Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ADRESSE UTILE

Permanence  Parlementaire :

8 rue Alfred Mézières
54 400    LONGWY

Tél :  03 82 26 65 15

Recherche

Texte Libre

23 février 2011 3 23 /02 /février /2011 09:04

Le Président Sarkozy n’a de cesse que de véhiculer des messages réducteurs destinés à justifier l’injustifiable !

Il prépare l’opinion à la suppression de l’Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), promesse faite à ses amis du Premier Cercle des généreux donateurs de l’UMP au Bristol ou au Fouquet’s.

 

Il ne cesse de dire, alors que c’est rigoureusement faux, qu’en Allemagne ce sont les socialistes qui l’ont fait.

Rappelons qu’en France, cet impôt est acquitté par environ 2% des contibuables les plus fortunés (ceux dont le patrimoine calculé après abattements, exonérations et niches multiples dépasse 800 000 €). Ces malheureux paient en moyenne 5 854 €, avant application du scandaleux bouclier fiscal qui en rembourse une partie, du moins pour les plus gros contribuables style Madame Bettencourt…

 

L’UMP considère donc que la première injustice à corriger en France est l’ISF !

Mais l’argument matraqué par notre Président serait que la France est le dernier des pays à avoir un Impôt sur la Fortune !

Là encore, c’est assez largement contestable : Des impositions proches de l’ISF existent aux Pays Bas (basées sur un loyer fictif) au Luxembourg (pour les seules entreprises) en Suisse (fixées par les cantons) en Islande (tout juste rétabli), en Norvège, en Grèce ou même au… Lichtenstein.

Mais quand bien même nous serions les seuls, est-ce là un argument implacable ?

La France est le seul pays du monde à fabriquer du vin de Bordeaux, du Roquefort et la baguette française est la meilleure du monde.

La France a été le seul et premier pays à mettre en place la Sécurité Sociale.

La France a été le premier pays à faire sa révolution pour aller vers une République respectueuse des Droits de l’Homme et du Citoyen.

Etre premier à faire ou dernier à renoncer n’est pas preuve de pertinence en soit !

Pas plus que l’originalité serait forcément gage de qualité !

Ce raisonnement qui consiste à dire que parce que d’autres font, c’est forcément bien chez nous est devenu la dernière crétinerie à la mode. Sans forcément rappeler l’histoire des moutons de Panurge, il ne manque pas de cas où l’alignement des pratiques d’ailleurs sur son cas particulier donne des résultats désastreux.

Bien sûr que regarder ce que font les autres et l’évaluer est une nécessité. S’en priver serait marque de fierté malsaine. Les technocrates appelle cela le bench-marking.

Mais considérer que les autres, même nombreux à faire pareil, ont forcément des méthodes reproductibles à l’identique chez nous, est un raisonnement imbécile qu’un cartésien invétéré ne saurait accepter.

Chaque chose doit être évaluée rigoureusement, en regardant le contexte particulier de chaque pays, qui peut d’ailleurs changer en fonction du moment, des priorités politiques ou du contexte international.

Pour juger de l’ISF, il faudrait aussi regarder bien d’autres impôts et cela pulvérise les arguments crétins du Président des riches. Un seul exemple : Aux Etats-Unis, s’il n’y a pas d’ISF, le poids des taxes foncières conduit finalement pour les gros propriétaires d’immobilier, à un résultat quasi-identique…Prendre dans chaque pays un seul volet de la fiscalité comme point de comparaison est une erreur intellectuelle majeure.

Enfin, la France n’a pas vocation à se banaliser et peut être plus solidaire et égalitaire que d’autres.

Au moment où on reparle de la fameuse chanson « Douce France », Nicolas Sarkozy ferait bien d'en écouter la version originale !

Partager cet article

Repost 0
Published by Christian Eckert
commenter cet article

commentaires