Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog de Christian Eckert

La Belgique, terre d'asile ?

3 Janvier 2013 , Rédigé par Christian Eckert

Les journaux télévisés de ce soir ont relaté la nouvelle entre le cyclone de La Réunion et la nouvelle "russitude" de Gérard Depardieu ! Le nombre de demande de nationalité belge a été doublé de 2011 à 2012 ! En 2011, 63 demandes, en 2012, le double ! Voilà qui méritait une information aux 20 heures !

 

Cela serait la preuve de l'incapacité de nos gouvernants à tenir les comptes publics. En 2011, ces nantis qui gagnent en un jour à ne rien faire, ce que les smicards gagnent en un an à se crever au boulot (quand ils travaillent), n'avaient pas pensé à quitter la France.

 

Pensez donc, ils pouvaient jusqu'alors, à coup de bouclier fiscal, de niches aussi complexes que complaisantes, en payant quelques conseillers fiscaux bien introduits, continuer à amasser du capital, acheter propriétés de luxe, oeuvres d'art et vins fins, vivre dans des palaces, sans participer à l'effort de redressement des comptes publics que la droite a laissé filer depuis dix ans, un jour au nom de la liberté d'entreprendre, un jour au nom du droit de propriété protégé de l'impôt confiscatoire...

 

63 demandes de plus pour filer en Belgique ! La belle affaire !

 

Il faudrait derechef stopper l'imposition "selon ses capacités", pour conserver chez nous, au moins fiscalement, ces français qui n'en ont que faire de la sécurité sociale, des cotisations retraite, des cotisations ASSEDIC, dont ils ne connaissent que la dénomination de "charges". Il est vrai que la maladie aveugle qui stoppe l'activité salariée, le droit à des revenus décents quand l'âge ne permet plus le travail, le licenciement qui prive la famille de subsistance, cela n'est leur affaire que lorsque l'on parle de compétitivité !

 

S'il n'y a que 63 personnes de plus à demander la nationalité belge, il n'y a pas de quoi s'affoler ! La justice fiscale s'appréciera sur une population de plus de 65 Millions de français. Peut-être est-ce cela le changement ?

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Jonathan Bonnet 28/02/2013 13:43


Vous avez bien raison 65 000 000 millions de Français, pour financer une immigration toujours plus abondante, des guerres aux quatre coins du globe, des pays qui du sud de l'Europe qui
s'enfoncent tous les jours un peu plus dans un désastre économique. N'oublions pas Monsieur Eckert, que la France connaît un forte hausse de chômage, que le commerce et l'artisanat c'est un
FLORANGE par jour... Sans Depardieu, Bernard Arnault voir même le décrié Arthur, qui ont choisis des climats Fiscaux moins oppressants, expliquez aux 65.000.000 de Français restants sur le
territoire (seulement 28 millions d'actifs), comment vous allez financer votre gabegie quotidienne ??? La réussite n'est pas un crime, la jalousie peut par contre y amener !!!


 

Langelot 07/01/2013 20:41


:)


C'est très bien vu! En effet, je me suis découvert libéral récemment et ne suis pas un lecteur assidu de ce blog (vous vous en doutez ;) ). Pour autant, je ne me vois pas dans l'image du
libéralisme qui est donné par les médias. Je suis salarié et je ne suis pas du tout contre les avancées sociales, bien au contraire.


Ce que j'ai souligné dans mon commentaire est juste que les avancées sociales ne peuvent être construites qu'avec l'argent disponible (et pas celui des générations futures) et dans le respect de
tous.


De votre côté, vous exagérez sciemment  en disant qu'on peut tout remettre en cause dans ce cas là. Mais vous, jusqu'où êtes vous prêt à aller ? 6 mois de congés payés ? 15h par semaine ?
Qu'est ce qui nous en empêche ?


Donc, je pense qu'on veut tous les mêmes choses, que tout le monde puisse travailler et vivre correctement de son travail, qu'on bénéficie à égalité de la santé, sécurité et justice. On différe
sur le moyen d'y arriver.


Et pour finir, libéralisme ne veut pas dire anarchie et ne veut pas dire la loi du plus fort.

luinel 07/01/2013 09:05


Cher Langelot, votre ton angélique cache mal le cheval de troie du libéralisme qui réside dans votre propos (à votre insu peut-être ?!). Car pourquoi s'arrêter aux 35 heures et à la retraite à 60
ans quand on critique les avancées sociales ? Pourquoi ne pas aller jusqu'au bout du raisonnement et critiquer la semaine de 40 heures, le repos hebdomadaire, et les congés payés ? Il y a
longtemps la droite disait que c'était à cause du front populaire que la France avait perdu la guerre en 1940. Oui, pourquoi ne pas être logique avec soi-même ?


Quant au recentrage de l'état sur lui-même, j'imagine qu'il s'agit pour vous de la police, la justice et la diplomatie. Pour le reste circulez, y a rien à voir pour le public, tout doit aller au
privé. On voit ce que ça donne quand tout va au privé (ou à la gestion copiée sur le privé): ça donne les télécoms, ça donne la SNCF, c'est-à-dire la négation du service public. Ca donne aussi
une absence totale de régulation...


Ne pas gaspiller les deniers publics est une chose, choisir de réduire es moyens financiers publics et empêcher ainsi l'existence d'un état fort et interventionniste en est une autre.

langelot 05/01/2013 01:35


Monsieur le député,


Accuser la droite de tous les maux me paraît un peu simpliste. S'ils ont leur part de responsabilité, on peut parler également :


* de la retraite de 65 ans à 60 ans + tous les plans de préretraite sponsorisé par l'état. Il n'y a rien de plus bête que la démographie. Le papy boom, c'était largement prévisible.


* des 35 heures. Je suis loin d'être contre les avancées sociales mais faut-il encore pouvoir les financer...


Donc, la solidarité est une très bonne chose tant qu'elle est faite à bon escient et tant qu'elle ne scie pas la branche sur laquelle est assise. En cela, on ne peut pas dire que la gestion
publique de droite comme gauche soit exemplaire. De là à dire que l'état devrait se recentrer sur ses prérogatives premières, il n'y a qu'un pas et j'éspère qu'il sera franchi un jour.

Maurice 04/01/2013 21:25


Mes meilleurs voeux à tous


Effectivement, les déboires pécuniers du richissime rustre  Depardieu ne m'émeuvent en rien.Ce clown triste essaye uniquement de dénigrer le gouvernement actuel.Tout le monde sait très bien
que Sarkozy à intercédé en sa faveur pour une affaire de gros sous. Je ne vais pas m'appesentir sur ce milliardaire, qu'il aille où il veut.....pourquoi pas au diable ce Depardieu !!! Il y a
tellement de monde dans la galère, ça ne vaut pas la peine de s'attarder sur cet affairiste sans scrupules ...  mais là où il sera au même niveau qu'eux, c'est au moment de sa disparition :
comme tout le monde il n'emmenera RIEN !!!