Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Blog de Christian Eckert

ON LEGIFERE ENCORE !

23 Juillet 2008

22 juillet, on légifère encore, à l'Assemblée comme au Sénat.
Ce matin, commissions des affaires sociales, puis Commission mixte paritaire sur deux textes fondamentaux, droits et devoirs des chômeurs, et "rénovation" du dialogue social et "modernisation" du temps de travail !
Adoption de ces textes en séance ce soir... OU CETTE NUIT...
Peu de députés à l'Assemblée.
Quelle hypocrisie de voter ces textes si importants en catimini. La presse est en vacances, les syndicats démobilisés. Après, on dira que la Gauche est inaudible !
Le réveil sera dur à l'automne, quand on s'apercevra des effets sur les conditions de travail : RTT supprimés, indemnisations au rabais, semaines de travail élastiques, négociations sociales ramenées au bon vouloir de chaque entreprise, là où l'employeur est tout puissant...

Les mots modernisation et rénovation sont la technique utilisée pour faire passer la pilule de régressions sociales inégalées depuis un siècle.

Allez, j'y vais, c'est l'heure !
Lire la suite

CONGRES de VERSAILLES

21 Juillet 2008

Ce lundi, 21 juillet 2008, je serai appelé, comme tous les parlementaires, à me prononcer sur le projet de réforme de la Constitution.

Quelques réflexions :
  • Ce n'est pas un événement extraordinaire. Les textes votés en ce moment dans l'indifférence estivale ( 35 heures, obligations des chômeurs, service minimum d'accueil dans les écoles...), concernent plus l'avenir des français. Le choix de société, le pouvoir d'achat, l'avenir du système de soins, les inégalités grandissantes, les privatisations rampantes, sont autant de préoccupations plus importantes.

  • Sur le fond, ce texte est médiocre et décevant : il ne traite pas du scandaleux mode d'élection des sénateurs, du droit de vote des résidents, de la proportionnelle, de vrais droits du Parlement.

  • Sur la méthode, les pressions sur les parlementaires récalcitrants, se laissant acheter par un Président qui a compris que tout s'achète, bradant ici et là une mission parlementaire, un équipement public, une investiture à des élections futures, un redécoupage complaisant...

  • Autoriser le Président à s'exprimer à l'avenir devant le Congrès ne changera pas la face du monde. Qu'il nomme lui même le Président des chaînes publiques est plus grave et indécent. Le prétendu droit de véto inscrit dans la constitution si elle est adoptée est inefficace et mathématiquement inopérant.

Pour toutes ces raisons et quelques autres, je voterai "contre" cet après-midi à Versailles.

Un article
que j'ai cosigné dans Libération de ce matin donne plus de détails.

Les reculades diverses enregistrées récemment ( Bernard Debré, Hervé Maritton, Jack Lang, Radicaux de Gauche...) laissent peu de suspens pour les résultats de ce soir.

Au fait, ceux qui souhaitent des oblitérations philatéliques du Congrès peuvent se faire connaître. Je ramènerai au moins cela de Versailles...
Lire la suite

