Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Blog de Christian Eckert

Articles récents

Transparence et clarifications nécessaires...

14 Mars 2012 , Rédigé par Christian Eckert

Dans des dossiers complexes comme celui d'Alpha Santé, il est difficile, particulièrement en période électorale, d'éviter les sous-entendus, les arrières pensées et les manipulations.

C'est d'autant plus difficile que l'on touche à la politique de santé qui touche les habitants, à l'emploi direct ou indirect de nombreux salariés, aux intérêts financiers pas toujours avouables de certains groupes privés.

C'est encore plus difficile parce que les partenaires sont divers : l'Etat central, l'Etat décentralisé (l'ARS), les organisations syndicales, les élus locaux et nationaux, parfois engagés dans des campagnes électorales proches...

 

Face à cela, j'ai pour ma part pris le parti de la transparence totale, de la présence active sans caractère ostentatoire, de l'écoûte et du respect de chacun. J'assume mes prises de position, en sachant qu'elles se font en fonction des informations en ma possession à l'instant t, et qu'elles peuvent être reçues et évaluées par d'autres à la lumières des leurs, qui peuvent êtres plus complètes ou moins exhaustives que les miennes... Je les mets par écrit et les publie, par souci de clarté et de précision.

 

Il semble que certains s'interrogent, et quoi de plus normal, sur le fait qu'hier, en sortant de l'entrevue avec l'ARS et le Préfet, j'ai annoncé la fermeture programmée de la maternité de Mont-Saint-Martin. Avec les collègues présents dont, entre autres, Ahmed Zamoum, Christian Ariès, Michel Liebgott, Philippe David, Philippe Tarillon et Brigitte Vaisse, nous avons entendu le Directeur de l'ARS et le Préfet. J'ai pour ma part confronté avec nombre d'entre-eux depuis hier soir, nos analyses des propos tenus. Vous pouvez les interroger.

 

Si l'ARS souhaite démentir ses propres propos, c'est son affaire.

 

Peut-être que ma réaction au cours de la réunion, déapprouvant ouvertement les positions de l'ARS, l'ont conduit à atténuer les choses devant les syndicats ! Si c'est le cas, tant mieux !

 

Si les réactions d'indignations observées, comme les nombreuses mobilisations conduisent l'Etat à revenir sur la décision de programmer la fin de la maternité sur le Bassin de Longwy, tant mieux aussi !

 

Que l'ARS annonce AVANT l'Assemblée Générale du 16 mars prochain le maintien de TOUTE l'offre de soins à Mont-Saint-Martin, et tout sera clair. Je serai alors prêt à "oublier" ce que j'ai entendu hier après-midi.

 

Bien sûr qu'en prenant la parole devent les salariés, j'avais conscience d'être le messager de mauvaises nouvelles.

 

Ceux qui la semaine dernière, ont annoncé au cours de la manifestation, les informations obtenues de leur centrale syndicale, faisant état de la FERMETURE de l'hôpital, ont eu la même attitude, et je le comprends.

 

Lire la suite

Mon compte-rendu d'hier sur Alpha Santé...

14 Mars 2012 , Rédigé par Christian Eckert

« La durée de règlement d’une situation est proportionnelle à sa complexité ».  C’est par cette phrase sibylline que le Préfet de Région, a ouvert et refermé la réunion qu’il a tenue hier avec les élus.

D’abord le contexte. Il y a un mois, le 6 février, le Préfet avait réuni les députés, départements et communautés de communes concernés par le dossier Alpha-Santé. C’est lui qui invite, fixe les modalités et les participants à ce type de réunions. Dès le lendemain, j’avais communiqué aux organisations syndicale les informations qui y avait été données, et qui posaient les jalons de l’adossement au CHR et à SOS Hôpital.  

Depuis, le mouvement de mobilisation s’est amplifié, notamment suite à la communication par une organisation syndicale, d’informations en provenance du Ministère précisant que l’Etat ne financerait pas les « adosseurs ». Beaucoup ont traduit cela de façon un peu synthétique par l’annonce de la fermeture de l’Hôpital de Mont-Saint-Martin.

