Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

ADRESSE UTILE

Permanence  Parlementaire :

8 rue Alfred Mézières
54 400    LONGWY

Tél :  03 82 26 65 15

Recherche

Texte Libre

26 octobre 2013 6 26 /10 /octobre /2013 11:26

 

Un post pas si ancien avait fait un peu réagir les réseaux sociaux... Voici la réponse précise, ferme et engageante d'Augustin de Romanet, PDG d'Aéroport de Paris. Je l'en remercie et rejouerai au visiteur mystère à l'occasion, pour vérifier. J'attends toujours la réponse de Guillaune Peppy sur sa gare TVG et les files d'attente.....

 

 ADP0001 

 

 ADP0003

Repost 0
Published by Christian Eckert
commenter cet article
25 octobre 2013 5 25 /10 /octobre /2013 09:34

Beaucoup de bruit autour de la taxe à 75% et des débats sur son applications aux clubs de foot. Quelques rappels, mises au point et remarques personnelles :

 

L'historique :

 

Le candidat Hollande avait pris l'engagement que les salaires dépassant 1 Million d'Euros par an seraient taxés à 75%. Une première version de cette mesure a été annulée par le Conseil Constitutionnel au motif qu'elle portait sur l'impôt des salariés. Ce dernier est familialisé et le dispositif adopté ne pouvait respecter ce principe : deux salariés à 750 000 Euros par personne d'un même foyer fiscal n'étaient pas touchés et un couple de revenu identique ou un seul salarié apportait le salaire était impacté. L'égalité devant l'impôt était ainsi brisé.

 

La nouvelle taxe :

 

Après avis du Conseil d'Etat, le Gouvernement a choisi de faire payer la taxe par les entreprises. (le salarié continuant à payer ses impôts et charges selon le droit en vigueur). Tous les revenus du salariés (salaire fixe, rémunération variable, stock options, actions gratuites...) sont pris en compte. C'est heureux. Ces revenus sont déjà assujettis à des charges sociales de l'employeur, variables selon la nature des rémunérations. Pour simplifier, le texte prévoit de considérer ses contributions sociales à hauteur de 25% (une moyenne plutôt inférieure à la réalité). La taxe est donc calculée pour 50% de la fraction de salaires excédent 1 Million. Elle n'est instaurée que pour 2013 et 2014.

 

Un exemple simple :

 

Prenons le cas de Monsieur Z., salarié dont les revenus sont de 1.6 Million. Le salarié paiera ses impôts et ses contributions sociales sur tous ses revenus. L'entreprise paiera les contributions sociales ordinaires sur tous les revenus. Sur les 600 000 Euros dépassant le Million, on considère qu'elle a déjà au moins acquitté 25% de charges sociales, et on demandera une contibution supplémentaire de 50% de 600 000 Euros, donc 300 000 Euros. Ceci pour deux ans seulement.

 

Toutes les entreprises sont concernées :

 

Bien entendu, les stars du football ne sont pas les seuls salariés visés : Les traders, les salariés dirigeants de grandes entreprises (...) seront taxés. Plus d'un millier de personnes sont concernées en France, avec des dispositifs techniques visant à rattrapper des salariés de multinalionales qui pourraient tenter de contourner la loi. On parle beaucoup des footballeurs (et des entraineurs), mais ils seraient moins d'une cinquantaine à être impactés. Pour que cette taxe ne déstabilise pas des entreprises à faible chiffre d'affaire mais ayant une taxe importante à régler, la loi plafonne la taxe à 5% du chiffre d'affaire.

 

Le cas du Football :

 

Si on en croit les chiffre fournis par les footballeurs eux même, pour les 14 clubs concernés, c'est autour de 40 Millions d'Euros par an que l'impact se fera. La moitié de cette somme sera versée par le PSG. Marseille et Lille autour de 5 Millions. A noter que sans le plafonnement à 5% du CA, la contribution aurait été environ du double, le plafonnement bénéficiant bien entendu au PSG, et dans une moindre mesure à 5 autres clubs. 6 des 14 contributeurs paieront moins de 200 000 Euros. Monaco ne paiera rien du fait de sont statut forcément monégasque !

