Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ADRESSE UTILE

Permanence  Parlementaire :

8 rue Alfred Mézières
54 400    LONGWY

Tél :  03 82 26 65 15

Recherche

Texte Libre

17 mars 2012 6 17 /03 /mars /2012 10:22

Hier soir, l’Assemblée Générales d’Alpha Santé a donné à SOS Hôpital les commandes de l’ensemble de ses établissements de santé, à savoir l’hôpital d’Hayange, celui de Mont Saint Martin et toutes les structures d’accueil de personnes âgées, existantes ou en projet. Qu’est ce qui est réglé, qu’est ce qui ne l’est pas, pouvait-on faire autre chose, comment en est-on arrivé là…

Pourquoi il fallait décider : Pour des raisons légales, compte-tenu de la situation financière d’Alpha-Santé, faute d’une décision majeure hier soir de l’Assemblée Générale, le commissaire aux comptes aurait sur le champ engagé auprès du tribunal une procédure de liquidation judiciaire. Le tribunal aurait alors liquidé les biens, c'est-à-dire vendu par morceaux le patrimoine, souvent pour rien compte tenu des dettes et des déficits chroniques de certains établissements. Les personnels auraient alors été licenciés, certains bien sûr auraient retrouvé auprès des acheteurs un nouvel emploi. Mais sans aucune garantie. Des communes ayant cautionné les emprunts d’Alpha Santé (pour permettre la construction d’établissements) auraient du payer les banques (au total 29.2 Millions d’Euros). Faute de repreneurs, les établissements les moins « rentables » risquaient tout simplement de disparaître, et au premier rang d’entre eux figure l’hôpital de Mont Saint Martin… Ce scénario du pire a été évité.

Cette situation a des causes nationales : Les hôpitaux sont financés par un système dit de tarification à l’acte (T2A) décidé par ce Gouvernement. En clair et pour faire simple : Avant, l’Agence Régionale de Santé (ARS) finançait des lits de façon forfaitaire : Un lit en service de cardiologie était payé selon un barème, que le lit soit occupé ou non, que le malade nécessite des soins coûteux ou pas. Le nombre de places autorisées et donc financées était ajusté régulièrement selon les besoins constatés. Maintenant, l’ARS finance les actes médicaux prodigués aux malades : Les radios, les prises de sang, les opérations, les analyses, les médicaments, etc., sont payés à l’hôpital malade par malade, et acte par acte… Un malade qui ne  nécessite qu’une petite surveillance n’est donc pas rentable. Un malade subissant une petite intervention et ne restant pas hospitalisé est plus rentable… Ainsi les cliniques privées se spécialisent dans les secteurs rentable (canal carpien, cataracte, prothèses…), laissant aux hôpitaux publics les cas peu rentables (soins de suite…). Ce système engendre des déficits dans bien des petits hôpitaux de Province, d’autant plus que les barèmes sont « serrés ».

Cette situation a des causes locales : Le groupe Alpha Santé, sans revenir sur toute sa genèse, avait été créé pour répondre à une contradiction que l’on peut résumer ainsi : A Longwy, il y a des besoins importants, les longoviciens (sans autre choix) viennent à leur hôpital, mais on y manque de personnels et notamment de médecins. En gros, face à une offre proche et concurrente, à Hayange c’est le contraire ! L’idée était de jumeler les deux pour optimiser le système. Cela n’a pas fonctionné. Les personnels sont peu mobiles, les malades non plus. Le caractère très libéral de la médecine ne permet pas de forcer les choses, et le manque de médecins causé par ce crétin numérus clausus qui limite les formations fait courir les établissements après des vacataires fort coûteux ou des médecins étrangers, qui, comme ils ont l’embarras du choix, choisissent d’exercer sur la côte d’azur plutôt que dans ce que beaucoup considère comme l’exil longovicien. Certains mercenaires daignent s’y aventurer mais dans des conditions financières qui accroissent les déficits !

On pouvait faire autrement : Depuis des mois, l’ARS, le Ministère, des élus, les Préfets, l’administrateur provisoire, les syndicats… travaillent sur ce dossier. Pas tous ensemble malheureusement, j’y reviendrai dans un autre article plus tard. On avait imaginé que le Centre Hospitalier de Metz-Thionville (CHR) puisse reprendre l’activité hospitalière d’Hayange, et la coordonner avec celle de Thionville. Certes la chirurgie disparait à Hayange, mais les urgences et d’autres activités médicales peuvent subsister en complémentarité de Thionville. POUR L’INSTANT, ceci n’est pas acté. Concernant Mont Saint Martin, c’est bien flou et souvent contradictoire : SOS n’est pas un spécialiste des maisons de personnes âgées, et n’est entré dans le secteur hospitalier que récemment. Avant de reprendre la partie « hôpital », et de s’engager clairement dans l’organisation de l’offre de soins complète, il souhaitait obtenir de l’Etat un engagement à couvrir tout ou partie des déficits qui ne vont pas disparaître du jour au lendemain dans les deux hôpitaux. L’Etat, pourtant garant de l’organisation de la santé dans notre pays, n’a pris aucun engagement financier à ce jour. Légitimement, à situation comparable (excepté le bloc chirurgical d’Hayange dont la fermeture coupe une part des déficits), on peut craindre que l’on se retrouve dans un certain temps devant le même mur qu’aujourd’hui !