Le Préfet a donc initié hier une réunion semblable à celle du 6 février. pour hier. Apprenant cette entrevue, les Syndicats ont fort justement organisé une manifestation à Metz, et demandé à être reçus aussi, ce qui a été fait dans la foulée, mais en séparant les deux entrevues. C’est la décision du Préfet…

Quelques remarques sur le fond :

Si certes le risque subsiste que les « adosseurs » finissent par retirer leurs propositions faute de contreparties, personne n’imagine que l’Hôpital de Mont-Saint-Martin puisse disparaître. De plus, à cet instant, le CHR et SOS continuent de discuter et leur intérêt à la reprise reste entier.

Tout la question est de savoir quel sera le calibrage de l’offre de soins pour le bassin de Longwy. C’est aussi cela qui conditionnera le nombre et le statut des salariés.

Encore une fois, aujourd’hui, il n’est nullement question de voir disparaître les urgences, la médecine et la chirurgie.

Si l’Etat avait décidé de garantir financièrement la reprise, il est certain que l’offre de soins sur Longwy n’aurait pas significativement évolué. C’était notre demande.

L’Etat n’a pas fait ce choix et tout laisse à penser qu’il ne changera pas d’avis. Je le regrette.

Le Ministère fait état de négociations globales, entre la CNAM, la Carmi, SOS, Hospitalor… Plus personne n’y comprend rien…

D’autre part, le CHR demande à ce que la rénovation et le redimensionnement de la maternité de Thionville soit enfin financé, en attente depuis longtemps bien que classé prioritaire…

Bref, la reprise de Alpha Santé se fait au prix de négociations extérieures, et il est anormal que l’offre de soins et l’emploi sur Longwy soient la conséquence de tractations où Longwy et Hayange n’ont rien à voir.

Dans ce contexte, j’ai entre autre interrogé le Directeur de l’ARS sur l’avenir de la maternité de Mont Saint Martin. Dans le langage « diplomatique » qui sied à ce genre de milieu, il a fait état de difficultés, de l’âge du Pédiatre, de la rénovation de Thionville, de la proximité de Briey… Sur mon insistance à ne pas pratiquer la langue de bois, il a clairement –et je l’ai vérifié ensuite auprès des autres participants- confirmé, certes sans donner de délais, de modalités ni d’alternatives, la disparition de la maternité. Il a même précisé que cette fermeture serait un argument supplémentaire pour obtenir les moyens de rénover Thionville.

Avant de partir, j’ai demandé au directeur « s’il allait annoncer cette fermeture aux syndicats ? ». Il m’a textuellement répondu : « S’ils me posent la question, oui ! ».

J’ai donc en sortant, annoncé les choses aux salariés présents. Aurais-je pu faire autrement ?

Il semble que la version de l'ARS aux salariés n'ait pas été bien claire...

 

Il faut donc poursuivre les actions. A chacun d’en décider les modalités…

Lire la suite

Alpha Santé, il faut exiger l'engagement de ce Gouvernement !

12 Mars 2012 , Rédigé par Christian Eckert

Demain mardi, en Préfecture, il est prévu que le Préfet de Région et le Directeur de l'Agence Régionale de Santé (ARS) fassent le point du dossier Alpha Santé.

 

Espérons que nous saurons si l'Etat a pris conscience de l'enjeu : 2 000 salariés et 150 000 habitants risquent de voir pour les uns leur emploi et pour les autres leur offre de soins disparaître.

 

Il y a aujourd'hui un schéma qui permet la poursuite, certes au prix non négligeable de restructurations, d'éviter le dépot de bilan et donc le dépeçage après liquidation de l'ensemble Alpha Santé.

 

Personne n'imagine qu'un tribunal valide un plan social aussi massif et personne n'ose croire que le bassin de Longwy soit dépourvu d'un hôpital de première nécessité.

