Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog de Christian Eckert

L'irrationnel débat fiscal ...

27 Octobre 2013 , Rédigé par Christian Eckert

Le débat sur la fiscalité est devenu complètement irrationnel. C’est dommage, car dans ce domaine peut être encore plus qu’ailleurs, il faudrait être très précis, cartésien et rationnel.

 

Le débat sur la fiscalité et l’impôt est devenu si passionnel pour le citoyen que plus rien n’est entendu, écouté et compris. Par voie de conséquence, les députés de la majorité hésitent à dire, expliquer voire même à porter les mesures, même les plus justes, qui touchent à la fiscalité… Ceux de l’opposition  se régalent, caricaturent, soufflent sur les braises, attisent les peurs, perdant toute conscience de leurs propres actes pas si anciens… Quant aux journalistes, il sont contraints de se plonger dans le droit fiscal jusque là la chasse gardée de quelques uns d’entre-eux très spécialisés. Ils découvrent le sens des mots « petite rétroactivité », « plus values mobilières », « abattement proportionnel », « taxation au fil de l’eau », « exit tax », « Madelin », « défiscalisation outre-mer », « ISF-PME », « produits hybrides », « TTF intraday », « niche Girardin »… Ils s’efforcent d’en parler comme si tout cela leur était familier. C’est peu de dire qu’ils s’y fourvoient très souvent, mais comment leur en vouloir face à des sujets aussi complexes…

 

Il est donc plus facile faute de vouloir (ou tout simplement pouvoir) aller au fond, de s’en tenir à des propos simplistes capables de rassembler tous les suffrages, d’animer sans crainte les repas dominicaux ou encore les conversations au café du commerce : « On paie trop d’impôts, on ne voit plus à quoi ils servent, la fiscalité est trop complexe ». D’aucun vont encore plus loin, et en rajoutent sur « l’assistanat », quand ce n’est pas la faute à « ces immigrés qui coûtent cher ».

 

Tout cela est de notre faute :

 

Nous ne sommes pas naïfs au point de croire que le consentement à l’impôt est inscrit de façon naturelle et indéfectible dans les gênes de nos concitoyens.

Nous ne sommes pas non plus stupides au point de penser que l’opposition allait faire preuve de repentance et s’isoler dans un comportement méditatif, contemplatif voire monacal, afin de faire de son silence le préalable à une hypothétique résurrection…

Nous avons pour la presse un respect infini, mais il ne va pas jusqu’à penser que le code général des impôts allait spontanément être avalé par tous les éditorialistes, pas plus qu’ils ne l’on fait avec le code pénal en commentant un délit ou  le code du travail en parlant du travail dominical…

Par contre nous n’avons pas été bon sur les messages envoyés à nos concitoyens depuis 18 mois :

 

Notre première faute a été de peu insister sur l’état des lieux :

 

Nous aurions du dès notre arrivée dire très fortement la gravité de la situation financière du pays (Façon Fillon en 2007): Le niveau des déficits, de l’endettement, des impasses financières constatées, des contentieux européens non soldés, des risques potentiels su Dexia ou la SFIL… Tout cela nous avons pensé que les français le savaient par cœur et comprendraient naturellement que le retour à l’équilibre des finances publiques était si vital qu’il justifiait de mesures fiscales peu agréables et finalement moins circonscrites que nous l’aurions espéré.

 

Notre deuxième faute relève de manque de réalisme :

 

Devenu parti de pouvoir, le PS comme ses élus se cherchent et la formule est encore bien complaisante : Trop de déclarations contradictoires, certains députés déjà en pré-congrès, un sérieux budgétaire assumé dans les faits plus que dans les mots, des faiblesses face aux lobbies,  des verts égoïstes et peu solidaires… Notre démocratie ne voit dans la diversité des opinions ou dans les changements de pied, que des signes de faiblesse : Savoir écouter, se démarquer parfois, revenir sur un projet mal accepté, est-ce signe de doute ou de recherche d’un consensus si nécessaire en période de crise ? Le constat un peu cruel est que les français y voient surtout un manque de lisibilité.

