Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ADRESSE UTILE

Permanence  Parlementaire :

8 rue Alfred Mézières
54 400    LONGWY

Tél :  03 82 26 65 15

Recherche

Texte Libre

9 février 2010 2 09 /02 /février /2010 18:03
Ce mardi, un colloque transfrontalier était organisé au Ministère des affaires étrangères.

Que je vous raconte !

Dès 9 heures, sous les ors d'un de plus bel hôtel particulier de Paris, quelques 200 personnes (selon moi) se pressent pour assister à cette grand messe.
L'idée est bonne : le Ministre qui nous accueille semble pétri de bonnes intentions. Pierre Lelouch parle beau, salue tout le monde, ministres,collègues, préfets, ça prend du temps car il y a du beau monde, et comme l'autocirage de pompe est devenu la règle, mon ami par ci, mon excellent collègue par là, le discours est très général.
Une jolie formule tout de même à signaler : "transformer la frontière coupure en frontière couture " ! L'auteur du discours mérite une prime !

Accoyer intervient, venu en voisin et en savoyard. Rien de bien neuf.

Puis des tables rondes, à l'allure de défilés de mannequins s'auto-félicitant de voir enfin un colloque sur le sujet. 10 millions de français vivent près des frontières et 300 000 travaillent chez nos voisins.

Rien de concrêt, beaucoup de portes ouvertes enfoncées.

A la deuxième table ronde, je suis retourné à l'Assemblée voisine. Pas d'expression possible, des généralités convenues. Bref, une déception.

Une éclaircie quand même, le Préfet de Région Rhone-Alpes qui a jeté le pavé des zones franches. Je l'ai fait à de nombreuses occasions, et n'ai pas eu de retour positif.

L'essentiel est que les idées avancent, peu importe d'où elles viennent si elles sont bonnes.

J'ai zappé la fin et le déjeuner buffet qui suivait. J'ai préféré déjeuner assis autour de Laurent Fabius et de ses amis.

On a parlé Régionales, Après Régionales, Présidentielles etc...

Le moral est bon, mais ne vendons pas la peau de l'ours trop vite !

Partager cet article

Repost 0
Published by Christian Eckert
commenter cet article

commentaires