Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog de Christian Eckert

Hé oui, les inégalités se creusent !

4 Novembre 2012 , Rédigé par Christian Eckert

La plupart des indicateurs d’inégalités sont à la hausse

Compte tenu de ces évolutions contrastées le long de l’échelle des niveaux de vie, la plupart des indicateurs montrent une progression des inégalités. Ainsi, l’indice de Gini augmente de 0,290 à 0,299. Le rapport entre la masse des niveaux de vie détenue par les 20 % de personnes les plus aisées et celle détenue par les 20 % les plus modestes s’élève de 4,3 à 4,5 (tableau 1).

En tendance sur moyenne période, la progression des inégalités « par le haut » est nette : entre 1996 et 2010, le niveau de vie moyen des 10 % de personnes les plus aisées a augmenté d’environ 2,1 % par an en moyenne, contre 1,4 % pour le niveau de vie moyen de l’ensemble de la population.

En 2010, les évolutions de salaires expliquent en partie la hausse des inégalités. En effet, en bas de l’échelle des niveaux de vie (au-dessous du 1er décile), le poids des salaires dans le revenu disponible diminue de 3 points, s’établissant à 27 % : d’une part, la proportion de personnes ayant un emploi recule, passant de 23 % à 21 % ; d’autre part, la revalorisation du Smic horaire brut a été limitée en 2010 du fait de la faible inflation en 2009 (en moyenne annuelle, le Smic baisse de 0,5 % en euros constants).

En haut de l’échelle des niveaux de vie (au-dessus du 9e décile), les salaires sont plus dynamiques. En 2010, le salaire moyen des cadres augmente en euros constants, en particulier dans le secteur financier, tandis qu’il diminue pour les ouvriers.

Quant aux revenus du patrimoine, pour la majorité de la population, ils contribuent peu à l’évolution du niveau de vie. Leur poids demeure faible et la majeure partie provient de placements dont les taux diminuent (livrets d’épargne, supports en euros des contrats d’assurance-vie). En revanche, les 10 % de personnes les plus aisées détiennent aussi des placements plus risqués, dont les rendements sont plus élevés en 2010. Les revenus du patrimoine, qui ont un poids important dans leurs ressources (26 % du revenu disponible, contre 7 % en moyenne pour le reste de la population), contribuent positivement à la progression de leur niveau de vie.

 

source INSEE

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

alphonse 08/11/2012 00:24


J'en ai (déjà) marre: je copie et je colle ...une brave jactance d'un ami sur un blog ami:


"""










Les "pleureuses du patronat"associées crient au loup dés qu'apparait un gouvernement censé être progressiste mais qui finance l'ultra droite américaine:
www.bastamag.net/article2758.html
Aprés que ces mêmes entreprises du cac aient distribués des dividendes a leurs actionnaires,s'être attribués de confortables augmentations de leur rémunération,s'être goinfrés
pendant 5 années avec le bouclier fiscal,avoir choisi le moins disant fiscal (multinationales),n'hésitent pas a délocaliser vers des pays moins disant socialement,viennent
aujourd'hui,nous faire la lecon,
Ce serait notre faute a nous salariés,(ex en ce qui me concerne)trop payés,ne travaillant pas assez,si le pays va mal??
Est t'il necessaire de rappeler,que les entreprises a travers leurs services juridiques,disposent de tout l'arsenal "légal" pour échapper a l'impot alors que le salarié est imposé
au centime prés (double déclaration)...
Alors,j'ose espérer que le gouvernement,n'entendra pas QUE les sirènes patronales,même et y compris celles aux accents colombophiles!!
Un peu de courage politique camarades!!""""



Amen...puisque les évêques, même, lancent leurs derniers cris dans la bataillle!!!










 


....en espérant quand même que les colombophles de...Longuyon..n'auront pas autant de chance que les PIGEONS....!!!!







Gérard 07/11/2012 00:04


C'est nouveau ,ça vient de sortir vous voilà accusé de germanophobie Mr le Député , et par ricochet  les  Lorrains avec ! Aussi pitoyable ,que le "désolant"
travail de sape et de démolition des indécrottables donneurs de leçons , responsables de la situation dans laquelle se trouve le Pays.Bien qu'Elus de l'opposition ,ils ne
sont néanmoins pas payés par la République,pour "bouffonner" ! S'opposer oui ,s'amuser et dicréditer les séances d'information à destination des Citoyens , "à faire le gignol" est
absolument lamentable pour des Élus de la Nation ,qui  normalement sont là pour travailler au devenir de la Nation , et non pour faire " pareil bordel " qui décourage
vraiment avec la meilleure volonté  de continuer à supporter ces mièvreries et jette le discrédit sur le Parlement ,et invite tout simplement
à  éteindre la TV. Les Citoyens Français en ont ras le bol (pour rester correct) de tout ce petit microcosme "parisien" agité
et surtout de payer pour toutes ses  "conneries". Essayez au moins d'entendre à défaut de vouloir les comprendre ! Un minimun de raison
,de dignité,de travail et de tenue correcte s'imposent , sinon comment expliquer à nos enfants et petits enfants la nécessité du Travail, et du Respect
des valeurs de la République,indispensables au vivre ensemble  pour construire l'avenir de la Nation.  Entrepreneurs et Salariés travaillent comme les Retraités
l'ont fait avant eux ,pendant que les privés d'emploi sont impatients d'en obtenir un au plus vite. Le Gouvernement sera quoiqu'il arrive
, responsable de ses décisions, merci  donc aux cyniques représentants de ce petit "ultra-petita " au sein de l'hémicycle
de retrouver le chemin de la modération , du devoir et de la sérénité ,afin de laisser le Gouvernement faire le sien! C'est urgent !!!  Ab
imo pectore


 


 


 

Rostaing 06/11/2012 11:35


La stigmatisation de l'allemagne a travers vos déclaration et votre projet de reduction des indemnités Kilometriques défavorisant très clairement les voitures allemandes pourtant beaucoup plus
sures et confortables est de plus en plus évidente .


La région que vous représentez explique peut-etre votre germanophobie mais c'est triste pour un élue de la répubique française .