Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog de Christian Eckert

Compétitivité ! A quel prix ?

4 Novembre 2012 , Rédigé par Christian Eckert

Le débat de la semaine à venir sera centré sur le rapport Gallois, la compétitivité, les décisions du Gouvernement...

 

A la veille de ce tourbillon médiatique, où tous auront à la bouche le modèle allemand, la compétitivité-coût, la performance industrielle, la place de la France dans le monde... il peut être opportun de revenir à quelques idées simples :

  

           - La France reste la cinquième puissance économique du monde. Elle garde quelques atouts forts : quelques industries performantes (l'aéronautique, le luxe...), des universités et des chercheurs de pointe, une épargne abondante...

       - La droite a géré ce pays depuis 10 ans sans interruption. Durant cette période, les industries de base ont perdu des parts de marché énormes, le commerce extérieur a atteint un déficit record.

 

       - L'Allemagne fait figure de bon élève de l'Europe, après avoir réduit ses salaires, créé plus de travailleurs pauvres, imposé à ses partenaires européens des cures d'austérité pour payer sa croissance.

 

A ces discours qui ne font que vanter la performance économique des pays, il faut opposer un discours de vérité simple et réaliste : Autant que le classement de notre pays dans le palmarès économique mondial, il importe de rechercher la meilleure condition de ses habitants. A quoi sert une industrie performante si ce n'est à fournir travail, salaire et progrès social à ceux qui en sont les acteurs ? On m'opposera que le meilleur moyen de partager de la richesse est d'en produire davantage. Sauf que celle existant aujourd'hui n'a jamais été aussi mal partagée : entre salariés et actionnaires comme entre salariés eux-mêmes, jamais la répartition de la valeur ajoutée produite n'a été aussi inégalitaire !

 

Bien sûr que l'objectif reste de faire de notre pays une puissance industrielle. Mais s'il faut pour cela réduire les salaires, augmenter les prix, renoncer à la protection sociale, pendant que les richesse produites se concentrent entre les mains de quelques privilégiés, il vaut mieux y réfléchir à deux fois.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

seb 07/11/2012 19:26


@Lou Lamparo : il ne s'agit pas d'un réquisitoire, seulement d'un rappel aux élus, qui ont une tendance pénible à oublier leur profession de foi personnelle ou commune. Je suis peut être
idéaliste, mais je pense que lorsqu'une personne s'engage en politique, c'est pour y mener une politique claire et déterminée, sanctionnée par le suffrage universelle...Non pour en entreprendre
une autre, soit par lâcheté, amnésie ou cynisme.


Quant à l'argumentaire, comme vous dites, je n'ai nul besoin d'un parti pour me donner matière à penser. Et si je m'insurge contre les mesures prises, c'est tout simplement parce que
l'actuelle majorité et l'exécutiff en place, étaient jusqu'alors de fervents défenseurs d'un abandon des chimères de leurs prédécesseurs ! A commencer par la TVA "anti sociale" terme qui n'est
pas de moi, mais d'un certain Hollande.

Lou Lamparo 07/11/2012 01:04


Curieux commentaire ! Il est bon de vous lire Mr le Député ! Comme c'est mignon tout plein ! Suit un réquisitoire  impitoyable du Gouvernement et une admonestation de
la majorité Parlementaire! Vous avez dit bizarre! Comme c'est bizzarre! Dommage d'où vient l'argumentation ? de la rhétorique Communo-Front de Gauche ? de
"l'argumentaire U.M.Pétiste" ? Bizzare,bizarre ...Lumière S.V.P ...

seb 06/11/2012 21:09


Il est bon de vous lire, Monsieur le député.


Ce qui m’exaspère le plus, en ce moment, c’est que la « majorité » parlementaire ne s’insurge pas plus devant les renoncements pour ne pas dire les trahisons à son projet présidentiel, qui
constitue le mandat représentatif pour lequel les Français l’ont envoyé à l’Elysée et ont donné à son PM une « majorité » pour gouverner.


