Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ADRESSE UTILE

Permanence  Parlementaire :

8 rue Alfred Mézières
54 400    LONGWY

Tél :  03 82 26 65 15

Recherche

Texte Libre

21 juin 2011 2 21 /06 /juin /2011 19:36

Primaires, c'est le mot à la mode dans beaucoup de partis politiques... Sauf à l'UMP, qui, curieux hasard, avait inscrit en 2007 cette disposition dans le projet de son parti !

 

Tout d'abord, disons clairement que les désignations des candidats dans les autres partis que le mien, appellent de ma part humilité et respect, tant le principe de non ingérence doit être la règle.

 

Pour autant, le Parti Socialiste a été souvent critiqué dans son fonctionnement démocratique. Ses courants, tendances, écuries, ont toujours été montrés du doigt, comme signes de faiblesses, de divisions, d'ambitions, alors même que le débat, la diversité et le pluralisme peuvent être des marques de richesse d'opinions devant une société et un monde de moins en moins binaires. Cela autorise donc les socialistes à porter quelques observations générales sur des primaires organisées dans les autres partis.

 

Europe Écologie, Parti Communiste et Front de Gauche, voire la nébuleuse centriste, sont aujourd'hui en cours d'organisation de primaires, que ce soit nationalement ou localement.

 

Choisir un candidat répond à deux objectifs qui peuvent se révéler difficilement conciliables :

 

  • - Le candidat doit être le plus proche possible des valeurs fondamentales partagées par la majorité des adhérents du Parti qu'il prétend représenter. Cela semble aller de soit, mais les reproches faits à la candidature aujourd'hui abandonnée de DSK pour le PS a pu -et je partageais ces interrogations- apparaître quelque peut s'écarter de ce principe.

 

  • - Le candidat doit avoir une personnalité, une carrure, une notoriété, lui donnant le maximum de chances de gagner. Après tout, les candidats purs et vertueux qui restent figés dans la défaite ne conservent que l'honneur et libèrent des boulevards à ceux-là mêmes qu'ils combattent.

 

Après ma première défaite aux cantonales de 1984, certains de mes amis proches m'avaient dit : « tu fais trop prof' Pour gagner ce canton ! ». Fier de moi, j'avais dit « ne pas vouloir tromper les électeurs sur la marchandise ». Résultat, j'ai perdu les unes après les autres les élections cantonales . Changer de tenue, élaguer mes propos, sans abandonner mes principes aurait peut-être donné une victoire permettant la mise en oeuvre de mes idées...

 

Les primaires sont donc écartelées entre les deux lignes de force précitées. C'est encore plus vrai aujourd'hui qu'il y a 25 ans : Sondages abondants et peapolisation à outrance contribuent à faire des primaires plus un choix de personne moulée dans un profil qu'un enjeu de société. De plus en plus, les candidats victorieux sont pré-choisis par la presse, peut-être inconsciemment, peut-être pas...

 

Le duel Nicolas Hulot / Éva Joly en est un exemple : le bel animateur télé fringuant affrontant la rigoureuse juge à l'accent nordique et au visage buriné, représente un combat quelque peu inégal, surtout avec des sondages cruels laissant apparaître des popularités testées hors sol.

 

Il en va de même au Parti Communiste : Le médiatique et provocant Mélanchon concurrent du bon paysan Chassaigne présenté comme inconnu face au héros insultant la terre entière a donné les résultats attendus, même si la Meurthe-et-Moselle a donné un score symétriquement inverse du score national constaté.

 

Pour notre circonscription, la primaire pour le choix du candidat communiste-front de gauche a réservé une surprise : Philippe Marx a été choisi face au tandem Serge De Carli et André Corzani. Dont acte. La démocratie interne a parlé, certainement interpelée par le fameux dilemme évoqué plus haut.

Partager cet article

Repost 0
Published by Christian Eckert
commenter cet article

commentaires

Michael 04/07/2011 13:06



Je vois ca d'ici moi, comme pour l'éléction du premier secretaire il y aura un gagnant et les autres crieront au scandale et au "trucage", le P.S se divisera et ca fera les affaires de l'UMP et
de Sarkozy qui gagnera encore en 2012 et une fois de plus c'est le peuple qui trinquera pour les ambitions personnelles des gens du P.S... comme quoi en on revient toujours a la même conclusion:
PS/UMP/FN tous les mêmes