Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ADRESSE UTILE

Permanence  Parlementaire :

8 rue Alfred Mézières
54 400    LONGWY

Tél :  03 82 26 65 15

Recherche

Texte Libre

5 mai 2010 3 05 /05 /mai /2010 07:43

 

Tard dans la nuit de lundi à mardi, je suis intervenu pour expliquer le vote des socialistes sur le plan d'aide à la Grèce.

Ci-dessous, mon intervention :

 

M. le président. Dans les explications de vote sur l’ensemble du projet de loi de finances rectificative, la parole est à M. Christian Eckert, pour le groupe SRC.

M. Christian Eckert. Le groupe SRC votera ce collectif budgétaire. Je voudrais cependant, mes chers collègues, vous mettre en garde contre un triomphalisme que j’ai cru percevoir, notamment dans les propos de M. Jérôme Chartier. Présenter ce texte comme une grande victoire de la France, voire du Président de la République, me paraît très largement excessif. Je préfère l’humilité de M. François Baroin ou de Mme Lagarde, qui n’en font pas une victoire.

Quel sont nos regrets ?

Premièrement, nous regrettons la lenteur de ce plan. Vous nous avez dit : « Nous y sommes arrivés » – ou presque. Mais n’oublions pas que les ordinateurs des traders fonctionnent au millionième de seconde alors qu’il nous a fallu plusieurs mois pour parvenir à ce plan de sauvetage.

Deuxièmement, notre regret a trait aux taux. Et l’on peut avoir le sentiment, ne vous en déplaise, que des bénéfices seront réalisés sur la misère d’un peuple, aux côtés duquel nous souhaitons nous engager.

Troisièmement, madame la ministre, vous dites réfléchir, vous prétendez même avoir écrit des courriers pour obtenir des codes de bonne conduite. Vos prises de position sur la régulation, sur les agences de notation, sur les CDS, que vous ne souhaitez pas interdire mais que vous souhaitez voir organiser dans un marché ordonné, nous montrent que la régulation n’est pas encore effective.

Notons aussi que c’est finalement l’Allemagne qui a imposé sa loi et ses règles. Pour ce qui est des diktats des marchés, notre collègue Perruchot a indiqué à quatre reprises que les marchés exigeaient telle ou telle mesure, telle ou telle démarche.

C’est donc aussi une victoire des marchés.

Dernier élément, qui me paraît le plus important : les banques – le débat l’a montré – s’en sortent finalement bien. Une fois de plus, les risques supportés par les États vont se substituer, et probablement dans la durée, aux risques actuellement supportés par les banques. Nous regrettons d’autant plus votre absence de volonté de taxer le système bancaire. Nous vous l’avions proposé ; vous avez refusé de nous suivre.

Les États vont se substituer aux banques, pour ce qui est du fonctionnement de l’économie et de l’organisation de la finance internationale. Il nous semble que la contrepartie serait d’avancer sur la question de la taxation des bénéfices des banques. Des pistes existent, elles ont été explorées, mais vous les avez malheureusement abandonnées.

Le groupe socialiste restera vigilant quant à la mise en œuvre des mesures de régulation et au suivi, dont M. le président de la commission des finances a souligné la nécessité.

Nous voterons néanmoins ce texte, mais sans triomphalisme. Restons humbles ! Il ne s’agit pas d’une grande victoire ni de la France, ni du Président de la République, ni de l’Europe. Il s’agit d’éteindre un incendie qui menace de s’étendre à l’ensemble de notre Communauté. (Applaudissements sur les bancs du groupe SRC.)

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Christian Eckert
commenter cet article

commentaires

Pascal 08/05/2010 01:05



Oui je trouve ça incompréhensible de faire un prêt à la Grèce avec des intérêts. On ne sait déja pas comment ils vont pouvoir rembourser. Avec le plan d'austérité qu'ils doivent mettre en place,
la baisse du pouvoir d'achat que cela va impliquer la bas...pauvres Grecs...qui vont subir une mauvaise gestion de leurs dirigeants?...comment la croissance est elle sensée repartir ? Voilà
que je parle comme un économiste ! L'Espagne, le Portugal et d'autres...va-t-on en sortir l'Europe ? Pouvez vous faire quelque chose à l'assemblée où cela ne se discute qu'au niveau européen ? Je
ne sais pas très bien ce que l'Allemagne à imposer comme diktat ?...ne sont ils pas les plus vertueux ?...des modèles donc ?


C'est pessimistisant l'actualité.



Michael R 05/05/2010 17:40




Comme je l'ai déjà dit dans un commentaire sur l'un de vos article, je ne trouve pas normal du tout, vu la misère présente en Françe que notre pays prete autant d'argent à la Grèce, pas très
bon en math (vu votre passé vous saurez très certainement confirmé ou contredire ce résultat), j'ai calculer que chaque Français a "preter"environ 280 euros. somme que beaucoup de personnes
aimeraient avoir a la fin de chaque mois sur le compte, cette somme aurait pu être plus que très utile pour le pays et certaines personnes en difficultés.


 


Je croyais d'ailleurs que les caisses étaent vides?


 


17 milliards... moi j'aimerai l'avoir cette fameuse caisse vide