Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Blog de Christian Eckert

Le Parlement en session dès lundi...

19 Septembre 2008

Même si depuis début septembre beaucoup de commissions et de groupes de travail se sont réunis à l'Assemblée, la vraie rentrée et la reprise de la session aura lieu ce lundi.
Ainsi, le groupe socialiste se réunira le matin, et dès l'après-midi, un débat et un vote sur la présence française en Afghanistan sont au programme.

On enchaîne sur le texte sur les revenus du travail, dont je serai le porte-parole pour le groupe socialiste.

Je défendrai donc pendant trente minutes la question d'irrecevabilité que nous avons déposée, car nous estimons que parler des revenus du travail sans un mot sur les salaires, c'est se moquer des millions de salariés qui voient leur pouvoir d'achat amputé.

J'aurai pendant toute la durée des débats la délégation de Jean Marc Ayrault, pour conduire notre attitude et demander les suspensions de séances, les rappels au règlement, la vérification du quorum et toutes les procédures parfois complexes de la "technique" parlementaire.

C'est pour moi une première, qui me fait plaisir car c'est une marque de confiance de mes collègues, qui m'angoisse un peu mais, comme me disait un de mes amis à juste titre : "t'aime çà !"

J'ai donc beaucoup préparé la chose, avec des collègues députés, leurs assistants et nos collaborateurs du groupe socialiste.

Si ce texte se révèle plutôt insipide et s'il ne fera sans doute pas la une de l'actualité, coincé qu'il est entre l'Afghanistan et le texte sur le R.S.A. qui lui succèdera, c'est pour nous l'occasion de dénoncer le fait que ce gouvernement ignore les vrais problèmes, et de rappeler nos propositions sur le chèque transport, la politique salariale, l'augmentation de la prime pour l'emploi (PPE), la suppression des franchises médicales, la taxation des plus-values sur les stock-options...

Beaucoup de travail donc pour les jours à venir. Espérons que quelques-uns de nos amendements adouciront la pilule... Pas sûr !

Lire la suite

LA FINANCE, UN UNIVERS PITOYABLE !

16 Septembre 2008

Tout le monde ne parle que de cela, comme si nous étions tous suspendus au fil des cotations des bourses du monde entier. De retour ce matin à Paris, j'entendais les commentaires des "spécialistes", "experts", "gestionnaires", de ces miriades de produits financiers qui échappent à tout entendement. Achats d'options, titrisation, reventes de call, marchés dérivés (bien nommés !), et autres fonds de fonds....

On marche sur la tête, avec de l'argent virtuel qui passe en une seconde d'un paradis fiscal à un autre....

Les économistes redécouvrent aujourd'hui l'Economie réelle, opposée à ce qu'ils n'osent pas nommer l'Economie virtuelle. La première a sans doute enfanté de la seconde, qui elle même plombe la première. Comme quoi, à trop jouer avec le feu, on finit par se brûler.

La politique dans tout cela doit retrouver la raison.

Je me souviens du discours de notre marquise de ministre des finances qui, l'été dernier, larmoyait à la tribune de l'Assemblée sur les pauvres banquiers et traders obligés de prendre l'Eurostar pour se livrer outre-manche à leur art préféré, et qui rêvait de faire de Paris une place financière digne du rang le la France !

Les voici tous renvoyés à plus d'humilité, comme si l'affaire Kerviel n'avait pas suffi à remettre un peu de réel dans ce monde virtuel où les requins de la finance finissent par s'entredévorer.

Au delà de ces clichés, que certains jugeront faciles, je souhaite que chacun retrouve sa place. Que le pouvoir politique puisse se voir réhabilité, lui qui a laissé le pouvoir financier tout régenter, par faiblesse parfois, par complaisance souvent.

Ces questions m'intéressent, et je pense sérieusement que l'actionnariat raisonné, des fonds souverains biens formatés, peuvent constituer dans notre économie moderne un levier stabilisateur et répartiteur des fruits de la croissance.

Pour autant, la course effrénée aux rendements de court terme et l'absence de régulateur PUBLIC de ces mouvements financiers déconnectés de toute réalité économique et sociale auront de terribles conséquences pour tout le monde. L'Europe pourrait là aussi y participer, encore faudrait-il remplacer le mot libéraliser par le mot réguler.

De toute façon, entre golden parachutes, bonus, stock-options et bouclier fiscal, certains semblent encore à l'abri tant que Madame Lagarde veille sur eux ! Tout juste changeront-ils leur Porsche Cayenne un peu moins souvent, le temps que la bourrasque financière se calme.....

Pendant ce temps là, notre omniprésident et ses exécutants continuent leur travail de sape : Le salaire ne sera plus demain la contrepartie du travail. Le SMIC ne sera plus demain le niveau minimal requis pour une vie décente. Pour se loger, se nourrir, se chauffer, se soigner, il faudra racheter ses RTT (por ceux qui en ont), faire des heures supplémentaires (si l'entreprise le demande), débloquer sa participation (pour ceux qui en touchent), espérer recevoir de l'intéressement (si l'entreprise fait des profits), et compter sur la générosité de son employeur qui sera - mesurez la portée de la formule - autorisé à vous verser jusqu'à 200 euros par an pour que vous puissiez vous rendre au boulot !

A force d'imagination, on en oublierait presque de penser à revaloriser les salaires !!!!!

Lire la suite

LA RENTREE EST DEFINITIVEMENT FAITE.