 

Mon point de vue :

 

J'ai beaucoup aimé le foot dans ma jeunesse, en ai été supporter assidu, mais en suis écoeuré depuis assez longtemps. Le fric, la violence, les excès m'en ont détourné mais c'est un sujet connexe qui n'a pas beaucoup guidé mes choix. Les salaires extravagants sont plus nombreux encore ailleurs que dans le foot ! Ils sont aussi indécents dans le domaine bancaire ou celui des multinationales. Depuis le temps que le milieu du football parle de moraliser ses pratiques, il est temps de passer aux actes. Si cette mesure les y incite, elle aura atteint son objectif au delà de la nécessaire contribution au redressement des comptes publics. Qu'ils fassent grève, et surtout, qu'ils ne paient pas les jours de grève !

 


Repost 0
Published by Christian Eckert
commenter cet article
24 octobre 2013 4 24 /10 /octobre /2013 10:47

Né en 1956, j'ai connu et bénéficié de ce que l'on appelle l'ascenceur social. Je forme le voeu que cela soit encore le cas pour le plus grand nombre possible.

 

Peu importe mon histoire personnelle et familiale.... Quoique :

 

Disons tout simplement et pour faire court, qu'issu d'une famille modeste d'une petite ville ouvrière de Lorraine, grâce à l'école de la République, grâce à quelques conseils avisés de mes enseignants, grâce à quelques dispositions naturelles et à un peu de travail personnel, j'ai pu aller en classe préparatoire aux grandes écoles.

 

J'y ai assez bien réussi : Admis dès ma première année de Maths Spé à Metz à quelques écoles d'ingénieurs, j'ai choisi de redoubler cette année là pour tenter de réussir Normale Sup, préférant les Mathématiques pures aux études scientifiques plus destinées à l'industrie. J'ai donc été admissible à l'Ecole Normale Supérieure de la rue d'ULM, mais n'ai pas réussi mon admission après les épreuves orales. J'ai à nouveau renoncé à intégrer d'autres écoles d'ingénieurs malgré ma réussite à leurs examens d'entrée.

 

J'ai alors poursuivi des études universitaires, obtenant finalement l'Agrégation de Mathématiques, après une année passée comme auditeur libre à l'Ecole Normale Supérieure de Saint Cloud, devenue depuis lyonnaise.

 

C'est ainsi que je suis devenu "fonctionnaire", enseignant en lycée, BTS et accessoirement en prépa.

 

Nombreux sont nos amis (mon épouse a eu un parcours et des origines similaires au mien) gardés de ces années de prépa, ayant eu des résultats scolaires comparables aux miens, à avoir fait un autre choix qui les a amenés à de belles carrières dans l'industrie, l'entreprise, la banque ou la finance. Ils ont eu et ont encore des revenus bien supérieurs aux miens, des responsabilités aussi, des prises de risques aussi.

 

Je suis aujourd'hui surpris par certains commentaires de ces entrepreneurs se définissant pigeons, qui me traitent de "nanti de fonctionnaire", qui font état de ma "carrière faite toute entière aux frais du contribuable."

 

Viendrait-il aux auteurs de ces commentaires l'idée de faire le même reproche aux médecins, aux sapeurs pompiers professionnels, aux notaires, aux policiers, aux facteurs, aux ouvriers communaux, aux aides soignantes (...) et à tous ceux qui tirent leurs salaires directement ou non de l'argent de l'Etat ou de celui des régimes de protection sociale ?

 

Je suis fier (et très ému) d'avoir très souvent des mails ou des appels d'anciens élèves qui me remercient de leur avoir certes appris un peu de Maths, mais aussi donné des conseils, des encouragements ou des engueulades de nature à leur faire réussir des études débouchant sur une bonne situation.

