Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog de Christian Eckert

Programme budgétaire de l'opposition...où est le sérieux?

26 Avril 2016 , Rédigé par Christian Eckert

J'ai eu aujourd'hui l'occasion de défendre la politique budgétaire du gouvernement devant les députés. J'en ai profité pour évoquer le programme budgétaire de "Les Républicains" récemment rendu public. Morceaux choisis... :

"Après avoir passé quatre ans à disserter sur la différence entre une économie structurelle et une économie non structurelle, sur le bon niveau de la croissance potentielle ou encore sur les modalités de calcul des économies, l’opposition nous fait enfin des propositions concrètes en matière budgétaire et fiscale. Première surprise : toutes les économies proposées sont calculées par rapport à un tendanciel. Le travail de conviction mené par le Gouvernement depuis plusieurs années a donc payé : c’est un point sur lequel nous avons convaincu l’opposition et je m’en réjouis.

La deuxième surprise est une proposition beaucoup moins anecdotique : et je ne peux pas croire que les parlementaires de l’opposition puissent endosser cette proposition, eux qui, depuis 4 ans, encouragent le Gouvernement à aller chaque jour plus loin dans l’assainissement des comptes ; non je ne peux pas croire que le président de la commission des Finances ou que des parlementaires habitués à nos débats comme Hervé Mariton ou Charles de Courson pourront endosser cette proposition. Cette proposition, c’est de faire repartir le déficit public à la hausse alors qu’il baisse sans interruption depuis le début de la décennie ; c’est d’accepter qu’en 2017 et en 2018, le déficit public soit supérieur à 3 %, qu’il atteigne très exactement 3,5 %, alors que des années d’efforts nous permettent aujourd’hui d’envisager de manière crédible le retour en-dessous de 3 % en 2017. Cette proposition va même encore plus loin : c’est d’accepter que la dette publique dépasser les 100 % de la richesse nationale, très exactement 100,5 % en 2019, alors que cette dette est aujourd’hui maîtrisée et qu’elle entamera son reflux dès l’an prochain.

En un mot, le programme de l’opposition en matière budgétaire, c’est de dilapider les efforts accomplis depuis 5 ans par les Français. Et non seulement il faut dilapider mais il faut le faire vite : car ce serait dès l’été 2017 que ce trou serait creusé, sans même attendre l’automne budgétaire. Les propositions sont là et les Français jugeront : ce Gouvernement et cette majorité ont assumé leurs responsabilités dans le contexte d’une crise budgétaire majeure ; une crise avec des racines profondes car elle nous vient de trente ans d’augmentation continue de la dette publique. Nous avons fait face à nos responsabilités, nous avons demandé des efforts aux Français, nous avons pris des mesures parfois dures pour assainir nos comptes : mais tout cela n’a pas été fait en vain, car, en redressant nos finances publiques, nous reprenons notre destin en main. Cette capacité à décider de notre avenir en toute indépendance, nous l’avons aujourd’hui mais nous pourrions la perdre demain si ces propositions folles étaient mises en œuvre.

Sinon que dire d’autre de ce programme budgétaire de l’opposition ? pas grand-chose car il est désolant de banalité : - C’est d’abord la course à l’échalote des économies : nous sommes désormais à 100 milliards d’euros d’économies – par rapport à un tendanciel bien sûr. J’ai d’ailleurs regardé le détail et j’ai compté seulement 75 milliards, les rédacteurs ont peut-être gardé quelques mesures inavouables sous le boisseau.

Les mesures qui ont été rendues publiques en tout cas rappellent la différence entre la droite et la gauche : mesdames et messieurs de l’opposition, les économies, comme toujours, c’est sur l’éducation et les retraites que vous voulez les faire : ce sont nos priorités, ce sont vos économies ; - Et qu’en est-il sur le fiscal ? sur le fiscal, c’est la promesse d’une nouvelle loi TEPA : la suppression de l’ISF, la baisse des successions, la baisse de l’impôt sur le revenu des plus aisés.

Ce programme en un mot, c’est non seulement dilapider les efforts des Français mais c’est aussi revenir sur toutes les avancées sociales obtenues depuis 2012 : - nous avons fait les départs anticipés en retraites pour carrières longues, vous proposez le report de l’âge légal de la retraite ; - nous avons préservé les droits des assurés sociaux, vous proposez des déremboursements massifs ; - nous avons augmenté les minima sociaux de 10%, et vous proposez 2,8 milliards d’euros d’économies sur ces minima. Ce programme a un objectif, c’est la remise en cause de notre système de redistribution : c’est prendre à l’éducation et aux retraites pour donner à ceux qui paient l’ISF. Quant aux ouvriers, aux demandeurs d’emploi, aux étrangers auxquels vous promettez la suppression de l’AME, ils se débrouilleront bien sans l’aide de l’Etat".

Un programme que chacun doit bien évaluer !!!!

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article