 

Notre fierté est cependant d’avoir bien agi :

 

Les mesures prises, si elles n’ont pas épargné tout le monde, ont principalement porté sur les plus favorisés. Les déficits sont en nette réduction et pour la première fois depuis des lustres, les dépenses de l’Etat baisseront en valeur en 2014. L’économie et la croissance connaissent un petit redressement. Les salaires et les pensions n’ont pas été diminués. Les taux d’intérêts restent bas, et nous avons obtenu un délai de deux ans supplémentaires pour revenir sous les 3% de déficit. L’avenir des régimes de retraite comme celui de la branche famille ont été assurés. Notre plus gros souci reste le chômage, qui continue à progresser, même si la hausse se ralentit. Et les français nous jugeront surtout là-dessus.

 

Soyons donc confiants en notre capacité à réussir, fidèles à nos valeurs, mêlées aux principes de réalité et de responsabilité.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

jmgdoc 30/10/2013 20:34


Tout le monde peut se tromper et les deux "fautes" que vous invoquez ne sont rien.


Insister sur l'état des lieux ? C'est un procédé politicien éculé; la faute des prédécesseurs n'est pas un argument de gouvernement; quand on prend les rênes de l'État, on les prend en l'état et
pas "sous réserve d'inventaire". Le passé n'est pas une excuse. Si la tâche était trop difficile il fallait le dire avant les élections; une fois dans la place il est trop tard pour pleurnicher
sur l'héritage, et en insistant trop là-dessus vous n'auriez pas été audibles.


Le manque de réalisme ? Ce n'est certainement pas votre faute à vous en particulier. C'est une faute qui semble génétiquement liée à la classe politique française dans son ensemble. D'ailleurs le
réalisme (comme son cousin le pragmatisme) est un concept qui sert à justifier l'immobilisme plus souvent que l'adaptation au réel. Et il n'y a pas de vision politique sans rêve.


Non, les vraies "fautes" ne sont pas celles-là.


Ce n'est pas non plus l'irrationalité qui est en cause.


C'est l'absence de volonté.


Cette semaine a été particulièrement désastreuse à cet égard. Nous avons franchi une nouvelle frontière avec la reculade honteuse sur l'éco-taxe, un prélèvement obligatoire correspondant (pour
une fois) à un projet et à une vision stratégique et qui (pour une fois) était le fruit d'un véritable consensus.


Cette fois on est au-delà de l'idée même de débat fiscal. On est entré dans le registre de la lâcheté politique à l'état pur. Ce gouvernement a lâché une énorme part du peu de crédibilité qui lui
restait, et peut-être même renoncé à sa dignité. Le message est clair: le seul misérable objectif qui prévaut désormais, c'est de surnager au jour le jour. Un an et demi et c'est déjà fini; cette
caricature de socialisme a fini de déballer sa petite caisse à outils et de faire l'étalage indécent de son absence de volonté.


Vous avez évoqué, dimanche, votre "fierté d'avoir bien agi".


Oseriez-vous encore évoquer cette fierté aujourd'hui ?

nico 30/10/2013 20:19


Vous mélangez donc tout soit par ingorance - ce que je doute fort - soit par démagogie en pensant que nous français on ne comprend rien a l'économie. 


 


Moi je peux déjà ainsi vous faire une prédiction digne de madame Soleil et pourtant je ne suis pas économiste ni enarque ni parlementaire.


Vous ne tiendrez pas vos engagements de réduction de déficit dans les 2 ans.


C'est mathématique puisque vous ne faites rien concrètement. 


Vous avez réussi à repousser l'échéance mais on va droit dans le mur.


Vous allez etre confronté à une baisse des recettes fiscales car les vrais emplois non aidés disparraissent en s'accelerant et parce que les francais s'organisent pour réduire leurs impots.


C'est le pricipe de Laffer dont la France est une illustration en ce moment je dirais même un cas d'école! 


 


Si vous ne savez pas cela c est que c'est gravissime.


Rien que le fait de vous auto feliciter de votre action est très inquiètant.


Rien que le fait de rejeter votre échec en cours sur un problème de pédagogie mal faite est aussi inquiètant. 


Vous n'avez pas pris la mesure du probleme.


Ou bien vous usez de démagogie à dessein et donc si c'est cela alor vous nous prenez vraiement pour des cons finis. 


 


J'avoue que là je ne sais pas trop quoi choisir comme option.