 

Le problème est que les propositions de reprise sont conditionnées au fait que l'Etat accepte de "couvrir" tout ou partie des déficits en cours et à venir pour au moins les premières années.

 

A ce jour, il n'y a aucune assurance et le risque existe, même si ce n'est pas une certitude, que les "adosseurs" retirent leur offre et que le tribunal mette en vente le patrimoine d'Alpha Santé.

 

On peut alors redouter que le secteur privé ne vienne reprendre que la partie qui les intéresse et ne laisse orpheline la partie hospitalière d'Alpha Santé.

 

Beaucoup m'interpellent et me demandent d'appeler François Hollande pour lui demander de s'engager : C'est un peu fort de café !

 

A deux mois des élections, alors que rien n'est joué, comment faire porter par avance sur lui les responsabilités que ce gouvernement doit gérer !

 

N'oublions pas que la droite est au pouvoir depuis 10 ans, que Nicolas Sarkozy est Président depuis 5 ans, que cette majorité a voté la loi HPST qui est en grande partie la cause des maux d'Alpha Santé.

 

Sachons qu'aujourd'hui en France -et ce n'est pas une consolation- il existe de multiples cas similaires à celui d'Alpha Santé.

 

Ayons conscience que la Gauche a une autre conception de la Santé que ce Gouvernement, et que brader des structures médicales ou médico-sociales au secteur privé n'est pas notre objectif.

 

Avec d'autres, nous avons bien sûr sensibilisé l'équipe de François Hollande sur ce dossier. François Hollande est aujourd'hui simple député et Président du Conseil Général de Corrèze. Il n'est pas Ministre de la Santé...

 

Pour autant, c'est au Gouvernement d'aujourd'hui de prendre ses responsabilités.

 

La mobilisation de tous, population, élus, personnels, est bien sûr pour cela nécessaire.

Lire la suite

Seul le Ministre peut débloquer le dossier hospitalier de nos bassins...

12 Mars 2012 , Rédigé par Christian Eckert

Ci-dessous mon dernier courrier à Xavier Bertrand, avant les actions des prochains jours....

 

Monsieur le Ministre,


Je souhaite attirer votre attention par la présente sur la situation d’Alpha Santé, disposant de deux hôpitaux, l’un à Hayange (57) et l’autre à Mont Saint Martin (54), ainsi que de plusieurs EPHAD dans le Nord lorrain. Cette association emploie environ 2000 salariés dans des bassins d’emplois connaissant ou ayant connu des problèmes sociaux importants.


En raison de ses difficultés financières, cette association a été placée sous administration provisoire, en l'espèce celle de M. Bruno HEINRY, depuis le 1er décembre 2011, à la demande du Conseil d'Administration.


Afin d'éviter la liquidation judiciaire et pour préserver l'offre de soins, l’administrateur provisoire a échafaudé un plan de reprise et d'adossement.


Pour le site hospitalier de Hayange, la solution d'une reprise par le CHR de Metz- Thionville a été proposée et acceptée par le Conseil de Surveillance de cet établissement public régional, présidé par  le Maire de Metz, Dominique GROS.


S'agissant de l'hôpital de Mont-Saint-Martin, ainsi que des EPHAD, la solution de l'adossement à un groupe privé non lucratif a été retenue. Au départ 3 adosseurs s'étaient manifestés mais finalement seul le groupe SOS a marqué officiellement son intérêt par une lettre d’intention. Le Groupe SOS et le CHR de Metz-Thionville ont par ailleurs indiqué leur intention de travailler ensemble afin d’offrir une offre de soins adaptée aux besoins des territoires.


Il s'avère désormais, à quelques jours seulement du Conseil d'Administration où doit être présenté la proposition de SOS, que ce groupe hésiterait finalement à s'engager au motif de l'impossibilité de discuter avec l'ARS pour que celle-ci accompagne la mise en œuvre d'un plan de sauvetage de l’hôpital Mont-Saint-Martin.

