Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Blog de Christian Eckert

Articles récents

Alpha Santé : la balle dans le camp du Gouvernement !

8 Mars 2012 , Rédigé par Christian Eckert

 

 

 

 

Après la journée d’hier, un peu folle, concernant Alpha Santé, il nous faut redoubler de vigilance. Que cache l’attitude du Ministère, qui semble de plus en plus avoir tardé à ouvrir le dossier, et qui pourrait être tenté de le refermer rapidement.

 

Les différents contacts de ce jour, dont je vous épargne les détails, ont malheureusement indiqué que rien n’est joué. Demain vendredi se déroule à Paris une réunion « technique » où le Ministère de la santé verra les responsables locaux et régionaux et mesurera comment construire, valider et accompagner la poursuite des activités du groupe. Certes, il faudra dans un premier temps restructurer l’offre de soins, et cela n’ira pas tout seul. C’est le prix à payer pour éviter le dépôt de bilan, qui provoquerait un plan massif de licenciements, avant que les groupes privés ne viennent faire leur marché en transformant les hôpitaux de proximité en centres de recrutement de malades à faire soigner dans leurs cliniques des grandes villes.

 

Il faut que le Ministère s’engage à donner les aides financières à SOS Hôpital nécessaires à couvrir les deux premières années de déficit, comme au CHR de Metz Thionville pour sa partie.

 

Michel Liebgott, mon collègue député du secteur Hayangeois, et moi avons convenu avec le Préfet de Région de nous voir mardi prochain en début d’après-midi pour faire le point.

 

De la même façon, nous demandons à rencontrer Xavier Bertrand, qui peut décider de la suite à donner, en totalité ou en partie, aux demandes des repreneurs publics ou privés non lucratifs toujours candidat à reprendre les activités existantes.

 

Bien sûr, nous avons averti notre candidat François Hollande de la possibilité qu’à côté de Gandrange et Florange, se déroule un autre abandon qui, outre la destruction possible de 2 000 emplois, créerait un vide complet de structure hospitalière dans un bassin de population qui a tant donné à la Nation.

 

Tout cela pour faire place aux structures privées, qui ne s’embarrasseront pas de questions d’aménagement du territoire et penseront plus à satisfaire leurs actionnaires que leurs patients.

 

Plutôt que de penser à la santé des gens, à l’emploi des salariés, le Gouvernement chercherait-il à faire faire une bonne affaire à un groupe privé ?

 

 

 

Lire la suite

Défendre ensemble notre accès aux soins !

7 Mars 2012 , Rédigé par Christian Eckert

 

Depuis lundi, les nouvelles concernant l'avenir d'Alpha Santé et des hôpitaux d'Hayange et de Longwy se multiplient et inquiètent légitimement les personnels et les populations de nos territoires. Tous avaient décidé de manifester leur attachement à leur hôpital à Mont-Saint-Martin en début d'après-midi ce mercredi. Retenu à Paris pour la fin des travaux parlementaires et divers rendez-vous, j'avais demandé à mon suppléant et mon assistant parlementaire de m'y représenter et d'y apporter mon soutien.

 

Mardi matin, j'avais adressé par mail un message au cabinet du Ministre de la Santé, pour exiger l'engagement de l'État à accompagner financièrement l'adossement d'Alpha-Santé au CHR de Metz-Thionville pour la partie hayangeoise, et à une structure de type privé non-lucratif pour le reste d'Alpha-Santé, à savoir SOS Hôpital puisque c'est aujourd'hui la dernière offre restante.

 

Faute de réponse, j'avais « coincé » Xavier Bertrand à la sortie de la séance de questions au Gouvernement. Avec mon collègue Michel Liebgott, Député de Moselle, nous l'avions à nouveau sensibilisé à l'urgence de ce dossier. Il a écouté nos arguments et a promis une réponse rapide, nous citant l'exemple de l'hôpital du Creusot où le défaut d'engagement rapide avait finalement conduit à une dépense supérieure...