Peut être est un mix des deux.  


 


Mais en conclusion. 


Ce que vous avez écrit est tout de même très préoccupant.


Puisque vous mettez donc en évidence que la France ne sortira pas autrement de ses problèmes qu'avec des solutions radicales et violentes à plus ou moins long terme.


Devant votre vacuité votre inaction votre langue de bois votre refus de parler vrai et sans détour et votre refus de vous remettre en question.


Ca me parait inevitable et c'est bien malheureux pour nous tous.


Je constate en outre que cela a déja commencé puisque des groupes de gens deviennent violents puisque des gens désespérés se suicident régulièrement dans notre pays.


Le temps presse monsieur pour vous comme pour nous.


Et le problème n'est certainement pas là ou vous le dites.


Invoquer un problème de pédagogie c'est comme dire que la couleur du papier peint de la cuisine est moche alors que la maison est en train de cramer.


C'est grotesque tout comme votre texte.


 


 


J'espere je souhaite que vous preniez conscience de tout celà.


Car je veux tout de même etre positif.


Car voyez vous j'aime mon pays.


Il est beau divers plein de ressources et de talents.


Il a une grande histoire il a donné au monde des choses incroyables.


Mais vous et vos congénères vous l'avez conduit à la ruine et à présent il s'apprète à sombrer sous peu.


Et après la lecture de votre texte le pessimisme semble de mise désormais puisqu'il semble bien loin pour vous le moment ou vous allez vous reveiller.


 


 


Cordialement


 


 


 

nico 30/10/2013 20:18


Nous savons que lobbying est le mot poli de corruption . nous savons recouper les informations dans le temps et savons constater les évidentes compromissions.


Néanmoins tout le monde n'est pas pourri non parce que c'est ce vous allez penser je suppose.


Mais ceux qui arrivent aux postes clefs la plupart du temps le sont.


 


 


Vous parlez enfin d'une recherche perpetuelle de consensus.


Quel beau concept en effet que tout le monde soit d'accord. 


Comme vos motions de synthèse dans votre parti. 


Rien que l'expression motion de synthèse ca prète à rire c'est juste inique. 


Ca me fait penser au film de Claude Lelouch l'aventure c'est l'aventure : la clarté dans la confusion.


Ca ne veut rien dire . ça ne mène à rien et pour le comprendre il n'y a qu'à regarder ou vous êtes rendu aujourd'hui fin 2013.


Vous êtes entre nulle part et n'importe ou.


Et plus largement ou en est la France après 40 ans de gabegies de compromis voire de compromissions tout cela pour ne jamais régler les vrais problemes avec courage.


Sauf qu'en 2013 maintenant ca se voit.


Parce que les gens sont aujourd hui plus éduqués qu'avant. parce que vous n'avez plus les commandes de la monnaie du budget et de la dette. 


Donc vous êtes le premier gouvernement qui agit à découvert (sans mauvais jeu de mot) sans échapatoire possible : félicitation!


Ca tombe mal pour vous quand même. 


Mais je serais nuancé car vous n'êtes que les héritiérs de plusieurs décennies de mauvaise gestion démagogiques de remise au lendemain permanente des problemes.


Néamoins vous avez oeuvré pour avoir le pouvoir . aujourd'hui vous l'avez alors il faut assumer quand même.


Vous ne pouvez pas vous en sortir avec une énième pirouette , cela ne fonctionne plus en 2013. 


 


Ce qui amène donc au constat qui n'est pas un manque de lisibilité de votre action comme vous le dites.


Nous francais faisons de le constat de votre vacuité totale . de votre manque de courage de votre incapacité à vous remettre en question . de vos compromissions du fait que vous avez laissez
tomber le pays dans la marmite europeenne. 


Au contraire monsieur c'est tres lisible pour nous aujourd hui.


Et il y a de l'espoir puisque les derniers sondages le montrent.


Les gens ont compris la supercherie desormais. 


En gros pour faire simple la politique à la papa . on endort tout le monde . ca marche plus.


Et ca c'est une bonne nouvelle : le francais n'est pas bête. 


Mais il n'y a que vous et vos semblables qui ne l'avez pas encore vu manifestement. 


