Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ADRESSE UTILE

Permanence  Parlementaire :

8 rue Alfred Mézières
54 400    LONGWY

Tél :  03 82 26 65 15

Recherche

Texte Libre

26 août 2010 4 26 /08 /août /2010 22:49

Sur une grande radio, Alain Minc parlait du pape en ces termes : 

 

«Ce pape allemand? Parler comme il a parlé, en français ? On peut discuter ce que l'on veut sur l'affaire des Roms, mais pas un pape allemand. Jean-Paul II peut-être, pas lui»

 

Je n'ai aucune affection particulière pour les Papes. Probablement beaucoup de défiance même, compte-tenu des positions rétrogrades de ceux-ci, sur le SIDA, la contraception, pour ne citer que ces exemples...

 

Je n'ai aucune affection particulière pour les allemands. Probablement même une certaine retenue, car je les trouve tristounets, austères, presque trop sérieux... Excepté Wagner, j'ai peu d'atomes crochus avec la culture allemande, sans parler de leur cuisine...

 

Pour autant, as-t-on le droit de décrier la parole du Pape parcequ'il est allemand et que l'hollocauste interdirait à jamais à un allemand de se montrer humaniste et intelligent ?

 

Les propos d'Alain Minc sont inacceptables. Le Président Sarkozy serait-il disqualifié par ses origines hongroises ? Les Alsaciens et les Mosellans seraient-ils interdits de progressisme parce qu'ils ont subi l'annexion et que beaucoup d'entre-eux ont servi de force dans l'armée allemande ?

 

Alain Minc fait pire que du délit de faciès, ce qui serait déjà intolérable. Il fait du délit d'origine. Cela s'appelle du racisme.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Christian Eckert
commenter cet article

commentaires

Pascal 29/08/2010 14:43



Oui on parle des Allemands avec une chute ironique. Moi j'aime bien les Allemands et leur culture mais pas leur langue peu musicale. J'espère que perdurera sur ce blog le ton spontané et que ces
quelques rappels sur un écart déplaisant pour certains n'entraineront pas la langue de bois au moment de naivement pouvoir manifester un peu d'humour. Il ne faut pas dire de bêtise mais s'il faut
calculer le poids de chaque mot et de ses répercussions on va se retrouver à lire des bilans analytiques polytechniciens empreints de leur ineffable légèreté. Peut-on se permettre
d'ironiser sur les plytechniciens ?



louisa Benzaid 28/08/2010 22:56



Monsieur Eckert,


 La longueur de votre propos me laisse à penser que vous avez conscience du risque de mal entendu qui pouvait émaner à la lecteur de votre billet d'humeur sur Alain Minc. Votre souci de
clarifier les choses vous honore


. Je vous remercie donc pour votre réponse et je souhaite à la Gauche  toute la réussite qui s'impose aux prochaines échéances électorales, c'est encore, il me semble la meilleure réponse à
donner à ces abboyeurs.


Bien sincèrement


Louisa



BENZAID Louisa 27/08/2010 12:11



Monsieur ECKERT,


Bien sur vous avez entièrement raison concernant les propos inacceptables de MINC (c'est hélas le résultat de la droite décomplexée, on peut tout entendre et  tout lire, sans que leurs
auteurs ne rougissent).


Pourtant est-ce  judicieux de vous étendre sur un paragraphe "je n'aime pas les allemands, ce sont des gens froids, ils mangent mal etc..." Je suis attristée car je n'attend rien de
Minc, par contre j'attend beaucoup de la Gauche...


Je n'ai pas d'avis sur les peuples, j' ai un avis sur le pays : ses avancés sociales, son systême d'éducation, son  contexte économique... l'image que l'on
a des peuples dans le monde est toujours politique et donc réducteur. Les individus ne doivent être jugés (= condamnés, discriminés...) sur ce genre d'image collective.