 

À treize heures aujourd'hui, j'ai joint Monsieur le Préfet de Région qui m'a dit avoir transmis au Ministère l'état du dossier, et avoir demandé de son côté des décisions de nature à préserver l'offre de soins notamment sur Longwy. J'ai aussi joint l'actuel Président d'Alpha-Santé pour avoir des informations.

 

Alors que la manifestation de Mont-Saint-Martin touchait à sa fin, un représentant syndical a annoncé avoir été informé par sa centrale que le Ministère envisageait purement et simplement la liquidation d'Alpha-Santé, avec les conséquence dramatiques que personne n'ose imaginer pour les personnels et les malades.

 

Immédiatement informé, j'ai cherché à joindre en vain, le Directeur de l'Agence Régionale de Santé (ARS) et le Cabinet du Ministre. J'ai aussi eu contact avec ma collègue UMP députée de Thionville pour savoir si oui ou non le Ministère pris une décision et communiqué sur le sujet. Elle n'en savait pas plus que moi.

 

En fin de journée, j'ai enfin été joint par le Directeur de l'ARS, puis par un membre du Cabinet du Ministre. Tous les deux m'ont confirmé qu'aucune décision n'était prise. Ils m'ont indiqué que l'ensemble du dossier était à l'étude, qu'une réunion technique aurait lieu à Paris ce vendredi, et qu'en début de semaine prochaine, des indications seraient fournies aux acteurs et élus locaux.

 

Je leur ai signifié notre détermination à conserver une offre de soins hospitaliers digne de la population de notre bassin. Je leur ai aussi rappelé notre combativité collective et bien connue.

 

Je reste mobilisé aux côtés de tous, actif sur ce dossier, et mettrai le Gouvernement face à ses responsabilités.

Ce qui se passe sur nos structures de santé est la conséquence des choix faits par ce Gouvernement, votés par la majorité UMP au Parlement. Cela va à l'encontre des intérêts justes de notre bassin.

 

Lire la suite

François et Christian

7 Mars 2012 , Rédigé par Christian Eckert

François et Christian

 

UNE CERTAINE COMPLICITE !

Lire la suite

Fin des travaux parlementaires...

7 Mars 2012 , Rédigé par Christian Eckert

 

A l'Assemblée Nationale, les travaux parlementaires s'achèvent, dans une ambiance curieuse. Certains députés, de tout bord, y passent leurs derniers moments.

 

Il y a ceux qui ne se représentent pas. Ceux là sont certains de ne pas revenir. Volontairement ou non. Certains ont décidé spontanément que leur carrière devait s'arrêter. D'autres ont été victimes du redécoupage, et en sont amers. Enfin quelques uns n'ont pas été investis par leur parti, parfois au prix d'accords électoraux contestables.

 

Il y a aussi ceux dont l'espoir de réélection sont minces. Dans les couloirs, en aparté, beaucoup de députés de droite ne se font guère d'illusions. Tout en espérant secrètement échapper au naufrage annoncé de la droite, ils mesurent jour après jour dans leurs circonscriptions l'impopularité de leur candidat et le besoin de retrouver une autre façon de construire ensemble un avenir meilleur.

 

Il y a aussi, à gauche, des parlementaires attachés à transformer en victoire réelle leur sentiment que François Hollande est en train de cristalliser sur son nom l'envie de changement. Ce n'est pas encore fait, mais l'ambiance des meetings, les contacts directs avec les électeurs, les commentaires des observateurs parisiens et les mines déconfites de nos concurrents contribuent à l'optimisme. Le nez dans la campagne présidentielle, tous les candidats socialistes savent que les législatives qui suivent des présidentielles ont toujours confirmé voire amplifié la victoire de ceux qui soutiennent le vainqueur.

 

Ces derniers moments à Paris sont aussi l'occasion de petits bilans collectifs et personnels :

 

Très sincèrement, le groupe des députés socialistes a bien travaillé. Difficile au début de convaincre les français que le paquet fiscal était une erreur fondamentale. A force de répétitions et avec l'exemple Bettencourt, nous avons gagné et fait reculer petit à petit la droite. Elle a fini par atténuer le bouclier fiscal, et diverses mesures servant les gros revenus ont durablement été comprises comme injustes. De belles bagarres ont été conduites, sur le travail dominical, sur les retraites, sur la fiscalité, sur la TVA sociale... Certes le fait majoritaire s'est imposé, mais les dégâts causés sont importants et marqueront les prochaines échéances.