 


La preuve en est la suite de votre texte ou vous êtes fier de votre action. 


Ou vous continuez d'affirmer que vos mesures n'ont touché que les plus favorisés alors qu'elle touchent tout le monde. 


Ou vous dites sans rire que les déficits sont en nette reduction.


Alors la stop.


La dette de façade de la France est de 1800 milliards d'euro en gros.


Vous avez claironné un plan de réduction de 2 miliards du déficit sur 5 ans je crois.


C'est comme si moi je vous devais donc 1800 euros et que je vous disais je vais vous rembourser 2 euros sur 5 ans tout en continuant à vous emprunter de l'argent.


Là excusez moi mais vous vous foutez de notre gueule.


Il faudrait au bas mot et celà vient de la bouche de plusieurs économistes une reduction au minimum de 60 milliards PAR AN pour commencer à voir baisser la dette du pays. 


Là vous tenez des propos plus que démagogiques .c'est du pur mensonge. 


Et le pire c'est que vous pensez ca va passer comme une lettre à la poste.


Monsieur réveillez vous!


Nous ne sommes plus dans les années 1960 . les gens comprennent ce que vous dites aujourd hui . vous etes démasqué aussitôt que vous parlez.


Vous continuez vos élucubrations avec la croissance qui repart. 


Elle repart grâce à la consommation d'energie.


Nous avons eu de la croissance dernièrement car nous avons du consommer de l'energie pour nous chauffer jusqu'au mois de Juin cette année.


Si on enlève l'energie . il n'y a pas de croissance monsieur.


Vous continuez encore votre mythologie avec les salaires et les pensions qui n'ont pas baissé . oui mais avec votre mur d'impots si.


Ca à même franchement baissé impots déduits. 


Là encore vous maniez la démagogie de main de maitre.


Enfin vous pensez que ça fonctionne mais ca ne prend pas c'est la ou ça devient tragique pour vous. 


 


Et donc en effet comment comprendre ces taux d'interets bas des OAT vu la situation du pays autrement que part la formation d'une bulle obligataire due aux injections de liquidit's permanente de
la FED de la BOJ de la BOE.


Merci donc à la fuite en avant à la cavalerie monétaire des autres pays sans cela nous serions deja mort depuis longtemps.


Cela dit nous sommes des morts et demi puisque l'euro qui ne connait pas cette même fuite en avant à cause de l'Allemagne est beaucoup trop cher pour nous et nous en subissons les consequences
tous les jours car les entreprises ferment ou délocalisent en grande partie à cause de cela.


Nous sombrons quoi lentement mais sûrement.


Et ce n'est pas des faux emplois aidés subventionnés qui vont tout régler vous le savez nous aussi français nous le savons et ne sommes pas dupes sur ces chiffres "arrangés" du chômage français.


 

nico 30/10/2013 20:16


Vous fustigiez précédemment les discours simplistes . mais votre président n'en était pas avare en 2012 et on a le résultat de sa simplicitude aujourd'hui fin 2013.


Vous noterez au passage que le temps s'accèlere aujourd'hui puisqu'il n'a fallu que 18 mois pour que la population se rende compte à quel point elle a été dupée.


Cela mettait plus de temps par le passé. 


Comme quoi les gens ne sont peut être pas si bêtes que vous semblez le penser. 


 


 


Vous évoquez votre manque de réalisme . le fait que vos collègues se cherchent encore 18 mois après leur accession au pouvoir. 


Là on est carrement dans le surnaturel. 


Alors monsieur . vous n'aviez donc pas de programme avant d'arriver au pouvoir?


De deux choses l'une donc :


 


Soit vous avez menti aux fançais lors de la promotion de votre programme aux élections de 2012.


Soit le programme que vous avez présenté était un programme fictif pour faire de la com pour être élu et là c'est grâve. 


Je pencherais personnellement pour la deuxieme solution puisque si vous aviez un vrai programme à appliquer au préalable de l'election de 2012 vous n'en seriez pas aujourd'hui à gérer les
déclarations contradictoires au ryhtme de une par jour et par la même de gerer le pays à la petite semaines au grés des évènements.


C'est pourtant bien là ou nous sommes actuellement.


Ce qui rappelle furieusement les pratiques de vos prédecesseurs. 


