Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog de Christian Eckert

Quel débat en 2012 ?

12 Novembre 2011 , Rédigé par Christian Eckert

Depuis quelques semaines, le débat public ne traite plus que d'un seul sujet que l'on pourrait résumer en trois mots : Marchés, Dette, Austérité. Exit les débats sur l'emploi, les libertés publiques, le droit à la santé, le droit de vote des étrangers, les sans-logements, la presse, les services publics...

La pensée redevient unique. A c
oup de formules creuses, que nul n'ose contester, on formate les esprits. Exemples pris au hasard :

- "Les dettes d'aujourd'hui sont les impôts de demain"
- "On ne peut faire payer à nos enfants les dépenses d'aujourd'hui"
- "Pour baisser les déficits, il faut baisser les dépenses publiques"

On pourrait disserter des heures sur chacune de ces affirmations. L'économie, la finance et la fiscalité, ne se résument pas en trois affirmations échangées au café du commerce :

- "S'il y a croissance, la dette ne peut-t-elle pas se rembouser sans nouvel impôt ?... "
- "Pourquoi les enfants ne supporteraient-ils pas une partie du prix des écoles qui les ont éduqués ou des infrastructures dont ils profitent ?..."
- "Pourquoi les hausses de recettes ne diminueraient ils pas autant les déficits que les baisses de dépenses ?..."

Les prochains jours permettront sans doute de débattre de tout cela et, je l'espère, d'autres sujets...

Mais si les pricipes se discutent, s'argumentent, se confrontent aux expériences, il n'en va pas de même des faits. Les faits sont et restent. Ainsi, il faut rappeler quelques constats simples :

- La droite gouverne seule depuis dix ans, et Nicolas Sarkozy est Président depuis bientôt cinq ans.
- En 2002 (Gouvernement Jospin), la dette était d'environ 900 Milliards. Elle a doublé en dix ans, s'élevant aujourd'hui à près de 1800 Milliards.
- En 2001 (Gouvernement Jospin), les comptes sociaux étaient à l'équilibre. Aujourd'hui, ils perdent autour de 25 Milliards par ans.
- Les recettes fiscales sur les grosses entreprises, sur les gros patrimoines, sur les gros dividendes, sur les très grosses successions, ont été allégées de plus de 50 Milliards par an !
- Le monde de la finance a été successivement encensé, engraissé et protégé par la droite. En 2007, Madame Lagarde tenait à l'Assemblée des propos émus sur les marchés et leurs vertus . Elle rêvait de faire de Paris la même place financière que Londres. Il suffit de relire ses discours !

C'est bien la droite, et particulièrement celle de Nicolas Sarkozy, qui porte la responsabilité de la situation française, voire européenne. Ce Président là, on ne sait plus s'il est le serviteur ou la marionnette de ce monde financier qui prétend gouverner le monde.

Tout le combat de ces prochains mois sera de sortir de ce système de pensée unique où nous conduit la droite, le centre, une grande partie de la Presse, et malheureusement parfois quelques socialistes... La rupture doit être la règle. Il ne peut s'agir d'utiliser ce système un peu autrement... Il faut le changer en réalisant :

- Une Banque Centrale Européenne qui rachète, mutualise et couvre les dettes des états, cela permettra de ne plus dépendre des "Marchés" qui se nourissent des dettes publiques quand ça les arrange et s'en débarasse quand ça leur profite...

- Une Europe qui conditionne les importations à des règles minimales relatives aux droits des salariès et au respect de l'environnement. Des règles sociales minimales dans les pays de l'Union, c'est cela "la concurrence libre et non faussée".

- Une réforme fiscale urgente et de grande ampleur, seul outil pour une répartition juste des efforts de chacun en proportion de ses facultés pour contribuer aux dépenses publiques dont l'effet redistributif peut être amélioré.

- Des services publics modernes et mieux répartis au service des citoyens. Il faut stopper cette règle stupide du non-remplacement de la moitié des fonctionnaires partant en retraite. Cela a fait perdre 150 000 postes de travail, conduit souvent à brader des services publics au secteur privé, détruit des écoles et des hopitaux et désertifié de nombreux territoires.

Tout un programme, que le peuple souverain pourra choisir, par un vote qui donnera aux autorités démocratiques de notre Pays la légitimité d'affronter les "Marchés" aux ordres desquels le pouvoir actuel cède un peu plus tous les jours. 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Dautréaux 16/11/2011 19:06



Pour la dette une solution est possible , taxer les bénéfices des grandes entreprises , CAC40 et autres , de 100% une année sur deux , de même pour les banques . A la vitesse ou ils vont pour
renouveller leur pactole , cela ne doit pas être un gros problème ; et si pas content faire comme un pays d'Ameique du sud , tout nationaliser et  confisquer les avoirs .


Bon maintenant on peut passer à autre chose et s'occuper un peu de ceux qui sont dans la misère .


 



Dautréaux 15/11/2011 23:40



Posted on 12/11/2011 | 22 Commentaires






Un article de presse en Allemagne que l’on ne verra JAMAIS en France, tellement les journaleux se font dans le froc.
Traduction :
8 avions, 61 voitures de fonction, 1000 employés.
Toute la France est touchée par les mesures de récession.
Toute la France ? Une personne ne joue pas le jeu : le président Nicolas Sarkozy ( 54 ans)


Le budget de la Présidence a toujours été tenu secret en France. Pour la première fois il est révélé sous Nicolas Sarkozy.


- Dans les 300 mètres carrés de l’appartement de fonction des Sarkozy les fleurs doivent être fraîches en permanence : coût 280.000 euros par an
- Lorsque Nicolas Sarkozy voyage à titre privé, un avion
gouvernemental vide l’accompagne en permanence, pour lui permettre de rentrer à Paris en cas d’urgence.
- Il dispose de 61 voitures de fonction, 2 Airbus et 6 avions Falcon-Jet. Le dernier avion en date (60 millions d’euros) a été baptisé «Carla» du prénom de madame Sarkozy numéro 3 (c’est
mimi… NdT)
- Dépenses annuelles pour les boissons (Champagne etc.) : 1 million d’euros
- Il a presque 1.000 employés à son service, deux fois plus que la Reine d’Angleterre. Parmi eux 44 chauffeurs et 87 cuisiniers ? !!
- Les cuisiniers-chefs peuvent se servir librement dans les caves à vin du Palais de l’Elysée, le repas de midi leur est servi par des laquais.
- Carla et Nico peuvent commander de la nourriture ou des boissons 24 heures sur 24. La cuisine est en service en permanence.


Indignation Protestations ? Pas du tout. En France il semble être une affaire d’honneur que le Chef de l’Etat incarne la «Gloire de la nation».
Il est le successeur du Roi Soleil. Et c’est exactement comme tel qu’il vit.




Maurice 15/11/2011 14:27



 


Bonjour Mr ECKERT


Effectivement c'est bien la finance qui gouverne,l'homme est relégué au second plan.Les gens se lassent de tout sauf de l'argent,je pensais essentiellement au 30% c'est à dire la caste de ce
président .Allez savoir un jour les autres 70% las d'être tondu par ce gouvernement sans vergogne risque de s'enflammer suite à cette colère qui couve dans l'opinion depuis trop longtemps.2012
c'est beaucoup trop loin


                                                              
Sincères Salutations


                                                                                              
Maurice