 

Le député que je suis a pris sa part dans ce travail. Ceux qui mesurent l'assiduité et l'activité des députés m'ont classé premier sur les 577 députés français. Ce n'est pas une fin en soi, mais cela mérite de saluer le travail collectif de mon équipe parlementaire, l'indulgence de ceux ont facilité mon engagement en m'encourageant, en me conseillant, en supportant mes absences ou encore en acceptant mes insuffisances... Famille, amis, collègues élus, collaborateurs se reconnaîtront aisément.

 

Il nous faudra poursuivre, peut être dans un autre contexte, celui du changement de majorité que nous espérons prochainement. Cela sera un nouveau défi que nous proposerons aux électeurs, avec le souci de l'intérêt général toujours supérieur aux intérêts personnels.

Lire la suite

Candidat sortant ?

6 Mars 2012 , Rédigé par Christian Eckert

il tourne le dos aux maths

 

Quel contraste entre François Hollande, hier auprès de nous à Nancy, et le candidat sortant qui semble vouloir tourner le dos........ aux Mathématiques et..... aux français !

Lire la suite

pouvoir d'achat en berne !

28 Février 2012 , Rédigé par Christian Eckert

 

 

 

Une (dernière) question au Gouvernement pour cette législature :

 

Le pouvoir d'achat en berne !

 

Lire la suite

Coopération transfrontalière franco-luxembourgeoise : du concrêt ?

27 Février 2012 , Rédigé par Christian Eckert

 

Ce jeudi se réunira à Pais la CIG (Conférence intergouvernementale) franco-luxembourgeoise au Quai d' Orsay à Paris. Le Ministre des affaires européennes français Jean Léonetti et Jean Marie Halsdorf Ministre luxembourgeois de l'Intérieur et de la Grande Région présideront ce rendez-vous.

 

Participent à ce genre de réunion une douzaine de français, mélange d'élus et de fonctionnaires Préfet de Région en tête, et autant de luxembourgeois, tous fonctionnaires sauf le Ministre.

 

C'est la seconde édition, la première datant du 21 avril 2011. Entre les deux, des groupes de travail étaient censés se réunir, mais ils ne l'ont été que très récemment pour préparer ce nouveau rendez-vous...

 

On parlera du projet Esch-Belval, sur lequel on avance à très petits pas en France. L'établissement public projeté n'en finit pas d'être sur le point d'être créé, et le contenu du projet qu'il doit porter a bien du mal à se dessiner. Quant au budget réservé, c'est un apport de terrains post-industriels agrémenté de quelques fonds de tiroir...

 

On évitera sûrement de parler des choses qui fâchent, comme par exemple la possibilité d'envisager en France une zone à fiscalité particulière, seule capable d'attirer du développement économique sur ce périmètre soumis à la concurrence de la fiscalité luxembourgeoise.

 

On ne parlera sûrement que très modestement des questions sociales liées au statut des frontaliers, qui touchent portant leur vie quotidienne, par exemple sur les allocations aux études, le handicap, le chômage ou la dépendance.

 

On évoquera les questions de santé en renvoyant sûrement à un groupe de travail... Alors même que les hôpitaux français sont malades et que ceux du sud du Luxembourg se restructurent, personne n'a aujourd'hui de vision transfrontalière de l'offre de soins et des besoins de santé dans un périmètre où se croisent tous les jours des dizaines de milliers de salariés...

 

On annoncera encore une fois (la troisième je crois) la suppression du poste frontière de Zouftgen, la mise en place de quelques groupes de concertation, sur l'enseignement, sur les transports, terrestres ou ferroviaires...

 

Tout cela sera paraphé par les Ministres, et sera communiqué à la presse avec force congratulations et poignées de main chaleureuses.

 

On refera le point dans un an...

 

A nous en cas de victoire, de trouver le sens de l'action concrète, et de répondre avec réalisme aux questions de vie quotidienne de nos concitoyens. Il y a du boulot !