 

J'ai été alerté par l'Administrateur provisoire qui s'inquiète également de cette absence de réponse précise de la part de l'ARS et de votre Ministère, lesquels se renvoient la décision quant à ce nécessaire accompagnement financier. Il en a d'ailleurs fait part à votre directeur de cabinet.


Vous l'aurez compris, il est urgent d’apporter un soutien au plan de SOS et du CHR, au risque de mettre en péril l'ensemble du projet de reprise-adossement, d'autant que la reprise de l'établissement de Mont-Saint-Martin par le groupe Alpha Santé a été rendue possible, en 2009, par la volonté de l'ARS et avec son soutien.

 

L’absence d’adossement et de plan de poursuite de l’activité, auraient des conséquences dramatiques sur plusieurs aspects :

 

·      L’offre de soins notamment sur le bassin de Longwy, serait remise en cause au détriment de la population qui a pourtant prouvé au fil du temps son engagement pour l’activité économique de la France entière.

·         Le plan social qui ne manquera pas de suivre une liquidation judiciaire inévitable sans l’engagement de l’Etat aura un impact social dramatique dans un secteur déjà fortement déstabilisé par le retrait industriel d’Arcelor Mittal.

·         La mise en œuvre par les prêteurs des cautions financières des collectivités locales (communes, communautés de communes et départements) apportées à Alpha Santé aura un effet dramatique sur des situations déjà précaires fragilisées par la désindustrialisation.

 

Les informations actuellement en ma possession montrent qu’aucun engagement d’accompagnement n’est envisagé. Seul votre appui personnel sur ce dossier peut éviter une nouvelle catastrophe sanitaire.

 

C’est pourquoi je sollicite, comme d’autres acteurs de ce dossier majeur, une entrevue auprès de vous pour échanger sur toutes ces questions, et ce dans les formes, périmètres, dates et lieux à votre convenance.

 

Dans cette attente, je vous prie d’agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de mes amitiés et de ma très haute considération.

 

Lire la suite

Action politique collective, la règle pour tous...

10 Mars 2012 , Rédigé par Christian Eckert

Dans la vie politique, il est toujours des moments de colère, des moments de satisfaction, des moments d’injustice… Bref, c’est aussi comme cela dans la vie tout court !

Concernant le dossier Alpha-Santé et la question des hôpitaux, les questions se posent à un moment pré-électoral. Cela présente des avantages et des inconvénients :

Au rang des avantages - si l’on peut utiliser ce mot à propos de ce dossier – figure le fait qu’une question aussi importante en cette période sensible ne laisse forcément personne indifférent : Préfet, ARS, administrations, élus, ministère, tous cherchent à éviter les échecs, et leur énergie à trouver des solutions est inversement proportionnelle au temps restant avant l’élection…

Au rang des inconvénients, relevons le fait que certaines administrations peuvent être tentées de gagner du temps pour refiler la patate chaude aux successeurs. Certains hauts fonctionnaires sont d’ailleurs déjà plus occupés à préparer leurs cartons et à se recaser. Vu de Paris, l’avenir d’Alpha Santé n’est certainement pas le cœur de leur préoccupation.

Mais le plus gros risque est ailleurs, et doit être ici calmement posé : Défendre un hôpital et se battre contre la perte de 1 000 emplois directement menacés, peut devenir pour les candidats aux élections une magnifique tribune et donne l’occasion de tous les pièges habituels. C’est à qui sera le plus présent dans les manifs, le plus performant dans les prises de parole, le premier à voir le Préfet, le plus prompt à faire partie des délégations… C’est parfois l’occasion de surenchères ou de divisions qui nuisent à la cause.

Pour ma part, j’essaie d’appliquer quelques principes simples :

1.       les organisations syndicales et les personnels sont maîtres de leurs actions et je ne peux concevoir de prêter le flanc  à toute forme de récupération politique.

