Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog de Christian Eckert

Hôpital du bassin : Repartir sur de bonnes bases !

13 Octobre 2012 , Rédigé par Christian Eckert

Devant les difficultés, il est grave de laisser se dégrader des situations déjà très mauvaises. Dangereuse aussi est l'attitude consistant à affirmer que rien ne doit changer. Pire encore est la méthode du pire annoçant tous les jours la catastrophe pour le lendemain.

 

Dans le dossier de l'Hôtel  Dieu, ces trois erreurs ont été déjà commises et doivent être évitées :

 

- l'Agence Régionale de Santé (ARS), depuis trop longtemps, a laissé filer les choses sans proposer ou imposer de solution durable. Les hommes ne sont pas en cause, et l'attitude de l'ARS a sans aucun doute été dictée par le précédent Gouvernement. L'approche des élections a conduit à une non-décision coupable. Des soutiens ponctuels ont tenu de justesse l'hôpital hors d'eau, le temps de transmettre le dossier à des successeurs dont beaucoup seraient sans doute heureux de les voir porter la responsabilité sinon d'un échec, tout au moins de décisions impopulaires.

 

- D'autres, au rang desquels certains élus plus ou moins responsables, ont recommandé de continuer les mêmes activités, dans les mêmes conditions, avec les mêmes personnels. Comme si subitement on pouvait espérer qu'avec les mêmes services, les mêmes malades et le même effectif, il serait possible de résorber des pertes financières d'à peine moins de 10 Millions d'Euros par an. Entretenir cette idée est une faute grave qui leurre aussi bien les patients que le personnel.

 

- Enfin, certaines acteurs du dossiers  ont pris l'habitude de  prédire un jour la disparition totale de l'hôpital, le lendemain d'annoncer son absorbtion par celui d'Arlon, et le surlendemain de considérer toute modification comme la preuve intangible d'un catastrophe aussi massive que programmée. A court terme, c'est ternir bien vite l'image de l'hôpital et renforcer la défiance déjà très forte de la population envers lui. Les patients vont ailleurs de crainte d'entamer ici un parcours de soins sans certitude de l'achever sur place.

 

Loin de moi pourtant l'idée de considérer que les soutiens parfois un peu systématiques, les alarmes déclenchées parfois un peu trop vite et fort, seraient responsables d'une situation pour le moins délicate.

 

Ceci étant posé, voici les dernières nouvelles :

 

Alpha Santé, comme prévu, s'est séparé de sa branche hayangeoise, dans les conditions financières et sociales prévues. C'était un préalable pour que la structure puisse survivre.

 

L'ARS a ensuite demandé à Alpha Santé d'établir un projet médical pour l'Hôtel Dieu. Trois principes ont guidé l'élaboration de ce projet :

- organiser une offre de soins complète sur le territoire, en réseau avec les structures environnantes.

- bâtir un projet prévoyant le retour à l'équilibre dans un délai raisonnable.

- adapter les moyens humains et matériels au projet médical retenu.

 

Après plusieurs réunions de travail entre l'ARS et Alpha Santé, un projet médical vient d'être élaboré. Il est en cours de présentation aux personnels et aux élus. Discipline par discipline, secteur par secteur, pathologie par pathologie, il définit précisément ce qui sera fait sur place et avec quels médecins, et lorsque cela n'est pas possible, à quel endroit et dans quelles conditions les patients pourront trouver réponse à leur situation :

Ainsi il est acté que le service de pédiatrie ne peut subsister faute de ressource médicale. Par contre, une structure supplémentaire de suivi en réadaptation cardio-vasculaire sera ouverte. La chirurgie subsiste en l'état, comme la maternité qui bénéficie de trois ans de d'observation pour faire la preuve de sa viabilité. Pour de nombreuses disciplines, des médecins venant d'Arlon principalement renforcent les équipes sur place. Pour les cas ne pouvant être traités sur place, les hôpitaux de référence varient suivant les disciplines, et se répartissent entre Arlon, Metz, Nancy et Thionville. Mais dans la grande majorité des cas, les patients resteront pris en charge à Mont Saint Martin. La seconde équipe de garde du SMUR sera arrêtée compte tenu du caractère très exceptionnel de sa mobilisation. Dans l'ensemble, les caractéristiques du projet médical (visible en cliquant ici) me paraissent répondre aux besoins. Il faut encore peaufiner les choses, vérifier le cadre dans lequel les échanges entre hôpitaux pourront se faire, tant au niveau des personnels que des patients (financements, remboursements, assurances, responsabilité...). L'ARS a approuvé ce plan pluri-anuuel dans un courrier (visible ici). Il faudra bien sûr obtenir les accompagnements financiers nécessaires. C'est bien engagé, mais il faut rester prudent, car au niveau national, il y a des dizaines de cas comme le nôtre, parfois moins lourds, mais aussi parfois encore bien pires.

 

Pour autant, le dimensionnement du projet et sa durabilité imposent des suppressions de postes. C'est toujours malheureusement des femmes et des hommes qui payent la mauvaise gestion des choses. Entre 150 et 200 postes pourraient disparaître. Personne en peut raisonnablement dire que c'est une surprise. C'est un drame individuel pour les personnels touchés et un nouveau drame collectif pour notre bassin. Ce plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) - curieuse appellation de nos jours d'un plan de licenciements - devra être exigeant. Les créations de nouveaux étabissement de type EHPAD pourront à terme contribuer à des reclassements. Mais cela reste un vrai choc, car ce PSE est le second dans un délai rapproché.

 

Voilà les informations en ma possession à ce jour. Elles sont mauvaises en terme d'emplois. Elles préservent au mieux l'offre de soins. Elles semblent pouvoir s'inscrire dans une perspective de durée. L'hôpital doit retrouver la confiance de sa patientèle. S'il ne le fait pas, il disparaitra. S'il le fait, il peut s'en sortir.