Je sais bien que les « promesses n’engagent que ceux qui y croient » depuis le départ du Général De Gaulle, et que la « gauche » a déjà manifesté son ralliement à cette vision des choses, depuis
l’avènement de la Vème République…Néanmoins, je ne m’attendais pas à ce que la « gauche » soit aussi sensible aux arguments du MEDEF que le fut la « droite », avec les excellents résultats qu’on
sait !


*Première mesure « phare » ? Une TVA sociale sans le nom – quand on transfert les charges entrepreneuriales sur les consommateurs c’est ce à quoi on procède – celle là même dénoncée par
l’actuelle « majorité » il n’y a pas six mois, contestée par le Chef de l’Etat en tout lieu et à toute heure et condamnée par M. AYRAULT en public comme en privé. Ferait-elle, par l’opération du
Saint Esprit, l’unanimité désormais ?


*Dispositif, au reste, pas le moins du monde contrôlable. On va donc donner – car aucune contrepartie n’est évidemment prévue ! – 20 milliards aux entreprises sans chercher, le moins du monde, à
savoir l’usage qui en sera fait ! Les ménages supportaient déjà, en impôts directs, 15 milliards, voilà qu’on leur en rajoute 20 ! Le tout sans aucun bénéfice pour le pays…Cherchez l’erreur !


*En dehors de cette mesure – qui va venir frapper la consommation intérieure : moteur de la croissance française (l’Allemagne n’est pas la France : qui va offrir à M. HOLLANDE la théorie des
avantages comparatifs et absolus, pour qu’il se mette ce fait en tête ?) ! – on retrouve les vieux trucs impossibles à mettre en place, car requérant une validation européenne ou une vision qu’à
l’évidence, le Président et son PM ne possèdent pas.


*La seule chose rassurante – et que vous reprenez dans votre commentaire – c’est que la France, en dépit d’une gestion calamiteuse de sa personne et de ses intérêts, fait bien plus que surnager.


Les Français (et j’en suis) aiment la France. Pour elle, nous ferons tous les efforts demandés. Mais il faut arrêter de se moquer du monde ! Serait ce à ce point difficile de respecter les
engagements qu’on a pris ? Et M. HOLLANDE (et compagnie) est il obligé de faire tout son possible pour anéantir le pays ? (Parce qu’au quotidien, c’est clairement ce qu’on me dit !)


 

Gérard 06/11/2012 02:03


Allons Mr Gérard de Baslieux , un peu d'optimisme ! Quelque soit votre jugement,que je respecte ! Vous n'allez quand même pas tenter de débaucher  un authentique
Homme de Gauche et solide Socialiste au service de ses Concitoyens et du Pays ne réchignant jamais à la tâche et exprimant ses convictions
sereinement.Alors que certains  sont tantôt Front de gauche ,tantôt Communiste ,au gré des flots  et du vent! C'est vrai qu'il pleut beaucoup ces temps ci ! Mais même par temps de "gros
grain"on peut encore se mouiller ,qu'importe un peu plus ,un peu moins !Et même à défaut d'avoir le courage de voter le budget ,il est
encore possible de choisir un refus de vote ou l'absention en explicitant son désaccord au lieu de mêler lamentablement ses voix à la droite pour voter contre!Droite qu'ils disent
combattre ,et qui nous a conduit dans l'ornière où le Pays se trouve ! C'est la différence entre une stratégie politicienne calculée teintée d'opportunisme et la
vraie responsabilité politique ! Lorsque l'on est allié,on soutient ! Vraiment désolant de ne pas essayer de construire même en exprimant ses
désaccords ,ce qui est parfaitement légitime,au lieu de faire croire  au rêve du " grand soir " plus que dépassé et hypothétique !!!

Gérard de Baslieux 05/11/2012 17:38


Bonjour,


J'aime beaucoup votre vision des choses et certaines fois je me demande ce que vous faites encore au PS. Je vous sens par moments beaucoup plus proche d'un Jean-Luc Mélenchon. Votre proposition
d'amendement sur les oeuvres d'art allait également dans ce sens. Continuez à lutter pour ces valeurs, même si j'ai peu d'espoir de voir votre parti infléchir sa politique. Ces gens là n'ont à
priori rien retenu de leurs échecs. La défaite aux prochains scrutins me semble déjà inéluctable. Amicalement.