2.       Sauf lorsque cela risque de compromettre une solution en marche, je m’efforce de communiquer mes informations à tous les acteurs du dossier et d’entendre leurs avis.

3.       Lorsque c’est moi qui invite des collègues, je m’attache à ne pas en oublier et cherche au maximum à rassembler de la façon la plus large possible.

4.       Je réponds à toutes les sollicitations et si je ne peux le faire personnellement, charge un membre de mon équipe de le faire.

Depuis le début des alertes reçues sur Alpha Santé, je n’ai dérogé à aucun de ces principes.

·         J’ai reçu toutes les organisations syndicales qui me l’ont demandé.

·         Je ne me suis pas plaint de n’avoir pas été associé à certaines démarches initiées avec des maires, alors que la présence du député aurait apporté un peu plus d’unité face à l’Etat.

·         Le lendemain de la réunion en Préfecture du 6 février, j’ai personnellement informé les organisations syndicales de la situation décrite la veille.

·         Depuis quelques jours, outre les communiqués de presse qui ne sont repris que partiellement, je mets en ligne sur mon blog en temps réel, les informations dont je dispose.

Que chacun applique les mêmes principes…

Je travaille depuis plusieurs années sur ce dossier. Je n’ai jamais prétendu être le seul. Heureusement pour les salariés et la population. C’est là l’essentiel.

Lire la suite

Alpha-Santé, peu d'avancées...

9 Mars 2012 , Rédigé par Christian Eckert

Sur le dossier Alpha Santé, aujourd’hui, peu de nouvelles concrètes. Les quelques nouvelles qui filtrent depuis Paris font toujours état d’un examen du dossier par le Ministère, mais d’un engagement de moins en moins probable de l’Etat à soutenir les « adosseurs » potentiels. Ceux-ci (SOS Hôpital et le CHR) sont bien candidats, mais veulent des contreparties sur tout ou partie des déficits à couvrir au moins dans les premières années.

Mardi, en début d’après midi, le Préfet de Région réunit les parlementaires, les Présidents de Conseils Généraux et des Communautés de Communes pour faire le point.

Pour montrer notre exigence, Michel Liebgott et moi-même, avons décidé d’inviter en soirée les maires et les acteurs du dossier avec Philippe David pour une réunion à Hayange. S’informer et montrer au Ministère notre unité et notre détermination, voilà l’idée de cette manifestation.

Parallèlement, nous avons demandé à rencontrer Xavier Bertrand, Ministre de la Santé, car une décision politique doit intervenir.

Mobilisation et détermination sont plus que jamais nécessaires.

Lire la suite

Alpha Santé : la balle dans le camp du Gouvernement !

8 Mars 2012 , Rédigé par Christian Eckert

 

 

 

 

Après la journée d’hier, un peu folle, concernant Alpha Santé, il nous faut redoubler de vigilance. Que cache l’attitude du Ministère, qui semble de plus en plus avoir tardé à ouvrir le dossier, et qui pourrait être tenté de le refermer rapidement.

 

Les différents contacts de ce jour, dont je vous épargne les détails, ont malheureusement indiqué que rien n’est joué. Demain vendredi se déroule à Paris une réunion « technique » où le Ministère de la santé verra les responsables locaux et régionaux et mesurera comment construire, valider et accompagner la poursuite des activités du groupe. Certes, il faudra dans un premier temps restructurer l’offre de soins, et cela n’ira pas tout seul. C’est le prix à payer pour éviter le dépôt de bilan, qui provoquerait un plan massif de licenciements, avant que les groupes privés ne viennent faire leur marché en transformant les hôpitaux de proximité en centres de recrutement de malades à faire soigner dans leurs cliniques des grandes villes.

 

Il faut que le Ministère s’engage à donner les aides financières à SOS Hôpital nécessaires à couvrir les deux premières années de déficit, comme au CHR de Metz Thionville pour sa partie.

