Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ADRESSE UTILE

Permanence  Parlementaire :

8 rue Alfred Mézières
54 400    LONGWY

Tél :  03 82 26 65 15

Recherche

Texte Libre

4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 12:30

La présence des députés en séance fait toujours parler. C'est normal. Les gens qui nous observent sont choqués de voir des hémicycles vides, des votes acquis avec des nombres ridicules de votants...

 

Récit de la seconde partie de la journée d'hier :

 

Dans l'hémicycle, nous siégeons à partir 15h. De 15h à 16h ont lieu les questions d'actualité, retransmises en direct sur France 3 et LCP jusqu'à 16h. L'hémicycle est bien garni et bruyant, chacun cherche à passer à l'écran, les questions sont formatées, les réponses aussi. Les gens adorent.

 

A 16 heures, des votes solennels ont lieu, le premier sur le Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale (PLFSS), le second sur la Loi de Programmation Militaire (LPM). Pour voter, il faut appuyer personnellement sur un bouton situé à sa place nominale, chaque député ne pouvant détenir (par voie électronique), qu'une seule procuration d'un collègue absent. Après de courtes explications de vote (une par groupe), les députés affluent pour voter rapidement.

 

Cela s'achève vers 17h30, et la séance consacrée à la Loi de Finances Rectificative peut débuter, après une courte suspension de séance de quelques minutes.

 

S'expriment alors les Ministres pour présenter les choses. Pierre Moscovici et Bernard Cazeneuve décrivent le texte, sans limite de temps de parole.

 

Comme Rapporteur Général, j'ai droit alors à 10 mn, puis le Président Carrez de la Commission des Finances en fait autant.

 

Sont ensuite défendues deux motions dites de procédure, destinées à l'opposition. Si elles sont adoptées par le vote qui les suit, le texte est renvoyé.

 

Tout cela s'achève vers 20h15 sans encombre, les SMS prévenant les troupes du moment du vote, pour s'assurer d'être majoritaire.

 

Pause dîner, la séance est suspendue jusqu'à 21h30.

 

A la reprise, la discussion générale (DG) peut commencer pour 1h30. Les intervenants se répartissent, proportionnellement à la taille de leur groupe, des tranches de 5 ou 10 mn. La liste et l'ordre des intervenants sont connus.

 

Quelques députés socialistes sont là, AUCUN député de droite. A la fin de l'intervention du premier orateur, Valérie Pécresse entre en scène à 21h40. Elle monte à la tribune, égrène quelques généralités, liste les chiffres des déficits et du chômage de plusieurs pays européens... Affligeant... A la fin de son intervention, UN député de droite arrive, inscrit plus loin dans la DG... Il a juste le temps de s'asseoir pour applaudir seul l'ex-ministre du Budget sans avoir entendu le contenu du propos de sa collègue.

 

Celle-ci quitte la tribune, va prendre son sac à main à sa place, et quitte aussitôt l'hémicycle. Il est 21h50. Elle nous fait un au-revoir gracieux de la main en clignant des yeux, dépose délicatement un bisou sur sa main et souffle dans notre direction en souriant triomphalement... Au moins, elle assume !

 

Dix grosses minutes, et Madame la députée pourra se prévaloir de son propos sur les plateaux télé, dans les dîners en ville, sur son blog et avec un peu de chance, être citée dans une dépèche AFP.

 

Nous ne la reverrons plus de la nuit. Dommage. Elle aurait pu s'opposer à des amendements, donner son point de vue sur la réforme technique de l'Assurance Vie ou encore proposer des modifications budgétaires durant la séance de travail achevée vers 1h30 du matin...

 

J'appelle cela la technique de Lourdes : "Faire des apparitions".

 

La technique de Lourdes a un avantage majeur : Comme les pains, les apparitions peuvent se multiplier plusieurs fois par jour, dans des endroits différents ! Bien organisées, les apparitions peuvent donner l'impression d'une activité énorme.

 


Hélas Valérie Pécresse est loin d'être un cas isolé. Il y en a sur tous les bancs...

 

L'image des parlementaires se dégrade... Le populisme se répand... A nous de veiller à notre comportement.

 

Les transmissions sur Internet ou sur LCP des longues séances de travail permettent de plus en plus aux citoyens de trier le bon grain de l'ivraie. Les sites relatant l'activité des députés aussi.

 

Lourdes, multiplication des pains, bon grain de l'ivraie, gardons quand même la foi... en la démocratie !

 

On verra cet après-midi et cette nuit si Valérie Pécresse vient racheter ses fautes !

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Christian Eckert
commenter cet article

commentaires

seb 06/12/2013 23:14



Billet intéressant M. ECKERT, mais pourquoi une telle résignation ou/et complaisance envers les turpitudes de vos pairs, alors que vous n’hésitez pas à trancher dans le vif quand certains
services publics ou citoyens organisés (les « Pigeons » par ex) vous irritent (cf.vos précédents billets) ?



