Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog de Christian Eckert

Les escroqueries fiscales de la droite...

11 Janvier 2012 , Rédigé par Christian Eckert

 

La droite semble décidée à « renverser » la table. Comme d'habitude, elle noie, dans ses textes de loi, quelques mesurettes plutôt sympathiques, avec des mesures injustes qui favorisent les gros revenus et les gros patrimoines. Quelques exemples récents :

 

  • - Après avoir défendu bec et ongles pendant 4 ans le scandaleux bouclier fiscal, elle a fini par le supprimer. Mais elle a construit une suppression « en sifflet », qui fait encore profiter de ristournes les gros contribuables pendant 2 ans de plus. Pire encore, elle a jumelé cette suppression avec un allègement de l'ISF qui fait économiser près de 2 Milliards d'impôts aux gros patrimoines !

  • - Les dernières décisions budgétaires sont tout aussi en trompe-l'oeil : une taxe cosmétique sur les hauts revenus est instaurée. Elle rapportera autour de 400 Millions d'Euros. Simultanément, les contrats d'assurance des mutuelles voient leurs taxation exploser pour la deuxième année de suite (au total 2,5 Milliards), le barème de l'impôt est gelé (1,2 Milliards pour tous), la TVA dite réduite passe de 5,5% à 7% sur une multitude de produits (1,8 Milliards pour les consommateurs)...

  • - Les plus-values immobilières qui pèsent sur la spéculation immobilière sont durcies. Parallèlement, le droit de partage qui touche entre-autres les personnes qui divorcent sont plus que doublés, et une taxe est instaurée pour toute action judiciaire engagée, y compris aux Prud'hommes.

 

Alors ce cynisme insupportable se reproduit encore et toujours :

 

On nous impose, en toute fin de législature, une TVA dite sociale, sous prétexte de compétitivité du coût du travail. Le chiffre de 30 Milliards est avancé, basculé essentiellement des cotisations patronales vers les consommateurs. C'est une hérésie en période de crise économique, surtout dans notre pays où la croissance vient essentiellement de la consommation.

 

Pour faire passer la pilule, on prétend instaurer la taxation sur les transactions financières (TTF). Depuis 2 ans, les socialistes ont proposé par voie d'amendement, sur chaque texte relatif aux finances, plus d'une dizaine de fois (!) son instauration. A chaque fois, les ministres ont refusé, avec leurs députés godillots. Les arguments ont été constants : on ne peut le faire que si tous les pays le font, et nana ni et nananère... C'est pas le moment, les banques vont mal (sic...).... Un coup c'était la faute aux anglais, un coup aux allemands...

 

Hier, à l'Assemblée, bien que rodé à ces circonvolutions de langage, j'en suis resté pantois : un député de droite, qui n'a jamais voté un seul amendement qui instaure un iota de taxation, interpelle pompeusement François Barouin à peu près en ces terme : « notre groupe a toujours défendu cette idée, dites nous donc, Monsieur le Ministre si sévère avec les spéculateurs, comment vous aller taxer les transactions financières... ». Le même Ministre déclare à peu près la chose suivante : « Si la France ne le fait pas, même seule, cela ne se fera jamais, et donc on va le faire ! ». Il n'a surtout pas dit quand, ni combien, ni sur quoi !

 

Gageons que la session parlementaire va se prolonger en février, et je ne serai pas surpris que la TVA dite sociale et la TTF soient jumelées dans un seul texte, histoire d'obliger la gauche à voter pour en acceptant une TVA injuste, ou contre en refusant la TTF qu'ils ont toujours souhaitée...

 

Il va nous falloir beaucoup de pédagogie pour expliquer tout cela. En tout cas, ceux qui ont lu ces quelques lignes courageusement auront compris que la politique fiscale ne se résume pas à de la communication, et à un vote par définition binaire !

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article