 

Beaucoup des entrepreneurs de notre pays ont -et c'est tout à fait normal- pu "entreprendre" parce que notre pays et ses fonctionnaires leur ont fourni un environnement permettant leur formation et leur épanouissement personnel, même si leurs qualités intrinsèques ont aussi pris part à leur réussite.

 

Mais à vouloir mettre absolument les gens dans des cases dont les unes seraient par définition vertueuses et les autres seraient par essence profiteuses, on ne crée pas la dynamique et la confiance que les difficultés du pays rendent nécessaires.

 

Le débat ne me fait pas peur, mais l'affrontement et les caricatures nuisent à l'intérêt général et favorisent les thèses de l'exclusion, aussi dangeureuses aujourd'hui qu'hier.

 

Aucun regret, aucune rancoeur, pas de jalousie, un peu de fierté d'avoir été au service de l'Education Nationale et aujourd'hui élu de la République.

 

Repost 0
Published by Christian Eckert
commenter cet article
22 octobre 2013 2 22 /10 /octobre /2013 13:46

Les "pigeons" semblent retrouver leur colère de l'an dernier... Les mails d'insulte, les tweets rajeurs vont bon train... Cela mérite explication et mesure... J'y suis présenté comme incapable, vindicatif, sectaire... Mon rôle est d'assumer, d'expliquer et de convaincre :

 

DE QUOI PARLE-T-ON :

 

Pour les moins initiés, expliquons d'abord ce qu'est une plus value de cession des valeurs mobilières, qui cela concerne, comment c'est imposé.

 

Les valeurs mobilières sont les participations détenues dans les entreprises. Pour faire court et simple, les actions.

 

On parle ici de toutes les actions. Celles de gros actionnaires des sociétés cotées en bourse, celles des petits épargnants, celles des entrepreneurs actionnaires seuls ou en famille de leur propre entreprise, celle de petits investisseurs dans les PME de toute sorte, qu'ils en soient ou non dirigeants.

 

COMMENT SONT CALCULEES LES PLUS VALUES :

 

De tout temps, leur plus value est considérée comme un revenu. Prenons un exemple encore une fois simpliste : Monsieur X achète des actions pour une valeur de 100 000 Euros. Il les garde, et les revend trois ans après pour une valeur de 110 000 Euros. Il réalise alors une plus value de 10 000 Euros, qui est considérée comme un revenu, revenu de son capital qui a fructifié. Si la revente se fait à 80 000 Euros, il réalise une moins value de 20 000 Euros, ce qui arrive lorsque l'entreprise dont il est actionnaire perd de sa valeur. L'appréciation de la somme à déclarer se fait en additionnant les plus values réalisées, déduction faite des moins values.

 

COMMENT IMPOSER LES PLUS VALUES :

 

Depuis la loi de finances de l'année dernière, les plus values sont imposées comme les revenus salariaux. Pour être complet, ces plus values donnent lieu à paiement de charges sociales, au taux forfaitaire de 15.5%. Là encore pour simplifier, faisons l'hypothèse la plus sévère : que le contribuable soit plutôt fortuné, et le conduit à être imposé au taux MARGINAL de 45% (le plus élevé en vigueur), et donne lieu à la contribution exceptionnelle dite Fillon sur les très hauts revenus au taux maximal de 4%.

 

Ainsi, Monsieur Dupont qui investit une somme d'1 Million d'Euros en actions, revendue pour la somme de 1,1 Millions d'Euros, serait taxé sur une plus value de 100 000 Euros, de 15,5% de charges, plus 4% de contribution exceptionnelle, plus 45% d'impots sur ce revenu. Soit 64 500 euros d'impôts pour ses 100 000 Euros de plus values. C'est beaucoup. C'est probablement trop.