 



Il est, en effet, facile de remédier à la technique du « clonage » – terme qui me semble mieux adapter que la référence à Lourdes, qui (pour info) n’a strictement rien à voir avec
l’épisode de la multiplication des pains ! – chérie par vos certains de vos pairs, ainsi qu’aux votes à dix. Pour cela, il vous suffit d’aller voir M. BARTOLONE, pour qu’il applique le
Règlement de l’A.N et sollicite chaque président(e) de séance,  pour qu’il (elle) vérifie le quorum avant tout vote. Simple non… ?



  



Pour ce qui est de votre collègue, Mme PECRESSE en l’occurrence, il se peut que celle-ci ait une raison valable pour expliquer ses « coups de vent » en commission des finances : le
calendrier parlementaire. Je ne dis pas que c’est le cas, mais beaucoup de vos pairs se plaignent régulièrement de devoir être à plusieurs endroits à la fois, à la même heure et le même jour, du
style : un vote en Hémicycle, une discussion en commission x, une rencontre en groupe d’amitié, un débat en commission d’enquête.



 



Au-delà donc, de la mesure susmentionnée – qui brisera le confort gouvernemental mais aura le mérite de rendre les lois votées plus légitimes aux yeux des citoyens – revoir l’élaboration du
planning parlementaire ne serait pas un luxe. Serait-il trop demandé, pour ex, que les présidents (de groupe, commission, etc.), en lien avec les cabinets des Ministres, se concertent…Avant
d’imposer aux élus des travaux auxquels ils ne peuvent physiquement assistés, faute d’avoir des clones, une machine à remonter le temps ou (plus classe ?) le médaillon d’Hermione
Granger ? (Qui lui permet de ne louper aucun cours)

Bist 05/12/2013 12:12


Nous verrons comment évoluera votre assiduité au bout de quelques années Mr Eckert !

HERBIET 04/12/2013 21:52


Monsieur Le Député, Monsieur Le Rapporteur,


Je regarde depuis hier soir la discussion relative aux amendements.Celà me laisse une drôle d'impression. Peu de respect entre les députés, des réparties assez agressives et partisanes des deux
parties, aucune concession d'aucune sorte même pour des amendements à la marge.En bref, une confrontations peu constructive, non consensuelle.


Certaines mesures tellement dirigistes qu'elles sont destinées à punir (vous le dites vous même)...à partir du moment ou l'épargnant ne suit pas tel un mouton le chemin qui est tracé pour lui...


Mr DE COURSON a raison. Les possesseurs de l'épargne ne réagiront certainement pas comme vous le souhaitez.


En bref, je rêve d'un mode de gouvernance à l'Allemande avec une culture de compromis.Nous en sommes à des années lumières.


Cordialement.


 

Nils Stalbrand 04/12/2013 20:56


Bonsoir, froid et ciel couvert. Monsieur le Député, est-ce que j'ose dire que vous êtes trop dur envers vous et vos collègues. Le travail en Grande salle est voué à disparaître, il n'a plus grand
sens, c'est un rituel de cours. L'énorme travail que vous nos députés faites en Commissions, en Groupes, en Etudes, en discussions avec ceux qu'on appelle a tort avec mépris les "lobbyst" est
admirable. Ayant eu de trop rares occasions de rencontrer des représentants, j'en suis sorti émerveillé. Je ne sais pas où vous trouver la force, la patience, la tolérance, vous acceptez de
perdre votre vie privée et votre vie de famille. Cependant cette journée que vous décrivez indique que les temps changes, pourquoi remonter de Bordeaux si en Skype je peux participer encore mieux
aux débats? Soyons heureux de notre système, nous le regretterons dans quelques décennies. En ce qui concerne l'Assemblée Nationale il me semble vaguement me souvenir d'une étude anthropologique
indiquant à partir de quel nombre de participants ceux-ci se laisse dominer par des instincts primitifs de luttes de groupes et de testostérone. Il me semble que le chiffre est très bas,
peut-être moins de 100, peut-être moins de 50. J'ai moi même vu des personnes parfaitement raisonnables et admirables devenir idiotes et dangereuses rien qu'avec 30 participants. Quant à Mm
Pécresse, soyons heureux que nous ayons de plus en plus de Grandes Dames, n'est-pas elles qui si souvent ont changé le cours de l'histoire de la France? Merci M. le député de nous avoir fait
partager cette journée d'une manière si vivante qu'on croit y être (Ambabelle, MPR, Mourir Pour Rien)

Bonnet Rouge de Paris 04/12/2013 20:26


"L'image des parlementaires se dégrade... Le populisme se répand..."


 


Nan, ce n'est pas du populisme - trop facile à invoquer systématiquement -, c'est de l'antiparlementarisme
rationalisé. CQFD