GARDEN PARTY

15 Juillet 2008

Hier, pour la première fois de ma vie, j'ai assisté -le mot est plus juste que participé- à la célèbre garden-party de l'Elysée.
Partis le matin en TGV avec Laurence, nous nous sommes rendus à pied, costumés comme il se doit, de notre mini-studio rue de Richelieu vers l'Elysée. Belle journée ensoleillée, trajet un peu parcours du combattant, car il fallait croiser les voies de dégagement du défilé finissant, et montrer patte blanche assez souvent.
Dans la file d'attente, nous côtoyons David Douillet, Hugues Auffray, et autres inconnus de nous, sûrement célèbres.
Comme dit Laurence, on reconnaît beaucoup de visages, mais personne ne nous connaît !
Accueil par la musique de la garde républicaine, dans la cour d'honneur, et nous franchissons le fameux perron, pour traverser la salle des fêtes.
Les buffets sont somptueux, accessibles au début, beaucoup moins ensuite. Le vin est très moyen, parfois bouchonné... Les jus de fruit du stand antillais réjouissent Laurence, et je me replie sur la bière pression...
Des côtes de boeuf rôtissent, mais les parts ne sont pas à mon échelle !
L'orchestre de la garde républicaine juché sur une belle estrade, exécute des morceaux de fort belle facture.
Nous croisons des collègues députés, très peu de gauche, et saluons quelques visages plus amènes, comme Elisabeth Guigout et son mari.
Vers 14 heures, le Président et presque tout le gouvernement sortent, accompagnés de Mme Bettancourt et sa famille, pour des discours et des médailles convenus.
Mme Carla a un regard tombeur, genre fauve charmeur, se faisant discrète pour mieux se faire remarquer.
Après un nouveau tour des jardins et quelques sucreries, nous rentrons vers 15 heures, à la fois déçus et contents...
Nous y avons été !
Pourquoi ? Certes par curiosité et un peu fiers d'être admis dans un cercle restreint ! Mais pour se dire aussi que notre famille, politique s'entend, et ce bout de France qui m'a élu, ont aussi leur place dans les hauts lieux de la République. J'avais hésité à déserter ma commune et la fête populaire au stade municipal, à servir des bières au profit du Comité des fêtes. Je crois devoir faire les deux, même si le plaisir n'est pas forcément où on l'imagine.
Après un petit somme réparateur et un bisou à Sylvine venue nous saluer, nous avons bravé la foule et les rames de métro bondées pour le feu d'artifice du Trocadéro.
Alors là, peut-être mal placés sur le pont de l'Alma, peut-être trop exigeants sur nos attentes, nous avons été déçus de ce que l'ont dit le plus beau feu de l'année. On a regretté Trieux, les visages sympas, la proximité, les yeux émerveillés des enfants.
Bref, un 14 juillet mitigé, certes original et inhabituel.
L'an prochain, je ne suis pas sûr de faire pareil.
Ce matin, le travail à l'Assemblée a repris avec d'autres textes injustes au menu. Les fons-flons sont oubliés, la réal-politique reprend le dessus !
Lire la suite

Le site du député

8 Juillet 2008

Je tiens à continuer à écrire moi-même sur ce blog, pour lui conserver son caractère personnel, que certains m'ont dit apprécier.
L'expérience montre que le temps me manque parfois.
Pour les accros, je rappelle ici le lien de mon site, animé par mon équipe, où vous trouverez beaucoup d'infos, des vidéos, le textes de mes interventions, des photos, mon agenda....
Une news letter est publiée, vous pouvez vous abonner en ligne sur le site.

Consultez en ligne :

Lire la suite

Un été studieux !

8 Juillet 2008

Alors que beaucoup de français aspirent à la détente, l'Assemblée Nationale poursuit ses travaux.
Qui plus est, le Gouvernement profite de la période estivale pour enchaîner des textes de loi dont la teneur pose questions :

Ainsi, le dernier en date détruit le droit des salariés, en laissant les négociations internes aux entreprises prévaloir sur les accords de branche. On imagine le chantage à l'emploi, à la compétitivité, comme chez Bosch ou chez Goodyear, du style : signez l'accord pour vous faire exploiter ou bien je délocalise.
Les 35 heures sont mortes, les forfaits jours des salariés autonomes sont explosés, les employeurs rigolent.

Nous allons "amuser la galerie (des glaces !)" à Versailles, en examinant une réforme des institutions consacrant le mode de scrutin du Sénat qui restera à Droite pendant quelques siècles encore, et en faisant semblant de donner plus de droits au Parlement, avec quelques mesurettes dont se fichent les français.

Nous auront droit au sketch du droit d'accueil des élèves, alors qu'on expulse les étrangers à tour de quotas ! L'école souffre plus du non remplacement des enseignants malades ou en stage suite aux suppressions de postes, que des grèves qui coûtent beaucoup de pertes de salaire aux enseignants. Est-ce que l'on veut une école-garderie ou une école de l'enseignement citoyen et républicain ?

Quoique l'on en pense, des députés socialistes se mobilisent -j'en témoigne- et font les séances de nuit, en s'opposant autant que faire se peut, jusqu'aux votes qui consacrent la suprématie que les électeurs ont donnée à la droite.

Ingrid Bétancourt a occupé, et c'est justice, le devant de l'actualité.

Les batailles parlementaires ont été occultées, mais j'en ai mené ma part.

Parallèlement, le groupe socialiste a -comme c'est la règle tous les ans- renouvelé ses instances dirigeantes. Il aurait mieux valu attendre un an de plus, pour éviter cette image de division plus que néfaste.

Vivement le congrès !

Allez, je file en séance voter contre le projet du "gentil" Xavier Bertrand.
Lire la suite