 

 LE NOUVEAU DISPOSITIF QUI S'APPLIQUE A TOUS :

 

Le législateur a donc prévu un système d'abattements (comme pour les immeubles qualifiés de valeurs immobilières) qui sont fonction de la durée de détention des titres, ceci pour inciter à garder aux entreprises de la stabilité dans leur capital, et pour tenir compte du risque encourru, car en matière d'actions, on peut aussi tout perdre !

 

Ainsi pour reprendre l'exemple précédent de Monsieur Dupont, s'il a revendu ses titres au bout de 2 ans de détention, il bénéficiera d'un abattement sur ses impôts de 50%, et paiera toujours 15 500 Euros de charges plus 4 000 Euros de contribution Fillon, mais seulement 20 200 Euros d'impôts, soit au total 39 500 Euros sur son gain de 100 000 Euros. C'est déjà bien plus avantageux.

 

Si le même conserve ses titres au moins 8 ans, il paiera 32 750 Euros car l'abattement est porté à 65%.

 

Ceci est le régime dit de droit commun, applicable à tous sans conditions.

 

BEAUCOUP PEUVENT BENEFICIER D'UN REGIME ENCORE PLUS FAVORABLE :

 

Le législateur a encore souhaité encourager l'investissement et prévu un régime qualifié d'incitatif : Y sont éligibles, les plus values issues de cessions de titres des PME de moins de 10 ans, celles des JEI (jeunes entreprises innovantes), celles réalisées au sein d'un groupe familial, celles des dirigeants de PME partant en retraite... C'est là un nombre de situations extrèmement nombreuses.

 

LES AVANTAGES DU REGIME INCITATIFS :

 

Les abattements sont plus importants et plus rapides : 50% après seulement un an de détention, 65% après 4 ans et 85% à partir de 8 ans !

 

Ainsi, si Monsieur Dupont a détenu ses titres 8 ans, il ne paiera plus que 23 750 Euros d'impôts et de contributions sociales, sur ses 100 000 Euros de bénéfices réalisés !

 

Les dirigeants de PME partant en retraites bénéficient en outre d'un abattement supplémentaires de 500 000 Euros. Si tel est le cas de Monsieur Dupont, il et ne paiera aucun impôt sur ses revenus et donc acquitera 15 500 Euros de contribution sociale.

 

Les dispotions antérieures sont supprimées :

 

Les dispositifs forfaitaires ou dérogatoires antérieurs sont supprimés. Ils étaient en effet moins favorables que les dispositions des deux régimes mis en place par le texte adopté ces jours derniers.

 

Les deux nouveaux régimes (droit commun et incitatif) entrent en vigueur pour les cessions de titres de 2013, rétroactivité extrèmement favorable aux contribuables que curieusement personne ne souligne !

 

La cohabitation avec la réduction d'ISF pour les investissements dans les PME :

 

Les contribuables assujettis à l'ISF (dont l'assiette d'ailleurs n'intègre pas l'outil de travai) peuvent bénéficier d'une réduction d'assiette des sommes investies dans les titres de proppriété des PME à hauteur de 50% des sommes investies. La réduction est plafonnée à 45 000 Euros par an.

 

Cette disposition est maintenue intégralement !

 

Les contribuables bénéficient ainsi d'un avantage au moment de l'achat des titres (à l'entrée) et des abattement d'impôts lors de la réalisation des plus values (à la sortie), même s'ils sont dans le régime incitatif...

 

Le cumul avec le dispositif dit "Madelin" :

 

Tous les contribuables peuvent bénéficier d'une réduction de leurs impôts dite "Madelin". Cet avantage à l'entrée sur la souscription de parts est plafonné à 18 000 Euros (l'excédent étant d'ailleurs reportable sur 5 ans !).

 

Cette possibilité subsiste.

 

La seule restriction apportée par mon amendement en loi de finances est d'interdire qu'alors on ait simultanément accès au régime incitatif. Avoir bénéficié de la réduction Madelin n'empèchera toujours pas de bénéficier des abattements du régime de droit commun, lui même plus favorable que TOUS LES REGIMES ANTERIEURS, y compris ceux en vigueur avant les dernières élections !

