Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog de Christian Eckert

GARDEN PARTY

15 Juillet 2008

Hier, pour la première fois de ma vie, j'ai assisté -le mot est plus juste que participé- à la célèbre garden-party de l'Elysée.
Partis le matin en TGV avec Laurence, nous nous sommes rendus à pied, costumés comme il se doit, de notre mini-studio rue de Richelieu vers l'Elysée. Belle journée ensoleillée, trajet un peu parcours du combattant, car il fallait croiser les voies de dégagement du défilé finissant, et montrer patte blanche assez souvent.
Dans la file d'attente, nous côtoyons David Douillet, Hugues Auffray, et autres inconnus de nous, sûrement célèbres.
Comme dit Laurence, on reconnaît beaucoup de visages, mais personne ne nous connaît !
Accueil par la musique de la garde républicaine, dans la cour d'honneur, et nous franchissons le fameux perron, pour traverser la salle des fêtes.
Les buffets sont somptueux, accessibles au début, beaucoup moins ensuite. Le vin est très moyen, parfois bouchonné... Les jus de fruit du stand antillais réjouissent Laurence, et je me replie sur la bière pression...
Des côtes de boeuf rôtissent, mais les parts ne sont pas à mon échelle !
L'orchestre de la garde républicaine juché sur une belle estrade, exécute des morceaux de fort belle facture.
Nous croisons des collègues députés, très peu de gauche, et saluons quelques visages plus amènes, comme Elisabeth Guigout et son mari.
Vers 14 heures, le Président et presque tout le gouvernement sortent, accompagnés de Mme Bettancourt et sa famille, pour des discours et des médailles convenus.
Mme Carla a un regard tombeur, genre fauve charmeur, se faisant discrète pour mieux se faire remarquer.
Après un nouveau tour des jardins et quelques sucreries, nous rentrons vers 15 heures, à la fois déçus et contents...
Nous y avons été !
Pourquoi ? Certes par curiosité et un peu fiers d'être admis dans un cercle restreint ! Mais pour se dire aussi que notre famille, politique s'entend, et ce bout de France qui m'a élu, ont aussi leur place dans les hauts lieux de la République. J'avais hésité à déserter ma commune et la fête populaire au stade municipal, à servir des bières au profit du Comité des fêtes. Je crois devoir faire les deux, même si le plaisir n'est pas forcément où on l'imagine.
Après un petit somme réparateur et un bisou à Sylvine venue nous saluer, nous avons bravé la foule et les rames de métro bondées pour le feu d'artifice du Trocadéro.
Alors là, peut-être mal placés sur le pont de l'Alma, peut-être trop exigeants sur nos attentes, nous avons été déçus de ce que l'ont dit le plus beau feu de l'année. On a regretté Trieux, les visages sympas, la proximité, les yeux émerveillés des enfants.
Bref, un 14 juillet mitigé, certes original et inhabituel.
L'an prochain, je ne suis pas sûr de faire pareil.
Ce matin, le travail à l'Assemblée a repris avec d'autres textes injustes au menu. Les fons-flons sont oubliés, la réal-politique reprend le dessus !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

rl54 15/07/2008 14:30

Tu as raison christian on n'est jamais mieux que parmi les siens mais tu as eu aussi raison d'assister à cet garden party pour t'en rendre compte par toi même et pouvoir avoir cette réflexion si juste et si justifiée.Amitiés et bons travaux