Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog de Christian Eckert

Les vraies questions à aborder....

16 Avril 2013 , Rédigé par Christian Eckert

Bien sûr, et il ne faut en rien chercher à le minimiser, l'impact de l'affaire Cahuzac est profond. Mais cela ne doit pas conduire à oublier les vrais soucis des français, et le rôle des élus est aussi et d'abord d'y apporter les meilleurs remèdes.

 

La préoccupation principale de nos concitoyens, c'est l'emploi, le pouvoir d'achat et les meilleures conditions de vie possibles, au travail, pour leurs loisirs, pour leur santé, pour leur vie individuelle et collective.

 

Si la cote des élus est si calamiteuse, c'est essentiellement faute de répondre vite à ces questions là.

 

Reconnaissons que la situation sociale est difficile et que la crise n'en finit pas.

 

Si les causes du mal font débat, ce débat durera longtemps et les archéologues-économistes auront encore de longs travaux pour dire qui de la droite ou de la gauche, qui des financiers ou des industriels, qui des euro-sceptiques ou des euro-convaincus portent le plus de responsabilités....

 

Reconnaissons aussi que les solutions proposés par la Gauche revenue au pouvoir après dix ans d'absence tardent à donner les effets escomptés : Si le sérieux budgétaire est maintenant revenu, les mesures de soutien à l'économie et à l'emploi ne "font pas encore preuve de leur fécondité"...

 

Emplois d'avenir, contrats de génération, Crédit d'Impôt Compétitivité Emploi (CICE), Banque publique d'investissement (BPI), tout cela fonctionne encore assez mal.

 

S'il est logique, dans une société sclérosée, de mettre un certain temps à s'approprier les instruments nouveaux de la "boîte à outils", il est temps de mettre le turbo...

 

Pour ma part, je multiplie les contacts avec les milieux socio-économique afin d'informer tous les acteurs sur les soutiens possibles à l'investissement, la formation, l'initiative et donc au final l'emploi.

 

Les meilleurs outils du monde ne servent à rien si personne ne s'en saisit ! Il est vrai que la confiance fait défaut, et qu'elle est aussi indispensable pour réussir.

 


Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

seb 20/04/2013 04:18



« Si le sérieux budgétaire est maintenant revenu »…



 



C’est une blague ? Dans quel pays vivez-vous Monsieur Eckert ? Plus personne ne croit le Ministre quand il avance des prévisions budgétaires – cela vaut d’ailleurs pour tout le
Gouvernement – et il suffit de regarder le budget que vous avez voté pour voir qu’aucune économie n’a été réalisée. Augmenter les impôts ce n’est certainement pas être
« sérieux » ! C’est une solution de facilité. Le « sérieux budgétaire » ce serait avoir un Ministre qui a la confiance des acteurs économiques (a) – parce qu’il montre
l’ex et ne prend pas les dits acteurs pour des truffes – et des parlementaires qui refusent de voter des budgets déficitaires (b).



 



M. Moscovici a sans doute bien des qualités, mais il n’est pas capable d’être le Jacques Cœur de M. Hollande. Il est vrai que le Président peut difficilement être Bien Servi s’il est incapable de
bien s’entourer. Son choix de M. Ayrault a été dicté par les sentiments alors que le recrutement du PM aurait dû se baser sur la capacité des candidats à cette charge, à choisir des candidats qui
soient compétents, capables et vertueux.



 



« Emplois d'avenir, contrats de génération, Crédit d'Impôt Compétitivité Emploi (CICE), Banque publique d'investissement (BPI), tout cela fonctionne encore assez mal. »



 



Comment s’en étonner, alors même que les Ministres choisis n’ont pas les trois critères formulés explicitement par la DDHC ? Pour s’en convaincre, il suffit de prendre les fameuses
déclarations de patrimoine des Ministres.



 



La première chose qui saute aux yeux, c’est que beaucoup de nos Ministres ont hérité. Aucun n’est fils de famille modeste. De ce point de vue, l’ascenseur social n’aura jamais été aussi en panne
qu’actuellement ! Quant aux professions exercées…On trouve fort peu d’artisans ou de chefs d’entreprise. Autrement dit, aucun des Ministres actuels n’a été préparé à diriger encore moins à
manager des équipes ! Pas étonnant que ceux-ci se fassent « bouffer » par leur administration…



 



La deuxième chose qui frappe, c’est qu’aucun des Ministres ne prend de risques (calculés). L’essentiel de leur patrimoine se trouve dans la terre et la pierre. En cela, ils sont les dignes
héritiers de la noblesse, qui elle aussi, renâclait à aller de l’avant…Et était toujours d’accord pour pressurer le bon Peuple ! Il n’y a pas de « bourgeois » au Gouvernement, pas
de Vauban, pas de Marmousets, pas de Necker ou de Fouquet. Autrement dit, des personnes habituées à faire des paris (qu’ils gagnent), des investisseurs nés, qui parce qu’ils ont des placements et
mettent leur fortune en jeu, garantissent à autrui de fructueux bénéfices et des opportunités qui inspirent confiance.  Bref, des touche à tout, qui
par leur audace incitent autrui à agir.



 

Gérard de Baslieux 18/04/2013 13:15


Concernant les retraites, les parlementaires, dans une belle unanimité, ont refusé de réformer leurs régimes de retraite lors de la dernière réforme en 2010.


Comme quoi, les efforts c'est toujours aux mêmes qu'on les demande.

Adang 18/04/2013 09:22


Monsieur le député,


J'ai une petite question, rien à voir avec Cahuzac, ne pensez-vous pas que votre système de retraite (je parle des députés, ministres et autres...) est honteux et très injuste par rapport au
citoyen lambda à qui on demande toujours plus d'effort?


Quand allez-vous vous réformer? Assez de ces privilèges.

alphonse 18/04/2013 09:22


...et le capital, Gépé?....il contribue à quoi..?!


..à faire de l'énergie, sans doute...?!


ou à la pomper à tout le monde...

Gépé001 18/04/2013 07:42


L'erreur des économistes est de ne pas prendre en compte le role de l'énergie dans le développement économique:l'énergie remplace le travail dans les emplois industriels et doit être
associée au travail pour financer les charges sociales contributives.