 

Les débats en commission et en séance ont montré l'adhésion à cet amendement de bon sens sur tous les bancs, y compris du Président Carrez (UMP) de la commission des finances.

 

 

L'exonération totale des sommes réemployées est supprimée :

 

Un dispositif exonérant de plus values sous certaines conditions les sommes réinvesties existait.

 

Complexe et utilisé essentiellement dans des holdings, et compte tenu du régime extrèmement favorable du nouveau barême, j'ai proposé de mettre fin à cette faculté source d'évaporation d'assiette taxable optimisant l'impôt.

 

 

 

 

 

J'assume complètement les amendements votés par l'Assemblée Nationale, avec une adhésion venue de nombreux groupes politiques même au delà de la majorité. La principale rétroactivité pointée par certains est en fait très favorable aux entrepreneurs. Les assises de l'entrepreneuriat n'ont jamais évoqué ces sujets et leurs conclusions ont été fidèlement reprises à l'Assemblée Nationale.

 

Je reste ouvert à toute suggestion d'amélioration pour la seconde lecture, à la seule condition qu'elle soit sans nouvelle perte de ressources pour le budget. Si de nouvelles réductions étaient envisagées, elles seraient forcément compensées par des dispositions remettant en cause d'autres cumul d'avantages comme par exemple la réduction ISF PME.

 

J'ai déjà pris l'initiative de l'évoquer avec Monsieur Chanborédon, un des fondateurs du mouvement des Pigeons.

 


 


 


Repost 0
Published by Christian Eckert
commenter cet article
6 octobre 2013 7 06 /10 /octobre /2013 09:56

Tenir un blog et le maintenir actif, c'est un pari sans cesse renouvelé. Celui ci a été délaissé ces derniers jours.

 

Il y a eu des circonstances un peu particulières : la dernière ligne droite pour préparer les amendements, mon rapport et la présentation du budget... Plus deux faits personnels : une sciatique sévère, mais surtout la naissance de notre première petite fille Alice...

 

Ce dimanche a été l'occasion de prendre un peu de temps et de recul... Quelques lignes pour m'engager sur un terrain mouvant, celui de faire des remarques sur la presse... Cela me vaudra sans doute quelques représailles...

  • - Hier, des sanglots dans la voix, la correspondante locale du journal m'informait que, contre son gré, elle se voyait retirer la couverture de Trieux, et se retrouvait à officier sur Joeuf... Après tout, pourquoi laisser en place quelque chose qui fonctionne bien ! Joeuf contre Trieux, tout un symbole...

 

  • - Ce matin, ledit quotidien, en page trois, présente un article titrant : "ELLE RECOIT SA PREMIERE FEUILLE D'IMPÔTS A 99 ANS" . L'article contient par ailleurs des informations plus détaillées : Ce n'est en fait pas la première fois car elle payait des impôts du vivant de son mari. Soit, le titre doit être accrocheur... L'article explique ensuite que si cette presque centenaire paye des impôts, c'est "compte-tenu du gel du barème et de la suppression progressive de la demi-part des veuves". C'est sans doute vrai et souvent le cas. Mais le journal de poursuivre avec aplomb : "la première mesure a été prise par le gouvernement actuel, la deuxième par le précédent". Ceci est pur mensonge, les deux ont été prises par le gouvernement précédent. Le dégel du barème sera certainement voté dans quelques jours... Mais renvoyer droite et gauche dos à dos, cela me semble devenir une habitude qui profite à qui ?

 

  • - Plus loin, page 5, un autre article attire mon attention : "LE POUVOIR D'ACHAT EN BAISSE". J'avais eu l'occasion d'entendre mercredi à Matignon, le Premier Ministre me dire que les prochains chiffres de l'INSEE annonceraient en fin de semaine une augmentation du pouvoir d'achat, et me plongeai dans la lecture de cet article sous le choc du titre inattendu. Il y est précisé : ''en 2013, le pouvoir d'achat serait en hausse d'un demi-point, alors qu'il était en baisse de 0.9 point en 2012 ". Curieux titre, orthognonal au contenu... Sans doute involontaire...