 

Comme tous les élus du bassin, je ferai toutes les démarches en mon pouvoir pour aboutir.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

alphonse 24/10/2012 12:48


Je n'ai rien contre l'hopital de MtStMartin, Gerard. Je ne le connais pas.


Je voulais simplement souligner deux choses:


- la complexité administrative où baignent les questions de santé (je viens de comprendre ce qu'est l'"ARS" en écoutant hier Martin Hisch que c'est lui qui a ouvert le concept
pour simplifier ces questions en rapprochant les décisons des populations..!!!..Tu parles..!)


- l'importance cruciale des infrastructures dans ce domaines, comme dans tous  les autres qui conditionnent le développement de nos régions devenues sous-développées. C'est
clair que pour arriver à la demi-heure pour traiter tous les français de notre coin en urgences...ça ne va pas être fortiche!!!


Y a-t'il eu une voix française pour empêcher la suppression de l'hôpital de Virton, par exemple?


On dit ici: les belges n'en veulent pas, n'en n'ont pas envie...de solutions transfrontalières. Il faudrait peut-être leur donner envie..?


Mais on préfère jouer les petites monarchies locales, de Montmedy à Longwy en passant pas Marvile, Virton, Longuyon et Aubange...alors que pour l'emploi, les gens ne peuvent pas chipoter!


Mais depuis la mort de la sidérurgie, ce n'est pas le pôle européen qui a réglé grand'chose, le pour le Far-West de Deux-Rivières...ni pour Longwy: j'en parlais encore samedi avec une de ses
anciennes personnalités. Toujours aucune prise autoroutière directe ni pour Longwy, ni pour l'entièreté du Pays-Haut jusqu'à Montmédy, avec l'E411 Luxembourg-Bruxelles, ni même avec le réseau
français..!!!


Il faudrait peut-être songer à cela, avant l'aérodrome personnel d'Ayrault, dans le cadre des grossse enveloppes qui seront dégagées par la BPI et par le pacte "croissance" de l'Europe...?


Quant à la Grande Région, tant qu'elle n'aura pas un statut européen transfrontalier autant que supra-national...ça restera un excellent but de tourisme d'élus, avec apéritifs dinatoires...


Accessoirement, rappeler à Montebourg que l'Europe ça existe. mas je crois qu'il est en train de se faire remonter les bretelles un peu partout..!

Ber. Tand. 16/10/2012 09:43


Bonjour Monsieur Eckert,


J'espère que vous défendrez vos convictions jusqu'au bout en ce qui concerne l'intégration des oeuvres d'art dans l'assiette de l' ISF.


J' ai soutenu François Hollande (que je connais bien)  pendant la campagne présidentielle et je ne comprends pas la position du gouvernement sur ce dossier. Au nom de la justice fiscale,
leitmotif de la campagne présidentielle, on ne peut pas maintenir cette niche fiscale alors qu'on demande par ailleurs aux forces vives de la nation un effort sans précédent.


Autour de moi les gens ne comprennent pas qu'on se déculotte devant un petit lobby, très influent certes, qui use d'arguments fallacieux pour préserver son précarré. Quant aux directeurs des
grands musées qui ont recemment publié une lettre ouverte, leur plaidoyer pour maintenir l'opacité autour du business de l'art me semble indécent.


Bien à vous


Bernard T

Gérard 16/10/2012 01:28


Vraiment consternant et affligeant la médiocrité des commentaires ,suite a vos explications claires ,nettes et précises (Documents à l'appui) sur la situation de
notre Hôpital de Mont Saint Martin .Révoltant de mépriser le Personnel Hospitalier , ainsi que les Médecins qui jusqu'à preuve du contraire exercent leur Profession dans le respect de la
déontologie.On ne décédé pas plus à Mont Saint Martin ,que dans les autres Hôpitaux de France et de Navarre,car c'est ce qu'insinuent les deux commentaires.Rien n'est pire que la rumeur véhiculée
par la "vox populi".Il serait grand temps que tous ceux qui doivent d'être en vie ,grâce entre autre au remarquable service des urgences,et aux soins prodigués dans les différents services ,dans
un élan de civisme et d'un minimum de gratitude s'unissent pour dénoncer les rumeurs et prendre la défense de notre Hôpital.Au passage rappelons tout de même que le rôle des
Syndicats est de défendre les salariés,ni plus ni moins.Et celui des Politiques de contribuer à solutionner le problème  sans "mise en vedette" sous les feux des projecteurs,pour de
basses visées électorales ! Intelligenti pauca

MANFREDI CHRISTIAN FELIX 15/10/2012 09:30


Bonjour,


Si tu veux vivre ne va pas à Mont st Martin ,par contre si tu va mourir alors rentre dans le plus grand mouroire de France demande le deuxieme étage gagné dans la semaine tu est MORT .cette
devise tout le bassin la connait. Alors solution: des medecins militaire et dehors les médecins à fric, en sorte un deuxieme LEgoust.

alphonse 14/10/2012 21:50


Mais...Mr le Député, c'est plus compliqué que la politique belge tout ça...!


Je ne comprends strictement rien, et pourtant, j'essaie sincèrement depuis quelques années. C'est quoi, toutes ces initiales: Ars, ephad, Alpha....??!


Déjà, c'est drôle....mais vous ne parlez aucunement de...Verdun, là-dedans!


Or, dans le coin de Longuyon...il n'y a pas photo..s'il faut plus que Mr le Docteur, on file à Verdun, à tout berzingue, à gands renforrts de taxis et de contraventions!


La Meuse, c'est déjà un autre pays..?!