11 Septembre 2008

Un peu comme les écoliers, mais de façon plus progressive, la rentrée à l'Assemblée Nationale est maintenant faite. Je suis arrivé mardi en milieu d'après-midi à Paris,
Chargé par le groupe de suivre le premier texte de la session extraordinaire, j'ai tout de suite rejoint le rapporteur du texte pour des auditions.
Ce texte porte sur les "revenus du travail". S'agissant du cinquième texte de la législature sur ce sujet, s'agissant du problème principal rencontré par nos concitoyens dont le pouvoir d'achat ne cesse de régresser, s'agissant du premier texte de la session extraordinaire présenté de plus en urgence (une seule lecture par chambre), on aurait du trouver là une loi ambitieuse, volontariste et généreuse.
Que nenni, la montagne accouche d'une souris :
  • Un article qui tente d'inciter le patrons à distribuer de l'intéressement en accordant un crédit d'impot pour les entreprises.
  • Un second  qqui permet aux salariés de débloquer les sommes de leur participation moyennant le paiement de l'impôt sur le revenu;
  • Un bricolage sur la date de revalorisation du SMIC en créant au passage une commission d'experts certainement avec des arrières pensées.
  • Une pseudo conditionnalité des axonérations de charges pour les entreprises, les obligeant seulement à ouvrir des négociations par ailleurs déjà obligatoires, sous peine d'une sanction modeste (réduction de 10% de ces exonérations)
  • Une obligation repoussée à 2011 de rendre les salaires minimaux prévus par les accords de branche au moins égaux au SMIC, sous peine là encore de sanctions dérisoires.
Ce gouvernement est très fort dans la communication. Ce projet de loi ne concerne qu'une très faible proportion de salariés. Il ignore de fait les fonctionnaires, les fonctionnaires territoriaux, les agents de la fonction publique hospitalière, les agents de plein d'entreprises publiques, les retraités, les temps partiels, ceux qui travaillent dans les plus petites entreprises et les sans emplois....

Le risque existe en plus de voir contourner un principe fondamental de notre "pacte social" : C'est le salaire qui est la contrepartie du travail, et non les rémunérations annexes, aléatoires et non garanties, comme l'intéressement, la participation, le rachat des RTT, les heures supplémentaires.... C'est pour cela que le SMIC a été créé, censé fixer le salaire nécessaire pour couvrir les besoins incontournables pour un vie décente.

Après les cadeaux aux riches, la mise à mal des conditions et du droit du travail, le financement du RSA en en exonérant les gros revenus, les franchises médicales, ce gouvernement se moque de nous et rencontrera la détermination des députés socialistes.

Hier, au cours du séminaire de rentrée des députés socialistes, j'ai présenté ce texte et reçu les idées de chacun d'entre-eux.

Je serai, à partir du 22 septembre leur porte-parole sur ce texte et rappellerai, outre les insuffisances et les dangers de ce texte, les propositions socialistes et les attentes de nos concitoyens.

Vous voyez que la rentrée est faite. La semaine prochaine, les trois ministres concernés seront auditionnés par la commission, les amendements et le texte seront discutés par cette même commission.

Si vous aviez en tête que l'Assemblée ne reprenait ses travaux que le 22, vous voyez qu'il n'en est rien, en tout cas pour les députés de gauche.


.

Lire la suite

rentré et au travail.

4 Septembre 2008

 

Mardi matin, 6h30, Laurence et moi sortions de l'aéroport de Roissy, où notre fille Sylvine nous attendait.
Après 15 heures passées dans l'avion, nous étions un peu courbaturés, surtout moi qui n'ai pas le gabarit adapté aux sièges des avions !
Mais nous avions à peu près dormi, et après une bonne douche, Laurence est partie au travail, tout comme moi qui retrouvait mon bureau de l'Assemblée, quelque peu déserte encore en cette période.
Mise au point de l'agenda, courriers et coups de fil urgents, j'ai pris le volant à 15h, après un bon steack au poivre partagé avec Laurence. La cure de poissons et autres mets exotiques m'avait fait saliver sur un vrai morceau de boeuf accompagné de vraies frites et ... D'un quart de rouge de la vallée de Loire !
Arrivé en fin d'après-midi à Trieux, j'ai pris un peu de temps pour dépouiller le courrier et découvrir les nombreuses cartes postales des vacances de nos amis.
Dès mercredi, le contact a été repris avec la Mairie le matin et la permanence l'après-midi.
Ce jeudi, rendez-vous avec Michel Dinet et les parlementaires socialistes de Meurthe-et-Moselle à Nancy et rendez-vous avec la chargée de mission de l'Etat pour Belval à la Région. Demain vendredi aura lieu une commission permanente à la Région.
D'autres rendez-vous aussi, multiples et variés : j'ai ainsi vérifié l'avancement du dossier du supermarché de Trieux et des logements sociaux de MMH, tout cela roule même si les délais semblent toujours trop longs.
La semaine prochaine, prise en charge du texte sur les revenus du travail dont le groupe m'a confié le suivi. J'ai déjà commencé à travaillé dessus et commence à me sentir prêt. J'ai passé les commandes à mes collaborateurs et ferai des propositions.

L'Inde et le Viet-Nam semblent loins, mais ce voyage restera une expérience fabuleuse. La découverte, certes partielle, de l'Asie ne laisse pas indifférent et relativise quelques unes de nos idées, même les plus généreuses. Peut-être faudrait-il y envoyer de temps en temps quelques leaders socialistes, avant un congrès par exemple.

Quant à nos gouvernants, ils n'en connaissent que les bourses, les marchés et ... Mittal ! Ce que je trouve dans l'actualité en rentrant n'est pas reluisant. Les sous de Tapie, la colère de Clavier, la grossesse de Dati, les silences de l'armée sur les soldats tués, tout cela motive pour recentrer le débat politique sur les questions de vie quotidienne des français.

Notez aussi la soirée de rentrée politique du Député le samedi 20 septembre à 18 heures, Maison pour Tous de Trieux. Tout le monde sera bienvenu.

Lire la suite