 

  •   - Poursuivant la lecture, un poil irrité, je tombe sur la page 5 du cahier Meurthe-et-Moselle Nord. Sachant que son lancement de campagne aux élections municipales, à la différence d'autres candidats, a été zappé par le journal, un article évoque mon suppléant Jean Marc Fournel. Ce murmure politique - c'est leur expression - ironise sur le fait que le Ministre de la Ville, auprès duquel le candidat à la mairie défend les dossiers des quartiers de Longwy, est du même parti que Jean Marc ! Cette information majeure était évidemment à souligner dans un article frisant le mépris. Je peux confirmer : aucun ministre socialiste ne viendra soutenir un candidat de droite dans sa campagne ! Mais qu'un prétendant à devenir maire de Longwy s'entretienne avec le Ministre de la Ville à la veille de la sélection nationale des quartiers prioritaires à leur rénovation, c'est pour nos plumitifs locaux moins important à dire que de rappeler que le gouvernement est très majoritairement socialiste...

 

 

Le journal de ce dimanche a donc eu deux vertus : me donner des idées de post et me permettre d'allumer le feu dans la cheminée...

Repost 0
Published by Christian Eckert
commenter cet article
24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 16:58

Le processus d'élaboration du Budget de notre pays est long et obéit à des règles précises. C'est une bonne chose, car cela évite de prendre des décisions à l'aveugle, et responsabilise tous les acteurs dans leurs décisions.

 

Rappelons d'abord que c'est le Parlement qui vote le Budget in finé, après accord des deux assemblées dans les mêmes termes, ou à l'Assemblée Nationale en dernier ressort.

 

Précisons aussi que le Conseil Constitutionnel examinera ensuite l'ensemble du texte, et pourra lui aussi sans appel possible, invalider des dispositions que le Parlement aurait décidées. Cela arrive régulièrement et les exemples foisonnent.

 

Le Parlement va donc travailler sur la base d'un Projet de Loi du Gouvernement, que le Conseil des Ministres approuvera demain mercredi. Les Ministres concernés présenteront immédiatement après le Conseil, demain vers midi, les grandes lignes du Projet de loi à la Commission des Finances de l'Assemblée Nationale puis au Sénat. Les députés ne l'ont pas reçu à cet instant !

 

Ce projet comptera environ 70 articles, qui pourront être supprimés, complétés, amendés par les deux Assemblée, pendant toute la durée de la discussion budgétaire, qui va s'achèvera peu avant Noël !

 

Autant dire que les supputations actuelles sur la survie, la modification ou le rajout de telle ou telle mesure budgétaire ou fiscale, ne sont pas près de prendre fin !

 

Le Parlement doit en tout état de cause respecter l'article 40 de la Constitution. C'est important de préciser son contenu en détail : Un amendement parlementaire ne peut accroitre la dépense publique. En clair, cela veut dire que le Parlement ne peut diminuer une recette ou augmenter une dépense sans en trouver la contrepartie.

 

Les mesures proposées par les parlementaires doivent donc être scrupuleusement gagées par des mesures d'un même montant. Sinon, c'est le déficit global qui serait dégradé, et la dette qui gonflerait...

 

Si je prends le temps, sur ce ton un peu professoral qu'on me reproche parfois, de préciser tout cela, c'est pour nous recommander collectivement de stopper cette spirale médiatique qui consiste à prendre toutes les rumeurs pour argent comptant, à annoncer comme figées les dispositions budgétaires et fiscales évoquées comme des pistes de réflexion.