 

Michel Liebgott, mon collègue député du secteur Hayangeois, et moi avons convenu avec le Préfet de Région de nous voir mardi prochain en début d’après-midi pour faire le point.

 

De la même façon, nous demandons à rencontrer Xavier Bertrand, qui peut décider de la suite à donner, en totalité ou en partie, aux demandes des repreneurs publics ou privés non lucratifs toujours candidat à reprendre les activités existantes.

 

Bien sûr, nous avons averti notre candidat François Hollande de la possibilité qu’à côté de Gandrange et Florange, se déroule un autre abandon qui, outre la destruction possible de 2 000 emplois, créerait un vide complet de structure hospitalière dans un bassin de population qui a tant donné à la Nation.

 

Tout cela pour faire place aux structures privées, qui ne s’embarrasseront pas de questions d’aménagement du territoire et penseront plus à satisfaire leurs actionnaires que leurs patients.

 

Plutôt que de penser à la santé des gens, à l’emploi des salariés, le Gouvernement chercherait-il à faire faire une bonne affaire à un groupe privé ?

 

 

 

Lire la suite

Défendre ensemble notre accès aux soins !

7 Mars 2012 , Rédigé par Christian Eckert

 

Depuis lundi, les nouvelles concernant l'avenir d'Alpha Santé et des hôpitaux d'Hayange et de Longwy se multiplient et inquiètent légitimement les personnels et les populations de nos territoires. Tous avaient décidé de manifester leur attachement à leur hôpital à Mont-Saint-Martin en début d'après-midi ce mercredi. Retenu à Paris pour la fin des travaux parlementaires et divers rendez-vous, j'avais demandé à mon suppléant et mon assistant parlementaire de m'y représenter et d'y apporter mon soutien.

 

Mardi matin, j'avais adressé par mail un message au cabinet du Ministre de la Santé, pour exiger l'engagement de l'État à accompagner financièrement l'adossement d'Alpha-Santé au CHR de Metz-Thionville pour la partie hayangeoise, et à une structure de type privé non-lucratif pour le reste d'Alpha-Santé, à savoir SOS Hôpital puisque c'est aujourd'hui la dernière offre restante.

 

Faute de réponse, j'avais « coincé » Xavier Bertrand à la sortie de la séance de questions au Gouvernement. Avec mon collègue Michel Liebgott, Député de Moselle, nous l'avions à nouveau sensibilisé à l'urgence de ce dossier. Il a écouté nos arguments et a promis une réponse rapide, nous citant l'exemple de l'hôpital du Creusot où le défaut d'engagement rapide avait finalement conduit à une dépense supérieure...

 

À treize heures aujourd'hui, j'ai joint Monsieur le Préfet de Région qui m'a dit avoir transmis au Ministère l'état du dossier, et avoir demandé de son côté des décisions de nature à préserver l'offre de soins notamment sur Longwy. J'ai aussi joint l'actuel Président d'Alpha-Santé pour avoir des informations.

 

Alors que la manifestation de Mont-Saint-Martin touchait à sa fin, un représentant syndical a annoncé avoir été informé par sa centrale que le Ministère envisageait purement et simplement la liquidation d'Alpha-Santé, avec les conséquence dramatiques que personne n'ose imaginer pour les personnels et les malades.

 

Immédiatement informé, j'ai cherché à joindre en vain, le Directeur de l'Agence Régionale de Santé (ARS) et le Cabinet du Ministre. J'ai aussi eu contact avec ma collègue UMP députée de Thionville pour savoir si oui ou non le Ministère pris une décision et communiqué sur le sujet. Elle n'en savait pas plus que moi.

 

En fin de journée, j'ai enfin été joint par le Directeur de l'ARS, puis par un membre du Cabinet du Ministre. Tous les deux m'ont confirmé qu'aucune décision n'était prise. Ils m'ont indiqué que l'ensemble du dossier était à l'étude, qu'une réunion technique aurait lieu à Paris ce vendredi, et qu'en début de semaine prochaine, des indications seraient fournies aux acteurs et élus locaux.