Lire la suite

Le Canard enchaîné toujours attentif...

22 Février 2012 , Rédigé par Christian Eckert

ARTICLE PARU CE MERCREDI DANS LE CELEBRE JOURNAL SATYRIQUE.  

 

canard

Lire la suite

Pourquoi je m'abstiendrai sur le MES...

21 Février 2012 , Rédigé par Christian Eckert

Pour un député, il est toujours délicat de choisir entre la solidarité à l'intérieur de son groupe politique, son avis personnel et la pression des électeurs.

 

C'est plus vrai en France que dans d'autres démocraties. Chez nous, la diversité des avis dans un même parti est toujours exploitée comme une faiblesse. Le parti socialiste a été souvent critiqué sur cet aspect, que ce soit lors de ses congrès ou lors des primaires citoyennes. Notre transparence nous a valu bien des déboires...

 

C'est encore plus vrai à une encablure d'élections déterminantes comme aujourd'hui. Nul doute qu'un vote partagé des socialistes sur le Mécanisme Européen de Stabilité (MES) ferait l'objet d'attaques de Nicolas Sarkozy pointant l'indécision comme manque de courage en période de crise, et stigmatisant un parti ou un candidat hésitant.

 

Sur le fond, le MES soumis ce soir au vote de l'Assemblée répond à une demande des socialistes français : Nous avons toujours dit qu'un tel dispositif avait trop tardé à se mettre en place et qu'il était trop peu ambitieux. La situation de l'Euro et de certains pays de l'Union sont les conséquences du manque de décisions claires des actuels dirigeants européens sur ce point.


Pour autant, la conditionnalité de l'obtention des aides pour les pays en difficulté, fait référence à un futur traité qu'il est hors de question pour nous de ratifier sans modification. François Hollande a clairement dit que la renégociation de ce futur traité sera pour lui une priorité, et que la légitimité issue de son élection en serait un levier important.

 

De plus, l'impossibilité faite à la Banque Centrale Européenne d'être ressource du MES est une imbécillité que Le Président Sarkozy a concédé à Madame Merkel.

 

Alors j'avoue avoir beaucoup hésité sur mon vote de ce soir.

 

Jean Luc Mélenchon en fait des tonnes en mélangeant habilement les deux validations à examiner. Le MES est-il indépendant du futur traité où les contraintes oublient la croissance nécessaire, et où l'austérité aveugle entraîne la récession dont les plus fragiles sont les innocentes victimes. Juridiquement non, mais politiquement peut-être.

 

La droite guette un faux-pas chez les socialistes et criera au manque de courage, au renoncement et à l'indécision.

 

Après avoir écouté Costa Gavras et d'autres grecs ce matin, j'ai décidé de ma rallier à la proposition du mon groupe et de m'abstenir. Parce que le signal envoyé au malheureux peuple grec serait terrible si nous ne les aidions pas. Parce que l'espoir de renégocier le second traité est réel et sera d'autant plus fort que notre candidat sera bien élu.

 

Mais ce choix d'aujourd'hui assumé et réfléchi, ne remet pas en cause mes positions précédentes et à venir sur les questions européennes. L'Europe d'aujourd'hui n'est en rien l'Europe que j'appelle de mes voeux. Elle n'a pas de volet social et ne pose pas les conditions d'une croissance plus que jamais nécessaire pour assurer le progrès social dans un équilibre retrouvé.

 

Le vote d'aujourd'hui engage à la solidarité et ce n'est que le futur traité qui représente un vrai danger de perte de souveraineté. Ce sera un combat que je mènerai comme d'habitude, avec force et conviction.

Lire la suite

Mon interpellation à Valérie Pécresse sur Maurice Bidermann

21 Février 2012 , Rédigé par Christian Eckert

 

 

 

 

 

Valérie Pécresse et moi parlant de fraude fiscale :

J'évoque le cas de Maurice Bidermann à l'Assemblée Nationale.
Voir mon intervention à 5mn du début.

La Ministre intervient en (non) réponse à 13mn du début.

Maurice Bidermann est aussi membre du Premier Cercle des donateurs à l'UMP !

 


 

Lire la suite