 

Laissons le Gouvernement déposer son projet, et le Parlement faire sereinement son travail. Il y aura des débats, des propositions, des choix, des votes... Cela s'appelle la Démocratie... Le Gouvernement a clairement dit qu'il était ouvert à certains amendements...

 

Depuis ce matin (il est 18h30), j'ai reçu 29 appels ou SMS de journalistes, me demandant de confirmer ou d'infirmer tel ou tel arbitrage. Le premier m'a surpris sous ma douche !

 

Laisser le temps au temps, débattre, choisir, expliquer, convaincre, assumer... C'est notre méthode pour réussir.

 


 


Repost 0
Published by Christian Eckert
commenter cet article
21 septembre 2013 6 21 /09 /septembre /2013 10:32
Une collègue députée de Clermont Ferrand m'avait demandé depuis longtemps d'animer chez elle une réunion "bilan de mandat" et j'ai bien volontiers répondu présent. En cette période ou on parle beaucoup de budget et de fiscalité, la pédagogie et le débat sont nécessaires.

Là n'est pas le propos de ce matin.

La bonne combinaison voiture, Lorraine TGV et avion à partir de Roissy, m'a permis un départ de Longwy vers midi le vendredi et un retour à Trieux 24 heures plus tard, avec une nuit presque normale sur place... C'est une chance et notre pays est plutôt bien équipé.

J'ai le bonheur d'avoir déjà pas mal voyagé et le fait de plus en plus souvent. L'expérience permet d'anticiper. Mon équipe parlementaire réserve les billets, les hôtels, prévoit tout et (lorsque je n'oublie rien avant de partir...) mes déplacements se font très facilement.

Pour autant, j'ai conscience d'être très privilégié.

Ayant à patienter un peu plus d'une heure en gare TGV de Roissy (pas la plus miteuse du réseau), j'ai pu constater, en ce samedi matin loin du chassé-croisé des vacances ou d'un week-end férié particulier, la pitoyable organisation en gare :

Il y avait plus de 75 personnes à faire la queue devant les guichets délivrant les billets de métro, RER et trains franciliens. Les machines automatiques étaient entourées d'une même foule angoissée et à cran. Aux guichets grandes lignes, c'était pareil, tout comme devant le minuscule carré en verre sous le panneau "informations".

Au milieu de ces voyageurs plutôt dociles, les racketteurs, vendeurs à la sauvette s'en donnaient à coeur joie, revendant hors de prix des billets à des touristes naïfs mais pressés. Sans compter les faux handicapés faisant signer des pétitions bidons en échange de pièces pas toujours jaunes.

En période de crise de l'emploi, c'est inadmissible. Cette dégradation de nos services dans les transports n'est pas nouvelle et je ne la découvre pas aujourd'hui. Responsable politique aujourd'hui dans la majorité, je mesure combien ces choses, pas toujours futiles, contribuent à ce manque de confiance des gens en l'avenir.

L'exaspération des gens qui vivent ces désagréments rejaillit sur tout et permet à l'idée de ras le bol de prospérer (ras le bol des impôts, des étrangers, de la politique...)

L'anecdote de la veille mérite aussi réflexion. Le départ de mon avion se faisait terminal 2G. Je ne connaissais pas cet endroit, fort spartiate et loin des images d'aérogares remplies de boutiques où l'on peu acheter un sandwich, un magasine, un souvenir... Bref, je n'étais pas là pour faire du shopping, mais devant là aussi un peu patienter, je me mis en quête d'une bouteille d'eau... Une seule petite échoppe face aux comptoirs d'enregistrement aux lignes épurées, celle d'un marchand de viennoiseries et sandwichs bien connu, dont le nom est un prénom classique qui n'est pas Pierre.

Je demande une petite bouteille d'eau, et le pauvre serveur qui n'en pouvait mais, me réclame 3,5 Euros. J'avais certes soif et les revenus des parlementaires sont parait-il exorbitants... J'ai pourtant renoncé à cet achat, car je fais encore suffisamment les courses pour connaitre les prix... Clientèle captive des gares, aéroports et autres aires d'autoroutes, rebellez vous et transportez vos gourdes et paniers repas pour échapper à ces escrocs. On dira que c'est la faute au Gouvernement, mais la TVA sur ces 3,5 Euros est d'environ 18 centimes, et n'a pas varié depuis longtemps....