 

Je leur ai signifié notre détermination à conserver une offre de soins hospitaliers digne de la population de notre bassin. Je leur ai aussi rappelé notre combativité collective et bien connue.

 

Je reste mobilisé aux côtés de tous, actif sur ce dossier, et mettrai le Gouvernement face à ses responsabilités.

Ce qui se passe sur nos structures de santé est la conséquence des choix faits par ce Gouvernement, votés par la majorité UMP au Parlement. Cela va à l'encontre des intérêts justes de notre bassin.

 

Lire la suite

François et Christian

7 Mars 2012 , Rédigé par Christian Eckert

François et Christian

 

UNE CERTAINE COMPLICITE !

Lire la suite

Fin des travaux parlementaires...

7 Mars 2012 , Rédigé par Christian Eckert

 

A l'Assemblée Nationale, les travaux parlementaires s'achèvent, dans une ambiance curieuse. Certains députés, de tout bord, y passent leurs derniers moments.

 

Il y a ceux qui ne se représentent pas. Ceux là sont certains de ne pas revenir. Volontairement ou non. Certains ont décidé spontanément que leur carrière devait s'arrêter. D'autres ont été victimes du redécoupage, et en sont amers. Enfin quelques uns n'ont pas été investis par leur parti, parfois au prix d'accords électoraux contestables.

 

Il y a aussi ceux dont l'espoir de réélection sont minces. Dans les couloirs, en aparté, beaucoup de députés de droite ne se font guère d'illusions. Tout en espérant secrètement échapper au naufrage annoncé de la droite, ils mesurent jour après jour dans leurs circonscriptions l'impopularité de leur candidat et le besoin de retrouver une autre façon de construire ensemble un avenir meilleur.

 

Il y a aussi, à gauche, des parlementaires attachés à transformer en victoire réelle leur sentiment que François Hollande est en train de cristalliser sur son nom l'envie de changement. Ce n'est pas encore fait, mais l'ambiance des meetings, les contacts directs avec les électeurs, les commentaires des observateurs parisiens et les mines déconfites de nos concurrents contribuent à l'optimisme. Le nez dans la campagne présidentielle, tous les candidats socialistes savent que les législatives qui suivent des présidentielles ont toujours confirmé voire amplifié la victoire de ceux qui soutiennent le vainqueur.

 

Ces derniers moments à Paris sont aussi l'occasion de petits bilans collectifs et personnels :

 

Très sincèrement, le groupe des députés socialistes a bien travaillé. Difficile au début de convaincre les français que le paquet fiscal était une erreur fondamentale. A force de répétitions et avec l'exemple Bettencourt, nous avons gagné et fait reculer petit à petit la droite. Elle a fini par atténuer le bouclier fiscal, et diverses mesures servant les gros revenus ont durablement été comprises comme injustes. De belles bagarres ont été conduites, sur le travail dominical, sur les retraites, sur la fiscalité, sur la TVA sociale... Certes le fait majoritaire s'est imposé, mais les dégâts causés sont importants et marqueront les prochaines échéances.

 

Le député que je suis a pris sa part dans ce travail. Ceux qui mesurent l'assiduité et l'activité des députés m'ont classé premier sur les 577 députés français. Ce n'est pas une fin en soi, mais cela mérite de saluer le travail collectif de mon équipe parlementaire, l'indulgence de ceux ont facilité mon engagement en m'encourageant, en me conseillant, en supportant mes absences ou encore en acceptant mes insuffisances... Famille, amis, collègues élus, collaborateurs se reconnaîtront aisément.

 

Il nous faudra poursuivre, peut être dans un autre contexte, celui du changement de majorité que nous espérons prochainement. Cela sera un nouveau défi que nous proposerons aux électeurs, avec le souci de l'intérêt général toujours supérieur aux intérêts personnels.

Lire la suite