L’offre de soins future reste vague : Excepté les déclarations générales faites, rassurantes mais jamais argumentées, nul ne sait si les services de soins subsisteront. La décision d’hier a sauvé le très cout terme. Rien d’autre. Si j’ai bel et bien entendu en Préfecture, l’ARS évoquer la fermeture de la maternité, c’est parce que l’ARS sait que si rien ne change, les mêmes causes produiront les mêmes effets. Elle peut toujours démentir ses propos, elles sait qu’avec les mêmes services, les mêmes personnels, les mêmes malades, la même tarification à l’acte, sans un apport financier que le Ministère a refusé jusqu’à ce jour, on ne règlera pas durablement les problèmes. SOS aussi le sait, et a menacé de retirer sa proposition de reprise jusqu’au bout pour obtenir des garanties de l’Etat. Comme rien n’est acquis, le mot d’ordre doit rester : « défendre l’intégralité de l’offre de soins ».

Les personnels doivent être défendus : Personne n’a parlé de licenciements. Personne ne l’a exclu non plus. Les organisations syndicales jouent leur rôle. Elles sont satisfaites, comme moi, que le pire ait été évité hier soir. Elles y ont contribué et la mobilisation générale aussi. Pour autant, il va falloir se battre pour éviter ce qui se produit malheureusement le plus souvent dans ce type de situation : le personnel reste la variable d’ajustement. Avec les conséquences humaines que nous connaissons trop bien à Longwy et dans tous le bassin. Avec aussi le scénario trop connu qui consiste à supprimer du personnel, ce qui rend les services moins performants, ce qui rend l’hôpital moins attractif (si l’on peut dire pour un hôpital), ce qui justifie moins de personnel… A chaque fois que j’ai posé la question du Plan social, il m’a été répondu qu’il y en aurait un, sans jamais m’en préciser l’ampleur. Le volume du personnel dépendra lui aussi du calibrage de l’offre de soins.

 

 

La décision d’hier soir était la moins pire. Avec d’autres, nous aurions souhaité qu’avant de donner les clés à SOS, les questions qui restent sans réponses évoquées plus haut soient clarifiées. Une concertation entre l’ARS, SOS, le Ministère, les syndicats et le CHR, de façon collective et constructive, aurait du être conduite. Cela n’a jamais été fait, sauf par des échanges bilatéraux qui ont d’ailleurs conduit à bien des incompréhensions. Cela se fera je l’espère dans les prochains jours, mais pas dans les mêmes conditions. Il faut donc continuer à sensibiliser tout le monde et obtenir plus de garanties. Pas de procès d’intention au repreneur, qui a déjà le très grand mérite d’avoir franchi le pas sans garantie précise de l’Etat. Sans lui, c’est face au tribunal que seraient les salariés et la population. Mais la confiance n’exclut pas le contrôle !

Partager cet article

Repost 0
Published by Christian Eckert
commenter cet article

commentaires

Dautréaux Claude 21/03/2012 16:56


Bonjour Christian


Encore une fois on se rend compte que la mobilisation paie , bien qu'il faut réster vigilant quand au resultat obtenu .


 Ce qu'il faut surveiller dans ces cas là et faire particulièrement attention , ce sont les licenciements "invisibles " c'est à dire , 5 ou 6 dans un secteur puis dans un autre un peu après
. Cela ne se voit pas vu le peu de nombre à chaque fois , c'est discret , fait en douce , invisible mais efficace et réel .Cordialement

Laurence 19/03/2012 19:49


Mr le Maire, je voulais abandonner mes com sur votre blog suite à un "décodeur" (vous me comprendrez!) mais je ne peux pas car pas mal de gens de Mont-Saint-Martin me demandent des nouvelles
écrites par vos soins et ce que vous pensez de l'avenir de notre hôpital. Donc si cela ne vous gêne pas je me fais "le relais" oral de votre blog car de nombreuses personnes ne s'y aventurent pas
du fait des problèmes que cela pourrait causer (vous me comprenez toujours!). Je crois que malheureusement vos craintes sont fondées et je continuerez donc à venir voir vos publications et donner
des nouvelles à ces personnes très inquiètes pour l'avenir. Soutenez nous, nous en avons et en aurons énormément besoin. Bonne soirée

Christian 19/03/2012 09:58


Entre deux maux il faut choisir le moindre... Merci pour ce que vous avez tenté de faire, nous préserver un environnement hospitalier de qualité...  Merci !

Christian Eckert 19/03/2012 11:40

Merci, et je continuerai à le faire...

Fagioli Laurence 17/03/2012 21:29


Je crois que je vais arrêter là nos discussions qui étaient bien agréables en cette période de troubles mais vous comprendrez que certains commentaires notamment ceux qui me font passer pour une
imbécile (Bonjour Mr Le Decodeur!!) m'insupportent au plus au point et je trouve dommage qu'il faille se justifier auprès de ceux-ci et franchement  je n'ai pas envie de me mettre plus en
colère pour des gens qui n'en valent pas la peine, moi je me bats pour mon hôpital qui m'a sauvé de plusieurs problèmes de santé . J'espère vous revoir dans notre commune où nous pourrions parler
de Mont-Saint-Martin en toute quiètude. Bonne soirée

Christian Eckert 17/03/2012 23:44



Il ne faut pas se laisser distraire par des commentaires vasouillards.


Parfois plus de 700 personnes par joue viennent sur ce blog. Un ou deux peuvent déraper...


Amicalement,



Fagioli Laurence 17/03/2012 11:00


Vous avez tout résumé dans votre article et soulevé les points sensibles qui sont loin d'être résolus malheureusment. Nous avons évité la liquidation mais rien sur le plan social qui risque de
faire pas mal de dégâts...... Merci