Ce billet d'humeur sera envoyé aux responsables de la SNCF et d'Aéroport de Paris... La poste fonctionne encore pas trop mal...
Repost 0
Published by Christian Eckert
commenter cet article
17 septembre 2013 2 17 /09 /septembre /2013 07:22

Comme souvent, il y aura ceux qui feront la fine bouche, ceux qui en demanderont plus et ceux qui parleront d'empilement ou de demi-mesures...

 

Le plan pour la Lorraine dévoilé ce matin à Matignon est un signe fort qu'il convient de souligner à plusieurs titres :

 

1- En période de disette budgétaire, c'est un effort unique en son genre. Des moyens financiers plusieurs centaines de Millions d'Euros conjuguant les efforts de l'Etat et de la Région, cela ne se voit pas tous les jours loin s'en faut.

 

2- La méthode a été exemplaire : Concertation très large, proximité des collectivités et des industriels, appui sur les réseaux syndicaux des entreprises et des salariés, déclinaison concrête et opérationnelle des projets...

 

3- L'innovation est au coeur du plan Lorrain : La recherche et l'investissement ancrés dans le territoire, c'est bien sûr l'avenir de la jeunesse qui se prépare chez nous.

 

Bien sûr il y eu dans le passé d'autres plans lorrains, dont la fécondité n'a pas toujours été à la hauteur des attentes. Celui-ci représente une étape supplémentaire.

 

Sa réussite dépend aussi de notre capacité de nous mobiliser collectivement, d'accepter la difficile mutation vers des activités nouvelles et de nous ouvrir vers l'extérieur.

 

Si la réussite de ce plan n'est pas davantage garantie que celle des précédents, nous n'avons pour autant aucun autre choix que de tout faire pour y contribuer.

 


Repost 0
Published by Christian Eckert
commenter cet article
11 septembre 2013 3 11 /09 /septembre /2013 18:09

 

J'ai l'habitude de dire souvent ce que je pense. Cette petite vidéo fera certainement débat. Le débat ne doit pas faire peur.

 

Repost 0
Published by Christian Eckert
commenter cet article
10 septembre 2013 2 10 /09 /septembre /2013 15:46

Des fuites dans la presse révèlent que le projet européen de taxation sur les transactions financières (TTF) serait estimé illégal par une analyse juridique du Conseil Européen !

 

On pourrait en rire s'il ne s'agissait pas là d'une affaire sérieuse, d'un enjeu moral et politique important, et d'un enjeu financier de 35 Milliards d'Euros par an.

 

Il parait que la Commission (ce n'est pas le Conseil !), est en désaccord total avec cette analyse.

 

S'il manquait encore quelques arguments, la crédibilité de l'Union va encore en souffrir....

 

Ce dossier, poussé par la France et l'Allemagne, combattu par lle Royaune Uni, est déjà en panne depuis quelques trop longs mois. Pour les uns il va trop loin, pour d'autres il ne respecte pas les traités, pour beaucoup ce n'est pas le moment.

 

Le temps que la Cour de Justice Européenne se prononce, le monde de la spéculation se tord de rire et continue à acheter et vendre du papier virtuel en prélevant la dîme à chaque aller-retour...

 

Pendant ce temps là, nous nous creusons la tête (et les poches) pour réduire des déficits, en partie creusés par ces mêmes acteurs, en essayant de répartir les efforts de façon équitable...

 

Il y a des jours où on a envie de remonter le temps.

 

Ce soir, réunion et dîner de travail à l'Elysée, pour préparer le budget. La TTF risque d'être au menu !

Repost 0
Published by Christian Eckert
commenter cet article