Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog de Christian Eckert

Ma question à Eric Woerth le 14 septembre 2010

14 Septembre 2010 , Rédigé par Christian Eckert

 

Ma question s’adresse au ministre du travail, de la solidarité et de la fonction publique.

Monsieur Woerth, à votre corps défendant, vous incarnez toutes les fautes de ce régime.

Sur le plan moral : il est désormais avéré que vous avez menti au Parlement, aux policiers et à la justice sur la réalité des liens qui vous unissent aux protagonistes de l’affaire Bettencourt. Plus les révélations s’accumulent, plus vous apparaissez comme la cheville ouvrière de ce système de confusion d’intérêts entre le pouvoir et les élites fortunées. Comment accepter aujourd’hui que vous demandiez aux Français de sacrifier leur retraite quand vous assurez celle des plus riches ?

Sur le plan judiciaire : nous n’avons jamais demandé autre chose que la recherche de la vérité, dans le respect de la présomption d’innocence. Encore aurait-il fallu que la justice puisse mener dans des procédures indépendantes le travail d’investigation qui devrait être le sien !

Sur le plan politique : vous avez été l’artisan, au ministère du budget, de la politique fiscale qui fait payer depuis trois ans aux Français les frasques et les privilèges de ses millionnaires. L’affaire Bettencourt en aura été le révélateur, qui permet à la première fortune de France de payer moins d’impôts qu’un cadre ou qu’un ouvrier.

Je vous fais trois propositions pour redonner sens et dignité à notre République.

Tout d’abord, pour vos mensonges, par omission, par amnésie ou par peur de la vérité, proférés ici même ou devant la police, vous devez pour le moins aux Français et au Parlement des excuses !

Ensuite, pour protéger la République et vous-même, vous devez demander au Président de la République de faire saisir un juge d’instruction pour instruire à charge et à décharge.

Enfin, pour donner sens à la justice sociale et fiscale dans notre pays, vous devez faire exploser le bouclier fiscal, pas avec un canif, un rabot ou une lime à ongle, et revoir votre projet de réforme des retraites.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Dautréaux 15/09/2010 10:59



Si vous avez une conscience , le courage de vous regarder dans une glace , de vous rendre compte que lorsque vous chantez la Marseillaise vous crachez sur les principes et valeurs de la
République ; peut-être aurez-vous le courage de DEMISSIONNER  mais cela j'en doute car vous n'avez rien de ce que je viens de citer .Voilà ,Christian , ce que je rajouterais à tes questions
. Vous faites un sacré bon boulot à l'assemblée et je suis fier d'être socialiste .


Cordialement Claude