Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ADRESSE UTILE

Permanence  Parlementaire :

8 rue Alfred Mézières
54 400    LONGWY

Tél :  03 82 26 65 15

Recherche

Texte Libre

28 novembre 2007 3 28 /11 /novembre /2007 20:15
Henri Provang, enfin entendu…


Henri Provang : « Je souhaiterai savoir la pensée des députés de la majorité.»

Le Républicain Lorrain, Mercredi le 28 Novembre 2007

Suite à l'article « La Fnaca en manque de reconnaissance » paru le 3 novembre dans nos colonnes, Henri Provang a reçu des réponses à ses questions. Enfin…


C'est un président heureux qui nous fait part de sa lettre. Elle est datée du 12 novembre et signée par trois parlementaires. Christian Eckert, député de la Meurthe-et-Moselle, maire de Trieux, Hervé Féron, député de la Meurthe-et-Moselle, maire de Tomblaine et Jean-Yves Le Déaut, député de la Meurthe-et-Moselle, 1er vice-président du conseil régional de Lorraine ont paraphé le document. Un écrit qui redonne le sourire au président de la section briotine de la FNACA. Henri Provang rit mais jaune lorsqu'il s'interroge. « Que font les députés de la majorité ? »Le devoir de mémoire, la date de la journée des anciens combattants, la part du budget gouvernemental aux victimes de guerre, les conditions des veufs et veuves, tant de sujets qui indignent les associations.
Henri Provang fait part de ses multiples satisfactions.
La journée souvenir. « Tout d'abord, ils sont d'accord avec le 19 mars comme journée nationale du souvenir. » Comme mentionné dans la lettre, le groupe socialiste a voté le 22 janvier 2002 une proposition de loi instituant la date du 19 mars. « Nous attendons toujours l'inscription de ce texte à l'ordre du jour du Sénat. Nous avons protesté contre l'institution du 5 décembre, date que nous ne reconnaissons pas. »
La retraite du combattant. « Nous pouvons d'ores et déjà vous indiquer que les députés socialistes déposeront un amendement visant à revaloriser le montant de la retraite du combattant. Notre objectif est de porter ce montant à l'indice 48 des pensions militaires et d'invalidité avant la fin de la législature. » Pour Henri Provang c'est une seconde victoire, que ce soutien. « Nos pensions sont modiques par rapport à certains pays d'Europe. Mais au moins avec cette lettre, ça bouge ! »
Le soutien financier aux veufs de guerre. « C'était une de nos priorités. C'est honteux, en France ils ne perçoivent rien. Je ne suis qu'un petit président mais je veux me battre au maximum contre les injustices. » Dans le courrier, il est également question de l'ONAC, l'office national des anciens combattants et victimes de guerre. La présentation de l'évolution des crédits sociaux de l'ONAC, simplifiée par l'application des dispositions de la loi organique relative aux lois de finances, permet de s'assurer que le secours aux conjoints survivants les plus démunis ne se fasse pas au détriment d'autres actions.
On l'a compris, Henri Provang a obtenu par écrit le soutien du parti socialiste. Une question reste en suspens pour le fervent défenseur des anciens combattants, Henri Provang : « Que fait la majorité ? »

Partager cet article

Repost 0

commentaires