Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ADRESSE UTILE

Permanence  Parlementaire :

8 rue Alfred Mézières
54 400    LONGWY

Tél :  03 82 26 65 15

Recherche

Texte Libre

24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 18:42
Ci-dessous, un extrait du compte rendu de la séance de questions à l'Assemblée d'aujourd'hui.

J'en étais..... :

La mobilisation intersyndicale de mardi a réuni "moins de gens qu'il y a un an", a déclaré le ministre du Travail et de la Fonction publique Eric Woerth mercredi, tout en assurant que "le gouvernement écoute, respecte tous les messages" et doit répondre aux "inquiétudes".

"La journée d'hier a réuni moins de gens dans la rue que la journée d'il y a un an: 19% (de grévistes) contre 26% le 19 mars 2009 dans la Fonction publique d'Etat, 11% pour la Fonction publique territoriale contre 15%, 8% pour la Fonction publique hospitalière contre 18%", a-t-il noté devant les députés lors des questions au gouvernement, tout en affirmant n'en tirer "aucune conclusion".

Au député socialiste Christian Eckert qui jugeait que Nicolas Sarkozy n'avait "rien dit" de "sa politique sociale" alors que "plus d'un demi-million de Français ont exprimé un sentiment d'abandon", M. Woerth a répondu que "ce mouvement syndical était prévu de longue date" et avec "des thèmes de préoccupation du gouvernement Fillon, l'emploi, le pouvoir d'achat, les retraites".

"Le gouvernement, il écoute, il respecte tous les messages, des organisations syndicales comme des électeurs. Les inquiétudes des Français nous devons y répondre et nous y répondrons. Laissez-nous faire en sorte que, sur les retraites, nous ayons la réponse la plus concertée possible", a-t-il lancé sous les quolibets de la gauche.

(source AFP)

Quel mépris encore du nouveau Ministre des affaires sociales !


Partager cet article

Repost 0
Published by Christian Eckert
commenter cet article

commentaires

Michael R 02/04/2010 11:57



Ce qui est malheureux en france c'est qu'il faut "enquiquiner" le monde, menacer ou fait des actes de violences pour être compris (comme les routiers qui menacaient de bloquer les centrales de
magasin, les ouvriers qui menacent de faire exploser leurs usines...), sans ca les choses ne bougent pas.


 


Bien sur je ne cautionne pas ces actes, mais les "smicards", travailleurs dit "pauvres", les mal logés, les demandeurs d'emplo et autresi savent ce qu'il leur reste a faire pour se faire entendre