Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ADRESSE UTILE

Permanence  Parlementaire :

8 rue Alfred Mézières
54 400    LONGWY

Tél :  03 82 26 65 15

Recherche

Texte Libre

30 septembre 2010 4 30 /09 /septembre /2010 21:41

Ce jeudi matin, je suis intervenu dans le débat sur la loi Besson. Ci dessous le compte-rendu officiel de mon intervention :

 

 

Tout en évitant les redites, je veux rebondir sur une phrase de ma collègue Marietta Karamanli : votre projet de loi fait en sorte que tous les Français n’ont pas la même valeur. Pire : votre projet de loi –notamment cet article – fait en sorte que tous les hommes n’ont pas la même valeur.

 

En effet, tout est organisé autour du tri !

 

Un tri selon la qualité : les étrangers méritants seraient plus vite naturalisés que les étrangers non méritants, sur le thème de l’immigration choisie que vous avez déjà développé.

 

Un tri selon les origines : dans l’article 2 ter, il est fait allusion à différentes nationalités, laissant penser que, peut-être, selon sa nationalité, on aurait plus ou moins de chance d’être naturalisé.

 

Un tri selon sa religion : J’assistais aux débats hier soir, monsieur le ministre. Le colloque prévu par une partie de l’UMP d’abord rue de la Boétie, puis éventuellement à l’Assemblée… Je vous renvoie au thème et au titre de ce colloque.

 

Un tri selon l’état de santé : j’ai entendu notre rapporteur s’exprimer à la radio sur le sujet, mais je n’ai pas bien compris si l’on devait accueillir ceux qui étaient très malades ou au contraire ne pas les accueillir parce qu’ils coûtaient trop cher à soigner dans notre pays.

 

Un tri selon la nature de la victime ou de l’assassin. Le meurtrier d’un dépositaire de l’autorité publique – un policier par exemple – ne serait pas pénalisé de la même façon que le meurtrier d’un homme ou d’une femme ordinaire, comme si la gravité d’un crime dépendait de la qualité de l’auteur ou de la victime.

 

Delphine Batho a parfaitement décrit l’échec de votre politique sécuritaire, je n’y reviendrai pas. Un crime reste un crime, quel que soit son auteur et quelle que soit sa victime.

 

Je terminerai – j’ai promis de faire court – sur un élément plus personnel et local.

 

Je suis né en Moselle et je suis élu du nord de la Meurthe-et-Moselle. Mon père était un « Malgré-nous », enrôlé de force dans l’armée allemande. Enfant, j’ai vécu ses doutes et ses difficultés par rapport à cette question de nationalité.

 

Je suis élu d’un pays minier où les Italiens, les Polonais, les Nord-Africains sont venus travailler dans la mine pour la prospérité et la grandeur économique de notre pays. Beaucoup ont laissé leur vie au fond de la mine ou après, atteints de maladies professionnelles qui ont écourté leur vie.( Au passage, je signale que vous bafouez les régimes sociaux des mineurs, mais ce n’est pas le sujet du jour.)

 

Je suis élu d’une zone frontalière où près de 100 000 Lorrains franchissent les frontières pour aller travailler.

 

Pour toutes ces raisons, je crois pouvoir parler d’écœurement par rapport à votre texte qui n’est finalement qu’une opération de communication, ainsi que l’a souligné Marylise Lebranchu.

 

Pour vos soirées, s’il vous reste un peu de temps, je vous donne un conseil de lecture : Le Rapport de Brodeck, un livre noir de Philippe Claudel, écrivain lorrain, nancéen, scénariste.

Le héros est un étranger et, tout au long du roman, il est appelé l’Anderer, c'est-à-dire l’Autre, pour les non-germanistes.

 

Eh bien oui, je suis écœuré par ce que porte le texte que vous présentez aujourd’hui. (Applaudissements sur les bancs du groupe SRC)

Partager cet article

Repost 0
Published by Christian Eckert
commenter cet article

commentaires