Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog de Christian Eckert

Les roms : bonne question, mauvaise réponse.

18 Septembre 2010 , Rédigé par Christian Eckert

Avec les roms, Nicolas Sarkozy a trouvé un dérivatif de façon aussi habile que cynique.

 

La présence des roms dérange, pour plusieurs raisons :

 

  • Leur pauvreté, leur misère, leur état physique parfois, nous renvoie une image que nous refusons de voir. C'est l'incarnation de notre incapacité collective à réussir la solidarité et l'insertion qui différencient l'homme de l'animal. Devant le regard des SDF nous avons la même réaction gênée.
  • La faim et la misère poussent un certain nombre d'entre eux à mendier, mais aussi à voler. Personne ne le nie. Les décomptes relèvent en leur sein une proportion de délinquance naturellement plus forte que chez les fonctionnaires ! Qui s'en étonnera ?
  • Leur situation illustre aussi l'incapacité de l'Europe, qu'il est politiquement incorrect de souligner, surtout au PS où cette analyse a fondé bien des divisions. Les évolutions récentes du dossier le montrent. Une politique sociale d'harmonisation européenne sur des minimas décents aurait sûrement été nécessaire préalablement à la libre circulation des personnes.

Ces constats ne justifient pas les images terribles des pelles mécaniques détruisant des caravanes et écrasant les maigres biens de femmes et d'hommes ayant trouvé chez nous une façon de survivre.

 

A Longwy, nous avions un campement d'une bonne centaine de roms, dans le dénuement et la misère totale.

 

La règle des trois mois n'est ici pas une contrainte, le Luxembourg (!) voisin immédiat leur permettant de justifier une courte sortie périodiquement.

 

Depuis un an, avec plusieurs associations dont la Ligue des Droits de l'Homme, avec une municipalité, avec la sous-préfecture, nous avons  cherché des solutions résumées (de façon un peu simpliste) ici : Ceux qui présentaient des caractéristiques d'insertion (langue, scolarisation des enfants, activité proffessionnelle...) ont été autorisés à rester et relogés dans des conditions plus décentes. Les autres (les plus nombreux) ont accepté de partir. Il a fallu des mois pour trouver cet équilibre encore très fragile ! C'est en tout cas humain et équitable.

 

A l'Assemblée, j'ai travaillé avec des collègues et l'association Roms-Europe sur le sujet, car bien des collègues y sont confrontés. A nos journées parlementaires de Pau, nous avons inscrit au programme un atelier sur le sujet. Nous nous devons de dire clairement ce que nous ferons au cas où 2012 nous serait favorable.

 

Plutôt que de faire avec les roms un sujet de fracture, ce funeste gouvernement ferait mieux de faire preuve d'humilité, d'humanité et d'humanisme. Cela n'empêche pas le volontarisme, cela le justifie.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Vuitton 26/09/2010 19:28



Cher Monsieur, n'étant ni député ni sénateur, je ne vote rien ! Mais vos propos tendent à démontrer que vous refusez de voir le monde autrement que de manière bipolaire. Je crois donc que nous
devrions arrêter ici cet échange qui ne mène à rien n'a aucun rapport avec le sujet de la note de M. Eckert. Je vous salue donc. Cordialement,



Dautréaux 26/09/2010 18:37



Mais alors pourquoi votez vous systematiquement toutes ses réformes et lois , le centre ne fait-il pas partie de la majorité ? MoDem mis à part qui fait plus la jirouette que de la politique .


 



Vuitton 26/09/2010 16:44



Non, mais tout ce qui n'est pas de gauche, comme vous dites, n'est pas nécessairement sarkozyste. J'ose espérer que vous puissiez le comprendre.


 


 



Dautréaux 26/09/2010 16:24



Aurais-je commis l'erreur de ne pas savoir que vous étiez de gauche ?



Raphaël Vuitton 26/09/2010 09:27



M. Dautréaux, conformément à la grande modération qui caractérise la plupart vos commentaires, vous me qualifiez de "disciple de Sarkosy". Je tiens simplement à vous indiquer que je ne suis le
disciple de personne et que si vous aviez pris la peine de fouiller un peu, vous auriez pu constater que mon engagement politique n'était pas en faveur du président actuel.