 


Vous usez d'un artifice rhétorique pour passer dans le flot de votre état des lieux du manque de réalisme que le serieux budgetaire est effectif dans les faits mais pas dans les mots. 


J'aurais aimé que ce soit une blague de votre part . parce que si ce n'était pas si grâve de consequences pour la vie de nous tous . ce serait comique à lire.


Des taxes nouvelles quasiment tous les jours . qui s'annulent le lendemain.


Vous égrainez le temps qui passe en allant de dérobades en reculades. 


Nous français de base .avons bien compris que vous êtes coincés. 


Vous êtes prisonnier de l'euro qui ne convient pas à notre pays car c'est avant tout un euromark donc une monnaie bien trop chère pour nous.


Et donc vous êtes condamné à devoir vous attaquer à l'épargne des français qui est tres fournie pour solder les comptes de 40 ans de budgets votés invariablement en déficit . droite / gauche
confondues.


Ceci parce que vous n'avez plus le contrôle de la monnaie qui vous avez déléguez à l'europe et donc vous ne pouvez plus dévaluer comme le font les américains les britanniques ou les japonais en
ce moment.


Nous le peuple et nos économies sommes donc dvenu la vairable d'ajustement de cette monnaie utopique qui est l'euro.


Cela dit je ne sais pas si vous le savez .vous qui êtes si intelligent .mais si vous ne vous attaquez pas aux réformes structurelles à faire . vous pouvez rembourser tout ce que vous voulez même
en taxant la population à 100 % . les déficits se reformeront quoi qu'il arrive. 


 


Et ils sont dus à :


 


- Notre Etat trop dépensier et mal organisé


 


- Une mondialisation totalement dérégulée qui autorise l'évasion fiscale ( ce que vous appelez poliement l'optimisation fiscale ) des grandes entreprises qui opèrent sur notre sol


 


- Une compétition économique mondiale totale et assymètrique du au fait que les frontières n'existent plus


 


Sur ce point d'ailleurs. je vais faire une apparté en vous précisant ce qu'est une frontière.


Une frontière ce n'est pas un mur.


Une frontière est une interface qui régule les échanges pour protéger l'interieur du pays.


Cela se retrouve partout dans la nature : une cellule qui n'a pas de membrane meurt . un être vivant qui n'a pas de peau meurt et donc un pays qui n'a plus de frontière meurt aussi.


Mais il n y a que les gens très intelligent comme vous qui peuvent penser qu'un pays sans frontière est toujours un pays. 


Peut être un concept insondable innonde votre bel Esprit que moi simple citoyen de base et contribuable je ne peux comprendre.


 


Je reviens donc sur le sujet principal votre texte.


Ces causes que j'ai évoquées précedement c'est bien votre oeuvre et celle de votre opposition.


Une oeuvre de dérégulation sauvage . de contruction européenne non maitrisée.


On vous doit donc tout celà.


Vous en êtes les responsables.


Mais vous vous dérobez quant il s'agit d'en porter la culpabilité péréferant arguer qu'on ne comprend rien nous le peuple.


On ne comprend rien mais en attendant on est criblés d'impôts . de taxes . des retraites et couverture sociale qui baisse sans cesse plus le temps passe.


Je pense que la personne qui n'a rien compris c'est surtout vous puisque vous restez sourd à tout celà. 


 


Je vais passer le point des lobbies pour ne pas verser dans le couplet de la corruption ..de toute manière il n y a qu'à se pencher même pas 5 minutes sur votre loi bancaire pour savoir de quoi
il retourne. 


Mais bon je vais etre gentil vous n'êtes pas les seuls. vous les gens de gauche. à pratiquer ce genre de choses. 


Sachez toutefois que nous le peuple nous le voyons et nous ne sommes pas dupes.


N

nico 30/10/2013 20:15


Monsieur .


 


Puisque vous permettez les commentaires concernant vos billets . je me permets de saisir cette possibllité de vous répondre étant citoyen français et contribuable.


Je trouve cela d'ailleurs très courageux de votre part d'ouvrir ainsi votre blog et je vous en remercie.


 


Je vais procéder de la manière la plus simple en commentant donc chronologiquement votre texte. 


