Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ADRESSE UTILE

Permanence  Parlementaire :

8 rue Alfred Mézières
54 400    LONGWY

Tél :  03 82 26 65 15

Recherche

Texte Libre

16 avril 2012 1 16 /04 /avril /2012 08:32

Hier dimanche, le Pays Haut était bien présent à Vincennes, pour le grand rendez-vous avec François Hollande. Un bus entier de militants a rejoint la capitale. Avec un couple d’ami, Nous avons fait le trajet en voiture, et force de constater que nous n’étions pas seuls !

 

Entrés vers 14h dans l’espace dédié aux membres du comité de campagne, nous avons côtoyé des visages connus, parfois un peu marqués par une saine fatigue, celle de la campagne, mais tous souriant du bonheur d’une victoire que l’on sent à porté de vote !

 

Lionel Jospin, alerte et super sympa, Jean Marc Ayrault toujours proche de ses députés, Robert Hue au visage typique, Jérôme Cahuzac exceptionnellement mal rasé, Martine Aubry au large sourire pas seulement de circonstance, Laurent Fabius comme toujours cravatté et bien mis, comme de très nombreux amis et collègues députés venus de toute la France.

 

Guy Bedos bavardant avec Jacques Higelin, Firmine Richard aux côtés de Benjamin Biolay, cela avait franchement une autre allure que Chantal Goya et Régine qu’on nous annonçait à la Concorde.

 

Et puis cette foule colorée et riante, bardée de drapeaux et d’autocollants, au milieu de laquelle on croisait des amis : des collaborateurs du groupe à l’Assemblée, comme Sophie et Sylvain, s’esclaffant de me voir pour une fois en jean et sans cravatte, notre fille Sylvine venue en voisine et difficile à retrouver tant les réseaux de téléphone étaient saturés, Guillaume, militant de Villerupt qui avaient eu la chance, lui, d’avoir trouvé nos amis du Pays Haut dans cette marée humaine bruyante et pleine d’espoir.

 

Le discours de François sonnait juste comme d’habitude, malgré sa voie un peu cassée par des semaines de discours usant les cordes vocales pour la bonne cause ! Interrompu maintes fois par les applaudissements et des « François Président », une seule fois par les « On va Gagner » retenus par superstition plus que par crainte, François a déroulé dans son style rassembleur entrecoupé de mises au point précises et habilement enrobées de son humour aussi drôle que grinçant.

 

Rien n’est joué, et on va consolider tout cela, mais les retours sont positifs. La campagne de François n’a rien à voir avec le mépris du candidat sortant, qui ne sait plus quelle peur agiter, comment masquer son bilan et comment convaincre qu’il pourrait faire demain autrement que ce qu’il a fait durant 5 ans.

 

A l’Assemblée Nationale, nous avons souvent levé les mains en écartant les doigts pour rappeler que la droite était au pouvoir depuis dix ans. De sa voix de ch’ti forte et chaude, notre regretté collègue Patrick Roy tonnait, quand la maladie ne l’en avait pas encore empêché : « Dix ans de malheur ! ».

 

Ces dix ans doivent trouver leur fin pour retrouver, sinon le bonheur intégral qui dépend de chacun, du moins la joie la construction collective d’une République soucieuse de tous et attentive à la justice et à la fraternité qui en garantissent son avenir.

Partager cet article

Repost 0
Published by Christian Eckert
commenter cet article

commentaires