Tapie à rembourser les sommes énormes perçues sur les fonds publics suite à une procédure que nous estimons abusive.

 

Près de 400 Millions d'Euros sont en jeu !

 

L'association Citoyenne accompagne un sociétaire du Crédit Agricole, la Banque ayant racheté le Crédit Lyonnais, pour faire valoir ses droits, et plus largement défendre les intérêts publics lésés par cet arbitrage indigne.

 

Vous pouvez, par votre adhésion, même modeste, appuyer notre action.

 

Visitez notre site internet et adhérez si vous le souhaitez,


en cliquant ici !

 

 

---------

 

Lire la suite

François Hollande et les banques !

24 Janvier 2012 , Rédigé par Christian Eckert

 

 

 

Une vidéo pour connaître nos propositions sur le monde de la finance !

 

 

 


CLIQUEZ ICI

Lire la suite

Marianne a noté les députés !

23 Janvier 2012 , Rédigé par Christian Eckert

Le site nosdéputés.fr est un excellent indicateur de l'activité des députés. Il s'abstient de classer les députés, tant il est difficile de faire le tri entre la présence sans parler, la parole sans contenu, la cosignature d'un amendement collectif, la rédaction d'un rapport pas toujours personnel, les questions écrites produites par un assistant zélé, les questions orales télévisées et prisées...

 

Le journal Marianne s'est risqué à faire une compilation donnant à chaque député une note... C'est un exercice qui introduit des "pondérations" entre les item que fournit le site nos députés.fr. Il pourrait y en avoir d'autres, mais le travail de Marianne repose sur des "pondérations" plutôt pertinentes. C'est en tout cas plus intelligent que de mettre au même niveau une simple question écrite et un volumineux rapport parlementaire...

 

Le site du journal donne les résultats et les liens utiles à tout approfondissement de ces questions. Pour accéder à l'article,

 

cliquez ici !

Lire la suite

L'imbécilité de la politique de l'emploi...

18 Janvier 2012 , Rédigé par Christian Eckert

 

La politique de l'emploi de ce Gouvernement est d'une imbécillité rare....

 

Une contradiction incroyable continue de faire en sorte que les grands groupes se goinfrent des aides publiques dont la cohérence échappe à tout entendement :

 

  • - Les heures supplémentaires effectuées par les salariés sont exonérées de charges sociales et ne sont pas assujetties à l'impôt sur le revenu. Cette mesure est en soi déjà contestable : car lorsque le nombre de chômeurs explose, il vaudrait mieux privilégier les embauches. Il y aurait moins de chômeurs à indemniser et les budgets sociaux et celui de l'Etat conserveraient des recettes qui lui manquent grandement.

 

  • - Les entreprises qui doivent faire face à des baisses d'activité sont accompagnées financièrement par l'Etat pour mettre en place des journées de chômage partiel. Elles peuvent ainsi conserver leur personnel en attendant le retour de l'activité, sans que les salariés ne subissent des pertes de salaires voire des licenciements économiques. L'Allemagne a eu largement recours à ce type de mesures pour garder les emplois immédiatement opérationnels lorsque l'activité reprend. En outre, les heures dégagées peuvent être consacrées à de la formation.

 

Le pire et le comble consiste à juxtaposer les deux mesures. :

 

Ainsi, dans un même groupe, comme dans les grandes entreprises de l'automobile ou chez Mittal, les dirigeants ont parfaitement intégré les avantages qu'ils peuvent tirer de la juxtaposition des deux dispositifs : dans certaines usines, on fait payer l'Etat pour du chômage partiel, alors qu'en même temps, parfois à quelques encablures, on pratique les heures supplémentaires pour avoir de la main d'oeuvre moins chère et priver les caisses publiques de ressources....

 

Allez comprendre ! Les deniers publics pour faire travailler plus, et les mêmes deniers publics pour faire travailler moins ! Et le tout dans un même groupe industriel ! Et le tout sans effet sur l'emploi !

 

Si le chômage partiel nous paraît une mesure adaptée aux périodes de crise en la dosant pour éviter les effets d'aubaine, l'encouragement fiscal aux heures supplémentaires est à proscrire avant un reflux important du chômage qui n'est pas prêt de se concrétiser. Quant à la situation actuelle qui permet de cumuler les deux, c'est évidemment l'assurance de voir les capitaux publics détournés au profit des actionnaires de grands groupes !

 

Ils l'ont parfaitement compris, le montant des dividendes versés le prouve, mais ce gouvernement est soit naif soit complice !

 

Il est temps d'en changer.

 

Lire la suite

François Hollande en terre lorraine !

18 Janvier 2012 , Rédigé par Christian Eckert

Beaucoup d'émotion hier, à Thionville, Gandrange et Metz, où François Hollande a bel et bien endossé ses habits de candidat à la fonction présidentielle.

 

Même la nuée de journalistes sur place n'a pas empêché la proximité affichée par François au cours de ce déplacement.

 

Avec Martine Aubry, Première secrétaire reléguée au rôle de "second(e)", ils ont transmis aux centaines de présents un formidable sentiment mélange d'écoûte, de détermination et de fraternité que la Gauche retrouve, souvent plus durant les campagnes électorales que quand la nécessité de gestion quotidienne la contraint à moins d'épanchements et d'envolées lyriques.

 

Quel bonheur de sentir que les femmes et hommes politiques savent aussi trouver le temps de la fraternité pour nourrir leur action et trouver la force de croire en un avenir collectif qui saura dominer les individualistes croissants et les intérêts partisans que Nicolas Sarkozy a flattés, servis et confortés.

 

Notre candidat revenait de sa tournée aux Antilles et en Guyanne,. A peine sorti de l'avion, malgré le décalage horaire, le manque de sommeil, le choc des changements climatiques, il est venu en train, a pris le temps d'écouter, de dire, de poser pour des photos souvenir, de signer des autographes, d'embrasser, de sourire, le tout sans aucune nervosité.

 

Arrivé avec une petite heure de retard à Metz, il prenait le temps de parler à ses amis socialistes lorrains avec son "humour sérieux", d'une voix un peu cassée par la fatigue.

 

Derrière lui, j'ai lorgné le petit mot qu'on lui passait discrètement sur le pupitre : "si tu ne pars pas dans deux minutes, tu loupes le dernier TGV"...Conscient de l'attente de son public, il poursuivait, imperturbale, pour finir par dire entre deux phrases : "Tant pis, je rentrerai en voiture !". Et de décocher encore et toujours quelques flèches contre ce président sortant qui fait lui une véritable précampagne dans son "Sarko'one" et en hélicoptère présidentiel aux frais de la République dont il bafoue tous les jours les principes.

 

C'est ça aussi l'honneur de la Gauche, d'avoir le sens de l'amitié, de la fraternité et du contact direct.

 

Il saura sans nul doute être un grand Président, et redonner à la fonction toutes ses dimensions sans oublier celle de la proximité avec le peule.

Lire la suite