 


Vous invoquez donc que le débat sur la fiscalité est devenu passionnel en France de part sa complexité et balayez d'un revers de main toute objection quant à la politique de votre gouvernement
renvoyant ces mêmes objections dans la catégorie café du commerce …


Je trouve cela un peu facile. 


En effet. vous et vos collègues de l'opposition allez dans le même sens. alternance apres alternance : toujours plus de dépenses . toujours plus d'impots et de taxes . et aucune remise en
question. 


Je vois l'objection qui va poindre invariablement car non je ne suis pas adepte du FN mais force est de constater que ce que je dis est vrai.


Je rajouterais en. outre. l'instabilité fiscale qui atteint son paroxysme avec l'avènement de Monsieur Hollande et de son gouvernement qui change d'avis tous les quart d heure concernant les
impôts et les taxes à appliquer ou à retirer …


 


Ainsi. on peut sans délirer . sans fantasmer nullement retracer l'oeuvre de 40 ans de partis incapables au pouvoir. 


Cette oeuvre elle est commune à vous tous élus de tout bords puisqu'en la matière on peut bien constater une continuité : 


 


- Instabilité fiscale grandissante


- Augmentation des impôts et taxes tant en nombre qu'en pourcentage


- Augmentation des dépenses de l'Etat


- Complexification de la fiscalité


- Aucune remise en question au plus haut niveau


- Faire porter la faute toujours sur "l'héritage" ou sur le voisin mais jamais sur soi-même


 


 


Vous déplorez ensuite d'être critiqué par votre opposition. par la presse et par la population. 


Mais vous mettez cela sur le compte de l'ignorance. 


Vous allez même jusqu'à dire que les gens ne sont pas docile face à l'impot.


 


Là franchement. ce n'est pas vous manquer de respect que de vous dire que vous manquez sérieusement d'introspection et d'humilité.


Alors d'apres vous. le citoyen de base est donc pas assez docile et trop bête pour vous comprendre.


C'est juste affligeant et incroyable de lire celà.


Et cela confirme bien ce que j'évoquais plus haut et qui est un trait caracterisé de tous vos collègues : l'absence de remise en question.


Qui êtes vous pour porter de telles affirmations?


Etes vous membre d'une espece biologiquement  supérieure?


 


Je peux vous donner peut être des pistes de reflexion.


 


Vous devez savoir qu'en 2009 le magazine Forbes a classé la France 1er mondial devant la Chine en pression fiscale.


Enfin j'espère que vous le savez vous qui êtes si intelligent.


Vos diificultés ne viendraient elles pas du fait que vous avez plus que dépassé les bornes en terme de pression fiscale?


Vous êtes vous déjà demandé de quel côté de la courbe de Laffer vous êtes en cette fin d annee 2013?


Etes vous assez intelligent pour vous remettre en question?


 


A vous lire j'ai de sérieux doutes. 


Je me demande à mon tour si l'intelligence est donc bien de votre côté plutot que du mien. simple citoyen. 


 


 


Et donc ainsi vous embrayez sur l'excuse préferée des gens de votre caste :


 


Vous n'avez pas été pédagogue.


L'excuse systématique qui revient toujours sur le tapis.


On n'a pas assez expliqué aux gens . nous sommes incompris (en un mot pour rester poli). le message ne passe pas.


Autant de fins de non recevoir pour se soustraire à la responsabilite de la situation que vos collegues de l'opposition aiment également manier quand la situation se tend.


 


Passons donc en revue ces points que vous nous avez mal expliqués à nous simples mortels.


 


Je vais vous rafraichir la mémoire puiqu'apparemment vous souffrez d'amnésie selective.


Votre candidat en 2012 a argué que la crise en cours était due à la politique du précédent président. qu'il suffirait tel un Robin des bois de prendre aux riches pour tout résoudre.


Il y a des jours ou je prefererais moi aussi etre amnesique . cela m aurait eviter de faire le parallele avec Francois Mitterrand qui renait les memes propos en 1980 …


Je me souviens donc bien que pour votre président . on était riche à partir de 4000 euros  par mois.


Je me souviens aussi que Monsieur Hollande nous avait concocté une feuille de route assez comique de redressement du pays.


 


Vous fustigiez précédemment les discours simplistes . mais votre président n'en &eacut