Sincèrement


Louisa



Christian Eckert 27/08/2010 15:18


Madame, Sans doute me suis-je mal exprimé, mais je n'ai pas écrit que je n'aime pas les allemands, ni qu'ils mangent mal... Né à Algrange, y ai vécu 20 ans, dans un milieu très germanophile. Cette
langue a bercé mon enfance, je la parle plutôt correctement, grâce entre-autre à mon choix d'en faire ma première langue en classe. Mon père, aujourd'hui disparu, a été enrôlé de force à 16 ans
dans l'armée allemande. Il a toujours milité chez les "malgré-nous". Il a très peu parlé de cette période de sa vie, sans doute par une gêne mêle de culpabilité, mais il a été fondamentalement
gaulliste et sûrement pas Mitterrandiste. J'ai, comme je l'ai écrit, un goût prononcé pour la musique de Wagner, que je connais bien. Je n'ai aucune autre affinité avec la culture allemande, que je
connais finalement peu, mais n'ai rien, mais absolument rien, contre ces gens, dont certes quelques ancètres ont commis les pires actes de barbarie du dernier siècle, mais dont les enfants ne
peuvent en rien être tenus responsables ! Leur rigueur austère est une caractéristique connue, elle peu aussi entraîner un manque de fantaisie et de sensibilité que vous me permettrez de souligner.
Député d'une Région frontalière, je me préoccupe quotidiennement de ces questions, certes plus avec le Luxembourg et la Belgique pour des raisons géographiques évidentes. Mes propos ne se voulaient
pas méprisants, et l'ironie que j'ai utilisée sur la cuisine ne surprendra pas les gens qui connaissent l'épicurien que je suis. Vous conviendrez avec moi que l'Allemagne est plus connue pour la
qualité de ses machine-outils que pour la subtilité de sa cuisine traditionnelle. Est-ce un défaut ?.... cordialement !


germanophilefièredelêtre 27/08/2010 10:02



Monsieur le Député, vos propos sur les Allemands sont tout aussi inacceptables que ceux d'Alain Minc.


Comment un député d'un département situé au Coeur de la Grande Région peut tenir de tels propos sur les Allemands ? La Lorraine est malade des hommes politiques qui comme vous n'ont aucun égard
pour le fait transfrontalier !


Permettez moi de vous dire, qu'avec votre ami Jean-Pierre Masseret, vous faites une belle paire !



Christian ECKERT 27/08/2010 15:13


Monsieur, Sans doute me suis-je mal exprimé ou peut-être vos à-priori transpirant dans vos propos (je pense à vos allusions à Jean Pierre Masseret) vous ont quelque peu faussé la lecture... Je suis
né à Algrange, y ai vécu 20 ans, dans un milieu très germanophile. Cette langue a bercé mon enfance, je la parle plutôt correctement, grâce entre-autre à mon choix d'en faire ma première langue en
classe. Mon père, aujourd'hui disparu, a été enrôlé de force à 16 ans dans l'armée allemande. Il a toujours milité chez les "malgré-nous". Il a très peu parlé de cette période de sa vie, sans doute
par une gêne mêle de culpabilité, mais il a été fondamentalement gaulliste et sûrement pas Mitterrandiste. J'ai, comme je l'ai écrit, un goût prononcé pour la musique de Wagner, que je connais
bien. Je n'ai aucune autre affinité avec la culture allemande, que je connais finalement peu, mais n'ai rien, mais absolument rien, contre ces gens, dont certes quelques ancètres ont commis les
pires actes de barbarie du dernier siècle, mais dont les enfants ne peuvent en rien être tenus responsables ! Leur rigueur austère est une caractéristique connue, elle peu aussi entraîner un manque
de fantaisie et de sensibilité que vous me permettrez de souligner. Député d'une Région frontalière, je me préoccupe quotidiennement de ces questions, certes plus avec le Luxembourg et la Belgique
pour des raisons géographiques évidentes. Mes propos ne se voulaient pas méprisants, et l'ironie que j'ai utilisée sur la cuisine ne surprendra pas les gens qui connaissent l'épicurien que je suis.
Vous conviendrez avec moi que l'Allemagne est plus connue pour la qualité de ses machine-outils que pour la subtilité de sa cuisine traditionnelle. Est-ce un défaut ?....